Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - New Jersey

Fil des billets Fil des commentaires

HEATHER B. - Eternal Affairs

, 22:52

La carrière de rappeuse d'Heather B. se réduit finalement à pas grand-chose. Elle n'aura sorti en tout et pour tout que deux véritables albums. Et dans l'esprit des Américains, elle aura été d'abord une personnalité des médias. C'est en effet via la première saison de The Real World, une émission pionnière de la télé-réalité diffusée par MTV à partir de 1992, qu''Heather B. Gardner s'est fait connaître du grand nombre. Et sa présence à l'écran (le petit, et parfois le grand) comme sur les ondes aura perduré au-delà de son activité discographique. Pourtant, c'est bel et bien par le rap que la native du New-Jersey a débuté, comme le montrait le rôle qu'elle jouait dans le programme qui l'a fait connaître : le sien, celui d'une rappeuse qui cherchait à percer dans un milieu généralement fermé aux femmes.

HEATHER B. - Eternal Affairs

Lire la suite...

RAH DIGGA - Dirty Harriet

, 23:06

La fin des années 90 a été un premier âge d'or pour le rap au féminin. Il a aussi donné lieu à une diversification des modèles de rappeuses. Certaines, toutefois, continuaient à perpétuer le registre traditionnel : sans insister outre-mesure sur leur identité de femmes, elles se contentaient de rapper bien, et de démontrer, par leur seule maîtrise du micro, qu'elles boxaient dans la même catégorie que leurs confrères. Originaire du New Jersey, Rashia Fisher, alias Rah Digga, était l'une d'elles. Membre des Outsidaz, à l'époque où ils étaient les protégés des Fugees, elle était allée à la bonne école, celle du Lyricist Lounge, dont elle était la figure de proue féminine, avec Bahamadia. C'est là, que Q-Tip l'a repérée, et c'est grâce à lui qu'elle entrera en contact avec Busta Rhymes et rejoindra le Flipmode Squad.

RAH DIGGA - Dirty Harriet

Lire la suite...

CRIMEAPPLE - Aguardiente

, 23:15

New-York, 1995, souvenez-vous. Nous ne nous rappelons pas nécessairement du climat qu'il faisait dans la grande métropole de la Côte Est, cette année-là, mais sur ses disques de rap, c'est une certitude, il faisait froid. Ça ne rigolait pas, tant musicalement, les rappeurs de l'époque optant pour des beats décharnés et austères, que du point de vue des textes. De jeunes gens qui avaient été autrefois de petits dealers (voire pas), prenaient la dureté et la sauvagerie de la rue comme sujet principal. Ou bien, comme Raekwon et quelques autres, ils enjolivaient leurs expériences ingrates, ces longues heures à servir le client dans les courants d'air glacés de la ville, en se dépeignant en mafieux magnifiques. Pour bien des gens, le rap new-yorkais, voire le rap tout court, fut alors à son apogée. Pour une foule de nostalgiques, il atteint là un sommet, que personne n'a su dépasser depuis.

CRIMEAPPLE - Aguardiente

Lire la suite...

QUEEN LATIFAH - All Hail the Queen

, 22:57

Le terme n'existait pas encore quand elle est apparue, mais Queen Latifah fut la première rappeuse "consciente". Plus précisément, c'est à la cause des femmes qu'elle fut souvent associée, en raison notamment du titre "U.N.I.T.Y.", sorti en 1993, et qui est devenu le grand hymne féministe du rap. Un tel engagement fait sens, au regard du parcours de Dana Owens. Celle-ci, une native du New Jersey qui prit pour nom de scène un mot arabe signifiant "sensible", ou "délicat", a été d'abord inspirée par le chantre de la Zulu Nation, Afrika Bambaataa. Elle a débuté sa carrière dans le hip-hop par un groupe de filles, Ladies Fresh (sa discipline était alors le beatboxing !), puis a rejoint plus tard le collectif Native Tongues, les grands représentants de la face la plus arty, afro-centrique et progressiste du rap.

QUEEN LATIFAH - All Hail the Queen

Lire la suite...

JOE BUDDEN - Mood Muzik 2: Can It Get Any Worse?

, 22:54

L'histoire se souviendra de Joe Budden comme du rappeur à mixtapes par excellence. C'est par elles que le natif de New-York, établi dans le New Jersey, s'est fait connaître. Dans les années 90, il a bénéficié comme tant d'autres de la publicité offerte alors par les mixes de DJ Clue? et de quelques autres, qui lui ont permis d'être identifié comme une valeur montante. Et puis, dans la décennie 2000, malgré son tube "Pump It Up" et un premier album chez Def Jam, des divergences avec le label l'ont conduit à revenir vers le circuit des mixtapes. Grâce à elles, notamment celles de la série culte Mood Muzik, il saura faire rebondir sa carrière et se lancer dans de nouvelles aventures, comme le super-groupe Slaughterhouse qu'il formera plus tard avec Royce da 5'9", Joell Ortiz et Crooked I.

JOE BUDDEN - Mood Muzik 2: Can It Get Any Worse?

Lire la suite...

DALEK - Absence

, 22:14

Des doutes subsistaient encore à l’écoute de l'opus précédent de Dälek, From Filthy Tongue of Gods & Griots (2002). Inégal, construit sur les facilités du bruit, du mur du son et des crescendo, il ne tirait pas encore tous les bénéfices du rap industriel très personnel inventé par le duo de Newark, malgré les vraies merveilles qu'étaient "Spiritual Healing" et "Classical Homicide". Deux ans après, cependant, Absence était l'album qui confirmait que Dälek était un grand groupe.

DALEK - Absence

Lire la suite...

ODDATEEE - Halfway Homeless

, 22:13

Le rappeur du New Jersey Ricardo Galindez, alias Oddateee, a commencé à faire parler de lui plus tôt dans la décennie, en tant que membre des Labteks, avec le producteur Komplx. Mais dorénavant, il est connu avant tout pour être le protégé de Dälek, lesquels produisent une bonne partie de cet Halfway Homeless, son premier album depuis un certain Steely Darkglasses sorti au début de la décennie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la parenté avec Dälek est perceptible.

ODDATEEE - Halfway Homeless

Lire la suite...

DALEK - Gutter Tactics

, 22:09

Soyons honnête. Dälek a beau être qualifié souvent de groupe avant-gardiste et expérimental, porter haut le flambeau d’un "avant-hop" plutôt éteint ces derniers temps, nous proposer un rappeur qui sait stopper ses bavardages pour laisser s'exprimer la musique, jouer des dissonances, flatter les petits Blancs middle class que nous sommes en métissant son rap et en l’ouvrant à d’autres horizons (cf. la collaboration avec Faust), il n’a jamais vraiment donné dans la subtilité.

DALEK - Gutter Tactics

Lire la suite...

DALEK - Interview

, 22:19

La carrière de Dälek est tout sauf neuve. Cela fait bientôt 10 ans maintenant que le groupe nous envoie ses impressionnantes décharges rap. Aussi, en cette année 2007 chargée avec la sortie du remarquable Abandoned Language et d’une compilation de raretés, était-il grand temps de vous dévoiler enfin cette interview réalisée en mars dernier avec l'imposant et massif rappeur du duo de Newark.

DALEK - Batofar - 7 septembre 2005

Lire la suite...

DALEK - Abandoned Language

, 22:25

Sur ce quatrième long format, Dälek a conservé ses marques de fabrique. Encore une fois, le groupe de Newark donne dans le mur du son, les ambiances ténébreuses, les basses gigantesques, les paroles virulentes, les admonestations rap, les longs passages instrumentaux. Et toujours, il y a ces scratches discrets et bien sentis, malgré le départ de DJ Still, relevé ici par Rob Swift des X-ecutioners. Abandoned Language n'est pourtant ni le patchwork inégal de From Filthy Tongue of Gods & Griots (2002), ni la masse sonore brutale qu’avait été Absence (2005). Il se fait plus aéré que son prédécesseur, plus espacé. Plus organique aussi, sur les quelques titres où des cordes apparaissent. Construit autour d’un thème récurrent, celui du pouvoir des mots et du langage, il tient aussi, plus que n’importe quel autre disque de Dälek, plus qu’Absence même, du concept album.

DALEK - Abandoned Language

Lire la suite...

FAUST Vs. DALEK - Derbe Respect, Alder

, 22:39

Elle est jolie, l’histoire de cette alliance entre le vieux groupe culte allemand des années 70 et notre gros rappeur sombre et engagé des années 2000. C’est une sorte de conte de fées rock, ou hip-hop, qu’importe. Elle commence le jour où nos krautrockeurs, avec surprise, découvrent sur l'album From Filthy Tongue of Gods & Griots ce "Classical Homicide" d’anthologie où dälek, soucieux de se dégager des ornières, s’interroge sur le nombre de b-boys qui ont eu la chance d’écouter Faust. Intrigué, Hans Joachim Irmler prend alors contact avec l’entourage du groupe de Newark. L'Allemand rencontre des fans ravis de cette approche, se découvre des affinités avec ces rappeurs très spéciaux et propose de concrétiser cette nouvelle amitié transgenre, transatlantique et intergénérationnelle par un disque commun.

FAUST Vs. DALEK - Derbe Respect, Alder

Lire la suite...

DALEK - From Filthy Tongue of Gods & Griots

, 21:52

En 2002, quand From Filthy Tongue of Gods & Griots est sorti, Dälek a été comparé à d’autres artistes hip-hop qui sévissaient au même moment, à commencer par Antipop Consortium, Def Jux et Anticon, sainte trinité du rap des marges citée à tout bout de champ par ceux qui, il y a cinq ans comme aujourd’hui, s’y connaissaient si peu. Leurs points communs, il est vrai, étaient nombreux : influences inhabituelles pour un groupe de hip-hop (Faust, My Bloody Valentine…), revendication de l’héritage rap mais dépassement de ses formules, escapades dans la musique électronique, public et feeling rock, références savantes (Kant, par exemple, sur ce disque), etc... Cependant, on connaît peu de liens véritables entre le groupe de Newark et les artistes phares de la mouvance rap indé. Et le son que Dälek proposait sur ce disque était et est resté unique.

DALEK - From Filthy Tongue of Gods & Griots

Lire la suite...

DALEK - Batofar - 7 septembre 2005

, 22:57

Ce mercredi 7 septembre, le Batofar était la nouvelle cible parisienne de Dälek. Deux jours après, il y a de quoi se demander comment le vieux rafiot a pu rester à flot après les déflagrations de ce rap de terreur. Les spectateurs, eux, en tremblent encore, emportés par les flows du rappeur et par tout le tintamarre qui est allé avec.

DALEK - Batofar - 7 septembre 2005

Lire la suite...