Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

BILAN - La décennie rap 2010-2019

, 00:10 - Lien permanent

Saucissonner la musique en décennies est absurde, cela n'a pas de sens. Il n'y a pas d'épisodes, dans son histoire. Il n'y a pas de début, pas de fin. Elle n'est qu'un continuum, parcouru par de multiples voies, autoroutes comme chemins de traverse, qui se croisent et qui s'entrecroisent continument. Et pourtant, quand on jette un regard en arrière vers le rap des années 2010 à 2019, on peut lire comme un récit. Cette décennie, qui avait commencé dans le bruit et la fureur d'une trap à la mode Waka Flocka Flame, Lex Luger et "B.M.F.", s'est achevé avec une cohorte de rappeurs fatigués, qui ont abandonné leurs voix tonitruantes et leur musique clinquante au profit de chantonnements, de marmonnements et de susurrements. C'est comme si les rappeurs étaient passés de la fête à la gueule de bois, comme s'ils payaient le contrecoup des drogues qui, un temps, les avaient euphorisés.

VINCE STAPLES - Shyne Coldchain Vol 2

Même à l'échelle du rap français, on remarque une évolution similaire, quand on compare les coups de canonnières de Kaaris aux pleurnicheries de PNL, ou quand on observe l'évolution de son statut, de genre infréquentable porté par les métèques et les marginaux de la République, à celui de nouvelle variété où même ton grand-père y trouvera son compte. Car tel est bien ce qui est arrivé au rap, quel que soit le pays dont on parle. Logiquement, mécaniquement, sa domination s'est accompagnée de sa normalisation. Pour le pire, sans doute, un tel succès allant de pair avec l'affadissement. Mais aussi pour le meilleur, puisque tout a été rap dans les années 2010, puisque tout le monde ou presque, quels que soient ses goûts, ses aspirations et son bagage culturel, y a trouvé à manger. Cette hégémonie presque totale a abouti à une incroyable diversité, dont la sélection ci-dessous, toute personnelle et orientée soit-elle, rendra immanquablement compte.

NB : les sélections de Fake For Real, n'ont aucune autre intention que d'affirmer, quoi qu’avec force, des choix purement subjectifs. Rien n'étant jamais définitif ni gravé dans le marbre, elles sont souvent revues et corrigées. A chaque mise à jour significative, l'article est à nouveau mis en avant, à la date du moment.


# 100. OMB PEEZY & SHERWOOD MARTY - Young and Reckless (2018)

OMB PEEZY & SHERWOOD MARTY - Young And Reckless

Deux rappeurs issus de villes différentes, Baton Rouge pour Sherwood Marty, et Sacramento pour un OMB Peezy en pleine ascension (un héritier de Lil Boosie avec son timbre nasal et son mélange d'agressivité et de mélancolie), s'associaient. Ensemble, ils donnaient un bon aperçu de ce rap immoral parfois amer, de ce blues du gangster mélodique devenu la norme des années 2010.

Lire la chronique :: télécharger la mixtape


# 099. VINCE STAPLES - Shyne Coldchain Vol 2 (2014)

VINCE STAPLES - Shyne Coldchain Vol 2

Désormais chez Def Jam, un affilié aux provocateurs d'Odd Future dévoilait à leur opposé un rap "conscient", avec l'appui d'un producteur historique des années 90, No I.D. Vince Staples parlait de ghetto, de racisme, de la condition afro-américaine et d'un père criminel autrefois idéalisé. Avec talent, il annonçait ainsi l'excellent premier album qu'il sortirait l'année d'après, Summertime '06.

Lire la chronique :: télécharger la mixtape


# 098. SHY GLIZZY - Fxck Rap (2012)

SHY GLIZZY - Fxck Rap

Baise le rap. Ainsi s'exprimait Shy Glizzy de sa voix frêle, sur l'une des mixtapes qui l'ont révélé au monde. Le rap, pourtant, tout au long de la décennie, le freluquet à rouflaquettes de Washington D.C. lui aura donné une discographie des plus denses et des plus satisfaisantes, avec son style caractéristique où des complaintes ironiques se mélangaient à des vantardises carabinées.

Lire la chronique :: télécharger la mixtape


# 097. GUCCI MANE - Mr. Zone 6 (2010)

GUCCI MANE - Mr Zone 6

En 2010, Gucci Mane entrait dans la nouvelle décennie comme il avait achevé celle d'avant : en sortant une nouvelle mixtape d'anthologie. Bien produite par des gens tels que Drumma Boy et Zaytoven, rappée par un Guwop qui avait rarement été aussi à l'aise au micro, elle était quasiment de qualité album, sans aucun des compromis qui accompagnent souvent ce format commercial.

Lire la chronique :: télécharger la mixtape


La suite, bientôt...

Vos 10 albums rap 2010-19

Désignez vos 10 albums ou mixtapes rap préférés de la décennie 2010-19. Les résultats seront révélés plus tard, et la sélection de Fake For Real en parallèle.

Album #01

Album #02

Album #03

Album #04

Album #05

Album #06

Album #07

Album #08

Album #09

Album #10

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet