Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DANNY BROWN - The Hybrid

, 22:39 - Lien permanent

XXX, l'album de l'exubérant Danny Brown, a été à raison l'une des sensations rap de la fin de l'année 2011. Cependant, déjà trentenaire, notre rappeur édenté avait eu une vie avant cela. Il avait sorti des mixtapes, collaboré avec quelques compatriotes de Detroit, J Dilla et Black Milk en premier lieu, proposé dès 2008 un premier album intitulé Hot Soup. Et surtout, en 2010, il avait été l'auteur d'un The Hybrid d'ores et déjà fort recommandable.

DANNY BROWN - The Hybrid

Rappers I Know :: 2010 :: acheter ce disque

Cet album, c'était la vraie naissance de Danny Brown. C'est d'ailleurs grâce à lui qu'il a été repéré puis signé par Fool's Gold. C'est ce disque où est mis en scène pour de bon ce personnage au look improbable et au timbre haut perché, nasal et cartoonesque. Par son seul titre, The Hybrid annonçait sa nature. Ce Black déglingué et dégingandé en effet, est bel et bien cela : un hybride, la réconciliation en un seul homme de tendances et de caractéristiques contraires.

The Hybrid donnait dans le registre du rap "conscient" en même temps qu'il assumait tout le passif gangsta, ses envies d'agression, son sexisme et son instinct territorial (l'hymne à Detroit "New Era"). Danny Brown y empilait punchline sur punchline, tout en ayant du fond et de l'épaisseur. Il prenait la posture du rappeur cérébral et expérimental, sans cesser d'assumer l'héritage du cocaine rap, consacrant une bonne partie de ses paroles à son amour des drogues, avant, tout au contraire, de dénoncer les addictions aux médicaments sur "Generation Rx" ou à l'alcool sur "Drinks On Me". Sur ce dernier titre, il commettait même l'exploit de nous faire compatir à la douleur d'une femme au bord du gouffre, tout en déclarant de manière éhontée profiter de la situation.

Notre hybride mélangeait des paroles clownesque à d'autres, plus graves, comme cet "I'm Out", produit par Chuck Inglish des Cool Kids, où il revenait sur la mort d'un ami d'enfance, comme encore la suite de drames contée sur "Guitar Solo". Il rendait compte sur un mode corrosif de la pauvreté ordinaire, sur l'ironiquement nommé "Thank God". Il se montrait fantaisiste, mais il savait aussi ramener sur terre ceux qui avaient apprécié le film Juno, en leur présentant avec son titre du même nom une vision plus rude du statut de fille-mère.

Au niveau des beats, aussi, notre hybride conciliait les contraires : des sonorités complètements obtuses, dès l'introductif et robotique "Greatest Rapper Ever", mais sur un vieux fond boom bap, mêlant l'étrange au familier comme plus personne ne l'avait fait depuis le Wu-Tang (auquel ressemblait d'ailleurs la boucle de "Re-Up") ; une collection de titres tous différents, avec des boucles épurées, des pianos démembrés, des solos de guitare, des synthés psychédéliques, produits à chaque fois par un beatmaker distinct, mais qui, en dépit d'une fin un peu mollassonne, sonnait comme un album consistant, comme la première grande œuvre d'un homme amené à en enregistrer quelques autres.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet