KENDRICK LAMAR - To Pimp a Butterfly

Les années 2010 auront été l'apogée du rap. Oh, certes, pour beaucoup encore, la décennie 90 fait figure d'âge d'or, d'apothéose, d'horizon indépassable. Elle a été le début du succès, l'ère des grands classiques. Mais à cette époque, ce genre était encore décrié, il était en compétition avec d'autres "musiques de jeune" dans le périmètre large des cultures populaires. Alors que vingt années plus tard, il a gagné. Le rap est victorieux, il a même triomphé, il est le genre majeur et cardinal, celui autour duquel tourne tout le champ de la culture. Tout le monde ou presque écoute du rap, beaucoup en font, et ceux qui le rejettent encore doivent se livrer à des contorsions intellectuelles et dialectiques pour se faire entendre sans entacher leur crédibilité.

KENDRICK LAMAR - To Pimp a Butterfly

Cet état de fait, personne ne l'aura mieux symbolisé que Kendrick Lamar. Au bout du compte, il y aura eu des rappeurs plus importants que lui au cours des années 2010. Il y en aura eu des plus influents, des plus novateurs, des plus populaires et des plus spontanés. Mais il est celui qui représente le mieux cette entrée dans l'âge de raison. Cela se vérifie sur l'ensemble de sa carrière, mais plus particulièrement encore avec son album le plus célébré, celui qui a été nommé de multiples fois aux Grammy Awards et qui a récolté des éloges quasiment unanimes de la presse, celui qu'il aura sorti au milieu même d'une décennie qui aura été la sienne, To Pimp a Butterfly. Avec lui, le rappeur allait encore plus loin que son prédécesseur. Sur ce dernier, le pourtant très prisé Good Kid, M.A.A.D City, il était encore un jeune garçon qui se cantonnait à l'espace sa bonne ville de Compton. Mais avec le suivant, il était un rappeur ambitieux qui s'aventurait bien plus loin dans le discours et dans les formes musicales.

Avec To Pimp a Butterfly, Kendrick Lamar consacrait le rap en tant qu'art. Les gens conviés sur ce nouvel album n'étaient pas tant des stars, telles que Drake et Mary J. Blige sur le précédent (voire Jay-Z sur sa version bonus), venues adouber le jeune Californien et le reconnaître comme un des leurs. Ils étaient plutôt de artistes en soi, des lyricistes respectés comme Rapsody, des esthètes avides d'innovation formelle et d'escapades au-delà du hip-hop, comme Flying Lotus et Knxwledge, des musiciens aventureux comme Thundercat et Kamasi Washington, ou des gens se situant à l'intersection des deux, comme Terrace Martin. Cette ambition artistique se manifeste aussi par la pluralité des styles abordés sur ce disque, par la diversité des flows adoptés par le rappeur, par ses changements de voix, par de constantes surprises et ruptures, par des morceaux découpés en mouvements, comme "Institutionalized" et "Momma".

Cette complexité et cette démarche esthétisante s'appliquent aussi aux paroles. To Pimp a Butterfly est un album à tiroirs bourré de référence, une œuvre à décortiquer sans fin, où les métaphores s'enfilent telles des poupées russes, comme dans le cas de "These Walls", où Kendrick Lamar parle de murs pour aborder des sujets aussi divers que le sexe, la prison et son propre enfermement psychologique. L'ambiguïté et le double-sens dominent, les grilles de lecture sont multiples, comme avec "Momma", dont on ignore s'il s'adresse à la mère du rappeur, ou à la terre africaine. De nombreux thèmes, voire les mêmes vers, reviennent d'un morceau à l'autre, transformant ce disque en un album-concept tel qu'on n'en faisait plus.

Rien que son titre pourrait alimenter des siècles d'exégèse. Il est une allusion directe au livre To Kill a Mockingbird, le classique de Harper Lee qui traitait des inégalités raciales. Son nom original, Tu Pimp a Caterpillar, était un acronyme de Tupac (Tu.P.A.C). Et en substituant la chenille ("caterpillar") par un papillon ("butterfly"), le rappeur parle d'embellir ("to pimp") une créature déjà magnifique, en référence sans doute à l'Afro-américain, dénigré par la majorité blanche, et néanmoins "beautiful". En plus de cela, histoire de se prêter à encore plus de mystères et d'interprétations, le livret du CD délivre un "vrai titre" en braille, qui signifie quelque chose comme A Blank Letter by Kendrick Lamar, une lettre vierge de Kendrick Lamar.

Cet album, manifestement, voulait aussi s'inscrire dans une grande histoire, celle des musiques afro-américaines. C'est évident quand on voit défiler ici les icônes de plusieurs de ses genres, Ronald Isley, George Clinton, et Dr. Dre au téléphone, sans compter Prince, qui était à deux doigts de figurer sur l'album, et dont on entend l'influence sur un morceau tel que "These Walls". To Pimp a Butterfly est une célébration de la musique afro-américaine, où l'on entend tour à tour du jazz, du spoken word, du gospel, du doo wop, de la soul, du funk, du dancehall et plusieurs écoles du rap, les californiennes, qu'il s'agisse d'un g-funk à la DJ Quik sur "King Kunta" ou d'un free rap virtuose à la Project Blowed sur "For Free?", tout comme les autres, comme sur ce "You Ain’t Gotta Lie" aux percussions old school. Au-delà même de la musique, Kendrick Lamar invoque d'autres figures afro-américaines de la culture populaire, comme Kunta Kinta de la série Roots, sur le single qui porte son nom, et Huey Newton, Martin Luther King et Michael Jackson sur "Mortal Man". C'est toute l'histoire des Noirs qu'il embrasse.

To Pimp a Butterfly se veut artistique, il se veut historique, mais il est aussi très politique. Il a été enregistré après un séjour en Afrique du Sud, au cours duquel le rappeur a trouvé son chemin de Damas. Ce voyage, à l'occasion duquel Kendrick Lamar a visité la cellule de Nelson Mandela, a semble-t-il changé sa perspective sur son art. A cela s'est ajouté le cas du jeune Noir assassiné Trayvon Martin, en 2012. Tout cela l'a incité à s'exprimer sur la condition noire. C'est très clair dès le premier titre, "Wesley's Theory". Il dénonce un asservissement perpétué par l'industrie du divertissement, laquelle offre désormais à des Noirs aliénés des voitures et des maisons, version mise à jour des 40 acres et de la mule promise après l'abolition de l'esclavage.

Sa communauté, Kendrick Lamar la défend sur "Complexion", quand avec Rapsody il l'invite à rester unie, à ne pas se diviser en fonction des différents teints de peau de ses membres. Il affirme aussi sa négritude, avec colère et aigreur, sur "The Blacker the Berry", s'attaquant au racisme institutionnel. Même les moments les plus personnels de Kendrick Lamar sont un reflet de l'expérience afro-américaine. C'est le cas de ses fréquents passages du doute à l'exaltation, représentés notamment par deux titres antagoniques, le dépressif "U" et l'extatique "I". Ça l'est aussi de "Alright", quand le rappeur prétend que tout va bien alors que ses mots disent le contraire. Tout cela se rapporte au statut de l'homme noir, constamment déchiré entre ce statut d'inférieur qu'il a intériorisé, et son fort appétit de s'affirmer crânement.

Avec To Pimp a Butterfly, Kendrick Lamar est devenu en quelque sorte le pendant rap de Barack Obama, qui allait l'inviter à la Maison Blanche autour de la même période : un Afro-Américain arrivé tout en haut de la nation, mais qui pour cela a arrondi quelques angles et ne représente plus tout à fait le ghetto. Car c'est bien là la grande limite de cet album. Kendrick Lamar est un fayot. Azealia Banks l'aura clairement dénoncé, quand elle l'aura traité d'abruti en l'entendant blâmer les Noirs pour la violence qu'ils subissent, sur "The Blacker the Berry". Il répond à cette soif de respectabilité qui travaille autant les Afro-américains que les fans de rap.

Cette respectabilté, Kendrick Lamar l'apporte au plus scandaleux des genres, le gangsta rap. Il le réconcilie avec la Zulu Nation, quitte à donner dans un discours moralisateur et dans la bondieuserie, comme avec "How Much a Dollar Cost", quand Dieu en personne vient le tester sous l'apparence d'un sans-abri. L'album a de moments très inspirés. A mesure qu'on avance, à partir surtout d'un "Hood Politics" qui ouvre une seconde moitié très intense, on y découvre de véritables instants de grâce, délivrés par un vrai bon rappeur. Mais aussi, il est bavard, chaotique, compliqué, boursouflé, complaisant et prétentieux. Les professeurs du futur, entrés en hip-hop comme d'autres sont entrés en religion, se délecteront sans doute de soumettre cette œuvre gorgée de détails à l'examen de leurs élèves. Ce qui les emmerdera copieusement.

To Pimp a Butterfly arrive en bout de course, il parachève l'histoire du hip-hop en lui offrant son œuvre d'art. La chenille du rap est sortie de sa chrysalide, elle s'est transformée en papillon. Cet album est une autocélébration du hip-hop. Il cherche à béatifier le rap, à le sanctifier, jusqu'à l'écœurement, comme avec ce dialogue imaginaire avec Saint Tupac Shakur sur "Mortal Man", le morceau final, une expérience nécrophile réalisée à l'aide d'une vieille interview de la légende décédée. Cependant, quel mouvement cet album a-t-il lancé, quel artiste a-t-il inspiré ? Ah oui, David Bowie, qui s'en serait influencé pour Blackstar. Mais enfin, ce vieux monsieur qui cherchait depuis si longtemps à redevenir l'innovateur qu'il avait été jadis (et qui allait bientôt casser sa pipe), n'incarnait alors plus vraiment l'avenir de la musique.

To Pimp a Butterfly a été enregistré les yeux fixés sur le rétroviseur, son auteur s'étant appliqué à transformer des décennies de musique et de luttes afro-américaines en un chef d'œuvre reconnu. Et pourtant, bien que passéiste, peut-être même grâce à ça, cet album aura finalement été en phase avec le temps présent. Il était à sa place, à cette époque où un hip-hop d'âge mûr cherchait à se repolitiser. Il arrivait à point, en plein mouvement Black Live Matters, si bien que "Alright", l'un des rares morceaux ici à passer pour un tube, en deviendrait l'hymne. Qui plus est, tout ce qu'on pouvait reprocher à Kendrick Lamar, sa musique surchargée d'élève modèle, il le corrigerait bientôt avec le plus épuré et le plus rude DAMN., afin qu'au-delà du phénomène et des commentaires journalistiques qui entourent son œuvre, n'apparaisse plus que le rappeur d'exception qui aura mérité de marquer les années 2010 de son empreinte.

Acheter cet album

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • WB NUTTY - Narcotics Anonymous WB NUTTY - Narcotics Anonymous
  • XXXTENTACION - 17 XXXTENTACION - 17
  • OPIO - Triangulation Station OPIO - Triangulation Station
  • YOUNG SLO-BE - Red Mamba YOUNG SLO-BE - Red Mamba
  • ALLBLACK - TY4FWM ALLBLACK - TY4FWM
  • BENNY THE BUTCHER - The Plugs I Met 2 BENNY THE BUTCHER - The Plugs I Met 2
  • BROCKHAMPTON - Roadrunner: New Light, New Machine BROCKHAMPTON - Roadrunner: New Light, New Machine
  • HUS KINGPIN – Portishus HUS KINGPIN - Portishus

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.