Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

42 DUGG - Young and Turnt

, 22:47 - Lien permanent

L'heure de l'expansion nationale a bel et bien sonné pour le rap de rue de Detroit. Depuis plusieurs années, à partir du moment où les Doughboyz Cashout ont rejoint le CTE World de Jeezy, il a cessé d'être circonscrit à la scène locale et condamné à la confidence. La signature de 42 Dugg sur le Collective Music Group de Yo Gotti (via le 4PF de Lil Baby), juste après que l'homme d'East Side se soit fait remarquer avec le single "The Streets", en est une autre preuve. La première manifestation de cette alliance, le projet Young and Turnt, reflète l'ouverture du rap de Detroit, quelques invités étant, outre Yo Gotti et Lil Baby eux-mêmes, le rappeur de Memphis Blac Youngsta, autre membre de l'écurie CMG, et ce bon vieux PeeWee Longway. Cependant, tout cela demeure à 100% du rap de Detroit.

42 DUGG - Young and Turnt

CMG / 4PF ‎:: 2019 :: écouter cette mixtape

Et pour cause, une bonne part des sons étant le fait du producteur emblématique de l'endroit, Helluva, et d'une autre de ses figures, Antt Beatz. 42 Dugg est un nouveau nom pour la ville du Michigan, dont le réservoir de rappeurs semble décidément inépuisable. Il lui apporte une nouvelle voix, aigue et nasale, que certains ont comparée à celle d'Eazy-E. Mais la formule, elle, est familière. Voici encore un rappeur insatiable. Tout au long de cette sortie, il se montre débordant de morgue et d'énergie, qu'il clame ses raps de manière sèche, ou qu'il chantonne comme sur "The Streets" et "4 Mine". Et sa musique, avec ses synthétiseurs brusques, ses rythmes électriques et ses pianos haletants, nous offre peu de répit.

Quant aux thèmes de prédilection, il s'agit bien sûr de la rue, de la rue, et encore de la rue (et des activités illicites qui s'y pratiquent). 42 Dugg s'en déclare le roi sur "Whole City AKA Prada Me". Mais il en dévoile aussi les aspects les plus sordides, à commencer par les morts tragiques, comme celle de Team Eastside Snoop, auquel il rend hommage avec Babyface Ray, sur "The Streets". Cette mixtape est une suite de menaces et de propos peu amènes sur des filles jugées peu fiables, parsemée ici d'une complainte du ghetto ("She Love Me"), ou là d'un hymne au commerce de drogue ("MBWL", pour molly, weed, bars, lean), avec le rappeur de Detroit à avoir jusqu'ici tiré le mieux son épingle du jeu, Tee Grizzley. A quelques coups de mou près, on perçoit tout la faim et l'envie d'un homme qui aura fomenté son coup en prison, jugeant après 6 ans derrière les barreaux (la première fois à 15 ans), qu'investir dans le rap serait pour lui une porte de sortie.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet