Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

RAP, HIP-HOP - Albums et mixtapes 2010

, 22:20 - Lien permanent

2010 a été faste, pour le rap. Après le coup de booster apporté par la frénésie de mixtapes de qualité sorties les années précédentes, elle a tenu son rang. Elle a été marquée par la sortie de grands albums de quelques artistes établis (de Big Boi à Kanye West), par quelques pavés dans la mare, comme le puissant Flockaveli de Waka Flocka, et par la nouvelle sensation générationnelle qu'a été un temps Odd Future. Elle a ouvert une nouvelle décennie où, après quelques années de repli apparent, le rap allait reprendre sa place, le première. Où il allait être, pour de bon et sans concurrence, la musique populaire centrale et cardinale de son temps.

BIG BOI - Sir Lucious Left Foot: The Son of Chico Dusty

NB : les sélections de Fake For Real, n'ont aucune autre intention que d'affirmer, quoiqu'avec force, des choix purement subjectifs. Rien n'étant jamais définitif ni gravé dans le marbre, elles sont souvent revues et corrigées. A chaque mise à jour significative, l'article est à nouveau mis en avant, à la date du moment.


# 14. RICK ROSS - The Albert Anastasia EP

RICK ROSS - The Albert Anastasia EP

Lire la chronique :: acheter le disque

Avec Rozay, il faut toujours garder un oeil sur les side-projects. C'est souvent ceux-ci, ses mixtapes, ses EPs (et cet Albert Anastasia est les deux), qui se rapprochent le plus de ce qui pourrait être un vrai album. Le format y est plus resserré, les bangers plus visibles, les virées R&B moins nombreuses et mieux maîtrisées, comme dans le cas de ce disque, l'un des meilleurs du nabab de Miami.


# 13. HIDDEN FORTRESS - All That Is

HIDDEN FORTRESS - All That Is

Lire la chronique :: acheter le disque

Dans la série hip-hop indé comme il y a dix ans, sombre, lugubre, rempli d’électronique oppressante, de bruits bizarres et de raps pour la fin du monde, voici donc Hidden Fortress, duo de Vancouver atterri chez Hand’Solo Records le temps de ce deuxième album. Un groupe proche de Kaigen de Curse ov Dialect, de Modulok des Red Ants, et qui, à l’occasion, se tire plutôt bien de l’exercice.


# 12. KENDRICK LAMAR - Overly Dedicated

KENDRICK LAMAR - Overly Dedicated

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

Overly Dedicated ne fut pas sans raison la mixtape de la révélation, pour Kendrick Lamar. L'ancien K-Dot y peaufinait son personnage : il se fondait dans l'univers gangsta de sa cité de Compton, tout en le questionnant ; il prenait une posture arty, en jouant la carte du rappeur lyrical, et en embrassant un large spectre musical. Il était alors exactement celui qu'on allait bientôt exagérément célébrer.


# 11. GUCCI MANE - Mr. Zone 6

GUCCI MANE - Mr Zone 6

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

A la suite d'une année 2009 très faste pour lui, et quasi immédiatement après une nouvelle sortie de prison, Gucci Mane reprenait dare-dare son activité principale : enregistrer et sortir des mixtapes. Le rappeur d'Atlanta y déroulait une fois encore sa formule, cet ego-trip gangsta exacerbé, absurde et souligné par de petites mélodies, avec la même réussite qu'avant, et une agilité verbale décuplée.


# 10. LISTENER - Wooden Heart

LISTENER - Wooden Heart

Lire la chronique :: acheter le disque

Pas sûr que cet album ait tout à fait sa place dans une sélection rap... Même si le principal acteur de ce projet, Dan Smith, provenait bel et bien du hip-hop, et plus particulièrement du collectif de rap chrétien Deepspace5, sur son nouveau projet il donnait dans une sorte de spoken word, déclamé à fleur de peau, sur un fond instrumental rock. Dit comme ça, ça peut faire peur. Et pourtant, c'était très bon.


# 09. FREEWAY & JAKE ONE - The Stimulus Package

FREEWAY & JAKE ONE - The Stimulus Package

Lire la chronique :: acheter le disque

Signe que le rap a changé d'époque, voici donc une alliance qui, dix ans plus tôt, aurait été hautement improbable : celle entre un ancien Roc-a-Fella, Freeway, et l'un des labels phares du rap indé de backpackers, Rhymesayers. Et le comble, c'est que cet album est à la fois l'un des meilleurs sortis par ces derniers depuis fort longtemps, et peut-être aussi le plus abouti de la carrière du rappeur barbu.


# 08. WAKA FLOCKA FLAME - Flockaveli

WAKA FLOCKA FLAME – Flockaveli

Lire la chronique :: acheter le disque

Si Flockaveli n'est pas le meilleur disque de 2010, il est en tout cas son plus important et son plus polémique. Epaulé par Lex Luger, le protégé de Gucci Mane proposait l'un des disques les plus brutaux jamais livrés par le rap. Il en faisait à nouveau une musique immédiate, intense et viscérale. Au grand dépit des uns, et au bonheur des autres, il consacrait définitivement la suprématie de l'ignorant rap.


# 07. ROC MARCIANO - Marcberg

ROC MARCIANO - Marcberg

Lire la chronique :: acheter le disque

Avec Marcberg, un ex du Flipmode Squad de Busta Rhymes livrait, au tout début des années 2010, le disque rap parfait de la décennie 1990. Roc Marciano excellait en effet dans un hip-hop de rue new-yorkais austère et sombre, servi par des boucles précises et minimalistes, et par une parfaite maîtrise "lyricale". Avec cet album, pour une fois, il y avait tout un tas de raisons de se vouloir revivaliste.


# 06. ALLEY BOY - Definition of Fuck Shit

ALLEY BOY - Definition of Fuck Shit

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

C'est à partir de là, de cette mixtape intitulée Definition of Fuck Shit, qu'Alley Boy allait pour de bon se faire un nom, au-delà de cette ville d'Atlanta où il était déjà connu, d'abord pour faits de délinquance, puis ensuite pour ses raps. Motivé par le succès de son ami Gucci Mane, il ne faisait alors que proposer la formule trap rap habituelle, mais avec une urgence et une intensité qui faisaient toute la différence.


# 05. KNO - Death Is Silent

KNO - Death Is Silent

Lire la chronique :: acheter le disque

Kno, beatmaker des CunninLynguists, et à ses heures rappeur aussi, s'échappait en solo. Et bien sûr, c'est un album de producteur qu'il nous concoctait, un disque où les sons étaient de loin la principale attraction, un disque cinématique et conceptuel, consacré au thème de la mort, un grand disque dépressif où la composition primait, où les beats étaient agencés avec science et avec soin.


# 04. CESCHI - The One Man Band Broke up

CESCHI - The One Man Band Broke up

Lire la chronique :: acheter le disque

Le rap au phrasé de mitraillette à la Project Blowed, sa liberté formelle, mais aussi les Beatles, le folk et le rock psychédélique. Ceschi Ramos, acteur central de la scène rap indé dans sa phase la plus tardive, a su mélanger tout cela et en faire un tout cohérent, et nulle part aussi bien que sur ce troisième album, construit autour de l'histoire de Julius l'artiste maudit, et produit par l'Allemand DJ Scientist.


# 03. KANYE WEST - My Beautiful Dark Twisted Fantasy

KANYE WEST - My Beautiful Dark Twisted Fantasy

Lire la chronique :: acheter le disque

Un hymne à l'excès, une ode à l'égo, un disque de la démesure. Voici ce qu'est le My Beautiful Dark Twisted Fantasy de Kanye West. C'est aussi son disque le plus coté, bénéficiaire qu'il a été d'une véritable hystérie critique. Tout Kanye était là, il est vrai, avec des dizaines d'autres musiciens, tous entassés sur un seul album. Un album surchargé, indigeste, et parfois de mauvais goût ; mais un classique.


# 02. STARLITO - Renaissance Gangster

STARLITO - Renaissance Gangster

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

Renaissance Gangster, c'est le disque pivot de Starlito, le plus emblématique de son passage, progressif, d'espoir du rap sudiste à valeur sûre de l'underground. Avec la complicité de DJ Burn One, le rappeur de Nashville ralentissait le tempo, sa voix devenait plus enrouée, la musique plus mélancolique, le ton plus désabusé. Il inaugurait ainsi une seconde carrière, l'une des plus captivantes des années 2010.


# 01. BIG BOI - Sir Lucious Left Foot: The Son of Chico Dusty

BIG BOI - Sir Lucious Left Foot: The Son of Chico Dusty

Lire la chronique :: acheter le disque

A ceux qui pensaient que l'âme artistique d'OutKast, c'était l'extravagant Andre 3000, qu'il était son moteur créatif, et que Big Boi n'était que le rappeur normal du duo, sa caution plus street, ce dernier apportait un sérieux démenti, avec ce premier album solo imaginatif, inventif, parfaitement digne des albums les plus allumés et les plus inspirés de son duo d'appartenance, et proprement irrésistible.


AUTRES SORTIES NOTABLES

Comme à l'accoutumée, pour compléter cette sélection, quelques autres albums ou mixtapes sortis la même année, et qui méritent d'être cités, soit parce qu'ils auraient pu figurer parmi les meilleurs, soit parce qu'ils ont été représentatifs de ce qu'il s'est passé en 2010, soit encore parce qu'ils contiennent quelques tubes, et qu'un heureux hasard les a très opportunément placés entre nos deux oreilles.


BIG K.R.I.T. - K.R.I.T. Wuz Here

BIG K.R.I.T. - K.R.I.T. Wuz Here

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

Au sein de la nouvelle génération rap qui émergea autour de 2010, il y eut Big K.R.I.T., dont le K.R.I.T. Wuz Here est, à ce jour, sans doute, l'oeuvre la plus significative. Celle-ci ne révélait pas grand chose de neuf, pourtant. En bon élève, le rappeur du Mississippi se posait en héritier fidèle de l'héritage rap sudiste, en particulier celui d'UGK, avec sa musique souple et suave, fourrée de samples soul.


DANNY BROWN - Detroit State of Mind 4

DANNY BROWN - Detroit State of Mind 4

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

Huit jours avant de sortir son album The Hybrid, où il inaugurerait la voix haut-perchée qui le ferait connaître, Danny Brown livrait la quatrième édition de sa série de mixtapes Detroit State of Mind. Cette sortie mettait encore en scène le vieux Danny Brown, le plus conventionnel, le plus boom bap, entouré de vétérans de la scène locale. Et pourtant, le rappeur de Detroit s'y montrait déjà au-dessus du lot.


DANNY BROWN - The Hybrid

DANNY BROWN - The Hybrid

Lire la chronique :: acheter le disque

C'est avec cet album que la carrière de Danny Brown, actif depuis plusieurs années déjà, en sa bonne ville de Detroit, décolla pour de bon. C'est là, à la veille de ses 30 ans, que l'exubérant rappeur peaufina son image d'hybride, adepte de rap conscient mais avide de drogues et de défonce, à la fois boom bap et expérimental, inspiré par le son des années 90 mais parfaitement de son temps.


COUSIN FIK - No Gravity

COUSIN FIK - No Gravity

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

Sur sa première mixtape après sa participation à la série des Revenue Retrievin', Cousin Fik, le dernier protégé d'E-40 et de son Sick-Wid-It Records, concrétisait. Ce que nous proposait le rappeur de Vallejo, c'tait la formule habituelle à la Bay Area de l'après-hyphy, du rap de mauvais garçon porté sur le sexe et l'argent, et soutenu par des beats électroniques virevoltants, mais au meilleur d'elle-même.


CURREN$Y - Pilot Talk

CURREN$Y - Pilot Talk

Lire la chronique :: acheter le disque

En quelque sorte, 2010 fut l'année de la consécration pour Curren$y. Bien longtemps après ses débuts auprès de No Limit et de Cash Money, il connaissait un succès d'estime appréciable avec son arrivée chez Roc-a-Fella et la sortie de ses Pilot Talk 1 et 2, deux albums qui consacraient sa formule à base de rap alangui et noyé dans les vapeurs de weed, que l'on a parfois qualifié de stoner rap.


C.V.E. - Not Like Those

C.V.E. - Not Like Those

Lire la chronique :: acheter le disque

Depuis le début des années 90 et leurs premiers pas au Good Life Café et au sein du collectif Project Blowed, les gens de C.V.E. ont éclaboussé tout le monde avec leurs flows invraisemblables. Il aura pourtant fallu attendre 2010 pour, qu'à l'aide des petits Blancs du label Milled Pavement, ils livrent enfin un vrai bon album, bénéficiant cette fois, sur toute sa longueur, d'une production digne de ce nom.


DESSA - A Badly Broken Code

DESSA – A Badly Broken Code

Lire la chronique :: acheter le disque

Du hip-hop adulte, déclamé par une rappeuse avec des ambitions de poétesse, donnant autant dans le chant R&B et dans le spoken word que dans le rap stricto sensu, et ouverte à tous les styles musicaux. Indubitablement, tout cela sonne comme une promesse de prétention et d'ennui. Le premier véritable album de Dessa, seule femme issue du collectif Doomtree, est cependant une réussite.


THE DIRTY SAMPLE - Joshua’s Dreamixes

THE DIRTY SAMPLE - Joshua’s Dreamixes

Lire la chronique :: acheter le disque

Il faut le reconnaître : tout n'est pas du meilleur cru sur ce mix du Dirty Sample, un beatmaker originaire de Calgary. Mais ce premier vrai disque depuis deux ans pour l'increvable Hand'Solo Records, label historique de la scène indé canadienne, bourré de noms familiers aux oreilles des fans de ce type de rap, suffit à nous prouver que cela bouge encore beaucoup, tout là-haut, du côté du Grand Nord.


FAT TREL - No Secrets

FAT TREL - No Secrets

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

La première mixtape de Martrel Reeves, celle grâce à laquelle il a émergé pour devenir, à l'instar de son protecteur Wale, et dans un style plus vénal, libidineux et agressif, le rappeur emblématique de Washington DC dans les années 2010. Et aussi, peut-être, la meilleure de toutes, malgré son format particulièrement éclectique et éclaté, et quelques autres réussites plus tard dans sa carrière.


INCISE - Daily Methods

INCISE - Daily Methods

Lire la chronique :: acheter le disque

Incise, producteur de l'Ontario, aime la belle ouvrage. Il le démontre avec son deuxième album solo, un disque construit autour du thème du temps qui passe. De nombreux rappeurs underground s'y expriment, dans un style réfléchi qui trouve sa source dans les années 90. Mais ce qui compte ici est le travail sur les sons, c'est le soin apporté par Incise à délivrer de véritables compositions hip-hop.


LEXICON - Rapstars

LEXICON - Rapstars

Lire la chronique :: acheter le disque

Rapstars, l’album, est exactement ce que laissait présager Rapstars, le EP, en 2006. C’est strictement la même fusion rap / rock tonitruante, jouissive et mal élevée que celle annoncée avec le tube "Junk Food" par Lexicon, un duo de frangins blancs issus de la scène rap backpacker de Los Angeles, que l'on a connus plus orthodoxe, et qui semble aujourd'hui avoir pleinement trouvé sa voie.


LILEA NARRATIVE - Echantillodrome

LILEA NARRATIVE - Echantillodrome

Lire la chronique :: acheter le disque

Le deuxième album du beatmaker caennais Liléa Narrative semble, de prime abord, prendre une voie plus tortueuse que le précédent, Nouvelle Chair. A première vue, il donne davantage dans la difficulté et dans l'expérimentation. Mais c'est un leurre. Malgré tout cela, son hip-hop instrumental dégage toujours autant de mélodies, se montrant même plutôt très accrocheur et très accessible.


MELODICA DEATHSHIP - Doom Your Cities, Doom Your Towns

MELODICA DEATHSHIP - Doom Your Cities, Doom Your Towns

Lire la chronique :: acheter le disque

Il fallait bien venir d'un endroit aussi inhabituel que l'Irlande (en tout cas pour un rappeur) pour proposer un tel projet : un rap pour marins déclamé sur le mode du spoken word, dédié au thème de la piraterie, agrémenté par les sons d'un mélodica, et accompagné par des invités issus de la scène metal. Aucun doute, le MC de Dublin Exile Eye a forcé sur le concept, mais son album est une réussite.


NOCANDO - Jimmy the Lock

NOCANDO - Jimmy the Lock

Lire la chronique :: acheter le disque

En 2010, ce bon disque de Nocando témoignait de deux évolutions majeures dans l'underground hip-hop de la Cité des Anges : tout d'abord, de la prise de pouvoir par ce rappeur, qui s'inscrivait comme l'héritier principal et décisif de la lignée Project Blowed ; et ensuite, des expériences de plus en plus électroniques tentées par des beatmakers au passif hip-hop, à l'occasion des soirées Low End Theory.


THE NONCE - The Only Mixtape

THE NONCE - The Only Mixtape

Lire la chronique :: acheter le disque

"I used to sell mixtapes, but now I’m an emcee"... Bien souvent, c’est cette petite ritournelle que les amateurs ont en tête lorsque l’on évoque The Nonce. Et bien maintenant, grâce à une initiative bienvenue de DJ Bachir, la boucle est bouclée. Car c’est au tour du plus mésestimé des grands groupes de rap d’être l’objet lui-même d’une mixtape, compilant oeuvres du duo et escapades du rappeur Sach.


OPEN MIKE EAGLE - Unapologetic Art Rap

OPEN MIKE EAGLE - Unapologetic Art Rap

Lire la chronique :: acheter le disque

Rap alternatif pas mort, semble proclamer Open Mike Eagle, sur ce disque solo chez Mush Records. Ce membre historique de la scène indé de Chicago, désormais affilié au Project Blowed et proche de Nocando, signe en effet un album manifeste, rappelant l'existence de rappeurs afro-américains intellos portés sur l'artistique, les expérimentations et les paroles à tiroirs, plutôt que sur l'ignorant rap.


RICK ROSS - Ashes to Ashes

RICK ROSS - Ashes to Ashes

Lire la chronique :: acheter le disque

A l'approche de Noël, Rick Ross concluait l'une des années les plus riches de sa carrière par une nouvelle mixtape, en complément du très bon Albert Anastasia EP sorti plus tôt en 2010. Comme d'habitude, il y mettait en scène son personnage de parrain magnifique. Comme d'habitude, il alternait de violents bangers, et des titres plus doucereux lorgnant vers le R&B. Comme d'habitude, c'était très bien.


SPACEGHOSTPURRP - Nasa: The Mixtape

SPACEGHOSTPURRP - Nasa: The Mixtape

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

Le Raider Klan suivrait le modèle établi par Odd Future : celui d'un collectif de jeunes rappeurs cultivant sa vision propre du hip-hop (ici un rap revivaliste qui réinvestit le son des scènes de Memphis et Houston au milieu des années 90), et sortant des mixtapes à foison pour se fédérer un public sur Internet. Leur leader, SpaceGhostPurrp, allait ouvrir les hostilités en 2010 avec cette première sortie.


LES SWASHBUCKLING NAPOLEONS - Fuck

LES SWASHBUCKLING NAPOLEONS - Fuck

Lire la chronique :: acheter le disque

Une vieille histoire que celle des Swashbuckling Napoleons. Une histoire débutée en 2003, avec le maxi Shiver Me Timbers. Une histoire qui reprend 7 ans plus tard avec la sortie d'un album inattendu, et qui se révèle aussi foutraque mais réjouissant que les oeuvres solos de ses protagonistes, le Canadien Thesis Sahib et le Floridien Bleubird, deux des figures les plus extragantes de la scène rap indé.


EARL SWEATSHIRT - Earl

EARL SWEATSHIRT - Earl

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

La sensation rap, en 2010, c'était Odd Future. Et si on veut découvrir l'oeuvre la plus solide, représentative et condensée des Californiens en ce temps là, il faut se reporter à la mixtape très courte d'un gamin. Alors âgé de 16 ans, Earl Sweatshirt y multipliait les paroles offensantes avec la morgue et l'éloquence d'un adolescent, sur une production sombre de circonstance conçue par Tyler, le leader du collectif.


YOUNG DOLPH & DJ SCREAM - Welcome to Dolph World

YOUNG DOLPH & DJ SCREAM - Welcome to Dolph World

Lire la chronique :: télécharger la mixtape

La mixtape qui a révélé Young Dolph s'appelait Welcome to Dolph World, et elle était bien nommée. Portée par le tube "I Need my Medicine", elle intronisait un acteur clé du rap sudiste des années 2010. A sa suite, nous aussi, on voudrait notre médecine, et Dolph notre dealer serait assez prodigue pour nous en livrer plusieurs doses par an, sous la forme de mixtapes presque toutes jubilatoires.


LE CLASSEMENT DES LECTEURS

Peu de votants, pour ce référendum sur l'année rap 2010. Forcément, désigner ses albums ou mixtapes préférés avec cinq ans de décalage, ce n'est pas ce qu'il y a de plus facile et mobilisateur... Les suffrages ont été suffisants, cependant, pour qu'une poignée de projets se détachent. Ils sont, pour une bonne part, les mêmes que ceux de la sélection publiée par Fake For Real, mais dans un tout autre ordre.

ROC MARCIANO - Marcberg

  1. ROC MARCIANO - Marcberg
  2. WAKA FLOCKA FLAME - Flockaveli
  3. BIG BOI - Sir Lucious Left Foot: The Son of Chico Dusty
  4. FREEWAY & JAKE ONE - The Stimulus Package
  5. KANYE WEST - My Beautiful Dark Twisted Fantasy
  6. WIZ KHALIFA - Kush & Orange Juice
  7. STARLITO - Renaissance Gangster
  8. BIG K.R.I.T. - K.R.I.T. Wuz Here
  9. FREDDIE GIBBS - Str8 Killa
  10. GUCCI MANE - Mr. Zone 6
  11. NECRO - DIE!
  12. YELAWOLF - Trunk Music

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet