FUTURE - True Story

L'un des événements de l'année rap 2015, c'est la renaissance de Future. Après avoir raté sa mise en orbite avec un second album mal aimé, Honest, le rappeur d'Atlanta est revenu à ses fondamentaux avec une série magique de mixtapes réussies, lesquelles ont abouti à la sortie surprise et au succès critique comme public d'un très bon album, DS2. Mais si seconde naissance il y a, aujourd'hui, c'est qu'il y eut autrefois une première. Et celle-ci, au début de la décennie, avait pris une forme assez proche : le premier temps fort de la carrière du Future, son album Pluto en 2012, avait été précédé lui aussi par une salve de mixtapes remarquables, notamment Dirty Sprite, Streetz Calling et, pile entre les deux, ce formidable True Story.

FUTURE - True Story

On sait que Nayvadius Wilburn ne venait pas de nulle part. Il était le protégé de Rocko, et le cousin de Rico Wade de la Dungeon Family, collectif matriciel de la scène d'Atlanta. C'étaient d'ailleurs les membres de ce dernier qui lui avaient trouvé son pseudo, décrétant qu'il était le futur du rap. Ses premières mixtapes allaient leur donner raison : Future, en effet, y définissait l'avenir. Il y formulait un style qui façonnerait le rap de la nouvelle décennie, un style qui se résume par deux grands traits : un flow puissamment mélodique, où il n'est plus possible de distinguer le rap du chant ; une grande charge émotionnelle, mais qui s'accommode de l'univers violent, matérialiste, dur, sexiste et envahi de drogues typique de la trap music.

True Story représentait tout cela. En plus des tubes redoutables qui ont révélé Future, comme "Magic" et "Tony Montana", à la base des égo-trips étincelants (présents ici dans leurs versions les plus pures, sans les remixes et les invités inutiles de Pluto), le rappeur y exposait des failles. D'une voix rugueuse où le doute et l'assurance se mélangeaient inextricablement, il ouvrait son coeur. La misogynie d'un "Aint No Way Around" masquait avec peine sa détresse sentimentale. La paranoïa s'emparait du rappeur sur un "Smoke Mirror" portant sur les faux-semblants de l'amitié. Son désordre mental était crûment mis à nu sur "Bigger Picture". Et il témoignait des vertus énergisantes de l'amour (celui des femmes, celui des fans) sur "Feeling I Get".

Future est un homme qui saigne. Il fait du rap un nouveau blues, celui des drogués, des voyous et des dysfonctionnels. Mais il reste un rappeur. Sa douleur n'est pas celle des autres, elle n'est pas celle du monde : elle n'est que la sienne. Même s'il invite ses amis du FreeBandz (dont Young Scooter, sur cinq titres), ainsi que Waka Flocka et son parrain Rocko, il demeure centré sur lui-même, il est dans le délire égotiste propre au rap. Tout cela, c'est le style Future. Et avec True Story, une mixtape exemplaire, dont le début était parfait avec la succession de "Freeband Gang", "Magic" et "Tony Montana", c'était encore nouveau, et c'était déjà époustouflant.

Télécharger la mixtape

Vos 5 albums / mixtapes 2011

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2011. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • POP SMOKE - Meet the Woo POP SMOKE - Meet the Woo
  • DIGGA D - Double Tap Diaries DIGGA D - Double Tap Diaries
  • LD - The Masked One LD - The Masked One
  • MERYL - Jour Avant Caviar MERYL - Jour Avant Caviar
  • WNC WHOP BEZZY - Addy World WNC WHOP BEZZY - Addy World
  • DUKE DEUCE - Memphis Massacre 2 DUKE DEUCE - Memphis Massacre 2
  • ICE BURGANDY - Progress Involves Risk Unfortunately ICE BURGANDY - Progress Involves Risk Unfortunately
  • ICEWEAR VEZZO - Drank Baby ICEWEAR VEZZO - Drank Baby

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.