BABY SMOOVE - Flawless

Qui a dit que le son de Detroit était toujours le même ? Malgré quelques traits musicaux en commun, Sada Baby n'est pas Payroll Giovanni, qui n'est ni Icewear Vezzo, ni Peezy, ni Drego & Beno. Et s'il faut aux sceptiques une meilleure preuve de la diversité des rappeurs issus de cette scène, alors Baby Smoove l'apporte. Ce dernier a beau être aussi prolifique que la plupart de ses compères (il a sorti trois projets cette année, Flawless, Mr. Perfect et Purple Heart) et livrer comme eux un rap de rue insolent obsédé par le fric, il s'en distingue par un phrasé détaché, tout en murmures, qui évoque davantage les artistes des alentours de Washington à la Goonew, que celui généralement plus soutenu et plus énergique des rappeurs de sa ville.

BABY SMOOVE - Flawless

La première de ses sorties de 2019, une bien nommée Flawless, le démontre. Ici, sur des cas d'école comme le très bon morceau "Sixty (Melo)", Baby Smoove tient les mêmes propos agressifs que ses pairs, il évolue dans le même univers rude. La musique est souvent celle, électrique et tendue, qui caractérise Detroit. Et pour ne rien gâcher, ce rappeur fait preuve d'une indéniable facilité verbale. Mais il délivre son flot de paroles de manière léthargique, en mangeant ses mots, en descendant d'un ton à la fin de chaque vers, comme s'il n'avait au fond rien à faire de ce qu'il disait, comme s'il était en pilotage automatique, comme s'il était anesthésié et insensibilisé à tous les périls et à toutes les souffrances de sa vie de délinquant.

Tout cela apporte à son rap un étonnant effet de contraste entre les paroles et leur habillage sonore. L'aspect mollasson de son flow est lui aussi contrebalancé par le sens mélodique de morceaux comme “Plastic”, l'abrupt "Get To Work", le relevé "Wockstar", le remarquable "Groupies", une "Outro" parfaite et la pause à l'Auto-Tune de "In Too Deep", avec Drego. Les marmonnements de Baby Smoove ne le desservent pas. Ce détachement avec lequel il s'exprime ne l'empêche pas de se comparer aux plus grands, Lil Wayne, Nipsey Hussle, 50 Cent dès l'introductif "Blicky", ou Gucci Mane sur le fier "Mr. Perfect". Donnant raison à son titre ("sans défaut"), ce projet est sans accroc, il livre une musique sans tube, “Bape” excepté, mais in fine addictive, quand elle s'écoute d'un seul trait, sur toute la longueur de ce Flawless.

Acheter cet album

Vos 10 albums rap 2010-19

Désignez vos 10 albums ou mixtapes rap préférés de la décennie 2010-19. Les résultats seront révélés plus tard, et la sélection de Fake For Real en parallèle.

Album #01

Album #02

Album #03

Album #04

Album #05

Album #06

Album #07

Album #08

Album #09

Album #10

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • MOZZY - Beyond Bulletproof MOZZY - Beyond Bulletproof
  • SHOOTERGANG KONY - Red Paint Reverend SHOOTERGANG KONY - Red Paint Reverend
  • CUTTHROAT - The Takeova CUTTHROAT - The Takeova
  • RHYMEFEST - Blue Collar RHYMEFEST - Blue Collar
  • GOONEW & LIL DUDE - Homicide Boyz 2 GOONEW & LIL DUDE - Homicide Boyz 2
  • RIO DA YUNG OG - Ghetto Babies RIO DA YUNG OG - Ghetto Babies
  • MC SOLAAR - Prose Combat MC SOLAAR - Prose Combat
  • KA- Descendants of Cain KA - Descendants of Cain

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.