Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

JACKBOY - JackNDaBox

, 12:18 - Lien permanent

Comme Kodak Black, Pierre Delince est né en 1997, il vit à Pompano Beach, il est d'origine haïtienne, et sa vie est marquée par d'incessantes démêlées avec la justice et de fréquents séjours en prison. Les deux hommes, de fait, sont très proches. Dès 2016, quand le magazine XXL avait demandé au rappeur actuel le plus emblématique de la Floride qui mériterait de figurer avec lui parmi leurs fameux Freshmen, c'est son ami qu'il avait cité. C'est sur son label, Sniper Gang, que sévit aujourd'hui celui qui rappe sous le nom de Jackboy. Et en 2017, peu de temps après un premier tube appelé "Grimace", c'est en duo avec Kodak Black, avec le titre "From the G to the A", que ce dernier a connu son plus grand succès.

JACKBOY - JackNDaBox

Sniper Gang ‎:: 2019 :: télécharger cette mixtape

En toute logique, les raps rappellent ceux de Kodak Black sur JackNDaBox, un projet qui, bénéficiant des renforts de Plies et de Rick Ross, marque l'arrivée de Jackboy parmi les grands de Floride. La voix, la scansion, les onomatopées et la façon de manger les mots, en effet, sont les mêmes que ceux de son protecteur. Cependant, il ne s'agit pas d'un simple copié-collé. On le sait à présent, Kodak Black n'est pas un cas isolé. Il n'est que la face la plus visible de tout un sous-genre régional riche en talents, dont d'autres sont les représentants, comme Golden Animal, ici présent. Jackboy n'est qu'une autre émanation de cette formule floridienne, née à la fois de la trap music absurde de Gucci Mane et du rap de rue imbibé de blues de Boosie Badazz, les deux plus grandes influences du rap des années 2010, et les références revendiquées par le rappeur de Pompano Beach.

On retrouve la trace du premier dans les ritournelles hédonistes entêtantes à la "Life in the Pen", et du second dans les alliances contradictoires d'entrain et de mélancolie de "Keep Me a Strap", de "Go Away" et de la tirade de Kodak Black sur "Steppin". Jackboy se montre à la hauteur de ces influences sur de beaux morceaux comme "Lost in My Head", sur le lent et dépouillé "Want Some More" produit par Metro Boomin, sur "Money Machine", la très solide collaboration avec Rick Ross, sur ces tubes habités que sont "Need Room" et "Pay The Price", et sur le finale "Vakabon". Sur "Innocent by Circumstances", Jackboy s'essaie même, avec succès, au rap de délinquant tendu de vigueur à Detroit, avec l'appui de Helluva, le producteur phare de l'endroit. Tous ces morceaux sont des réussites. Ils donnent raison à Kodak Black quand, auprès de XXL, il vantait son compère.

Vos 5 albums / mixtapes 2019

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet