Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

CRIMEAPPLE - Aguardiente

, 23:15 - Lien permanent

New-York, 1995, souvenez-vous. Nous ne nous rappelons pas nécessairement du climat qu'il faisait dans la grande métropole de la Côte Est, cette année-là, mais sur ses disques de rap, c'est une certitude, il faisait froid. Ça ne rigolait pas, tant musicalement, les rappeurs de l'époque optant pour des beats décharnés et austères, que du point de vue des textes. De jeunes gens qui avaient été autrefois de petits dealers (voire pas), prenaient la dureté et la sauvagerie de la rue comme sujet principal. Ou bien, comme Raekwon et quelques autres, ils enjolivaient leurs expériences ingrates, ces longues heures à servir le client dans les courants d'air glacés de la ville, en se dépeignant en mafieux magnifiques. Pour bien des gens, le rap new-yorkais, voire le rap tout court, fut alors à son apogée. Pour une foule de nostalgiques, il atteint là un sommet, que personne n'a su dépasser depuis.

CRIMEAPPLE - Aguardiente

Gourmet Deluxxx ‎:: 2018 :: acheter cet album

C'est faux, bien sûr. Le rap n'était encore que dans la première portion de son histoire, et il dévoilerait bien d'autres ressources encore. Mais c'est tout de même un peu vrai, si l'on pense à ce style précis de rap. Dans le genre, personne n'a fait mieux depuis, hormis peut-être une poignée de gens qui, aujourd'hui encore, réinvestissent cette esthétique. Ces gens, ce sont bien sûr Roc Marciano, Ka, Westside Gunn, Conway, plus quelques autres, auquel il convient d'ajouter désormais Crimeapple (ou CRIMEAPPLE, notre homme aimant qu'on le désigne en lettres capitales), un natif de Hackensack, dans ce New Jersey qui est comme une extension de New-York. Nommé d'après l'eau-de-vie typique du pays d'où provient sa famille, la Colombie, son dernier album est particulièrement convaincant.

Rappant plus ou moins depuis toujours, Crimeapple n'aurait commencé à prendre ce passe-temps au sérieux qu'il y a deux ans, à l'occasion d'un freestyle dans l'émission radio de Statik Selektah. Depuis, on l'a vu côtoyer quelques-unes des références East Coast contemporaines évoquées plus haut (Westside Gunn, mais aussi Mach-Hommy et Hus Kingpin), et il a sorti plusieurs EPs en 2017, avec le renfort du producteur Buck Dudley, dont un déjà remarqué Metralleta (mitraillette, en espagnol). Pour Aguardiente, cependant, il a choisi l'appui d'un autre : Big Ghost Ltd, un autre proche de Griselda Records, connu par ailleurs pour ses qualités de blogueur et de critique rap. Et cette association tourne à plein régime.

Le dialogue et la mitraillette issus d'un quelconque film de gangster ("Introduccion") ; des sons cinématographiques angoissants ("Palo Santo", "Romans") ou de type "sicilien" ("Five Chechnyans", "Grey Poupon") ; les bons samples, de piano souvent, ou bien de chants soul féminins, agencés en boucles ; une pincée de scratches ; les timbres distincts d'invités issus plus ou moins de la même école, dont Vic Spencer, le rappeur de Chicago, est le plus connu ; des raps verbeux, mais coupés au cordeau et riches en allitération ; d'habiles figures de style (la personnification de marques d'alcool sur "Another Round") ; le petit gimmick vocal qui donne ("What! What!") ; du Spanglish, du jargon en espagnol qui sent bon le trafic de drogue ; un thème central, la vie criminelle, mais présenté sous un jour sale (la trahison sur "Your Love"), décliné avec inventivité et une débauche de vocabulaire ('Big Face Frankies'), et entrecoupé de parenthèses sur des sujets plus triviaux (la bouffe, sur un "Food Interlude"). Tout y est, avec Aguardiente. Sans nouveauté, sans surprise. Mais à sa place, pile comme il faut.

PS : merci Héra pour cet autre tuyau.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet