Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DALEK - Absence

, 22:14 - Lien permanent

Des doutes subsistaient encore à l’écoute de l'opus précédent de Dälek, From Filthy Tongue of Gods & Griots (2002). Inégal, construit sur les facilités du bruit, du mur du son et des crescendo, il ne tirait pas encore tous les bénéfices du rap industriel très personnel inventé par le duo de Newark, malgré de vraies merveilles comme "Spiritual Healing" et "Classical Homicide". Deux ans après, cependant, Absence était l'album qui confirmait que Dälek était un grand groupe.

DALEK - Absence

Ipecac :: 2005 :: acheter ce disque

C’était toujours la même musique, ce déluge sonore métronomique et pesant, ces percussions impitoyables et ces basses énormes, ce rap à l’avenant, implacable, lent, intraitable, mais qui savait parfois se taire au profit des ambiances sonores et des hurlements qu’Oktopus savait tirer de sa machine ("A Beast Caged"). La formule était reconnaissable dès les premières notes, dès les premières paroles. Pourtant cet album de Dälek, le troisième si l’on excepte la collaboration avec les Allemands de Faust, était l’antithèse du précédent. Lourd et monolithique, sans hymne rock à la "Forever Close My Eyes", il gardait néanmoins le même niveau d’intensité sur toute sa longueur, de bout en bout.

Plus encore que ses prédécesseurs, Absence était brut de fonderie : les sons étaient moins divers, il n’y avait ni les variations de l’album d’avant, ni la complexité formelle de Derbe Respect, Alder. La rythmique demeurait toujours la même, la musique était austère et monochrome, jamais elle ne s’écartait de ce rock industriel avec rap et sans guitare influencé par My Bloody Valentine (la ressemblance avec le groupe phare du shoegaze était criante sur "Ever Somber") qui faisait l'identité de ce groupe signé, sans le moindre hasard, sur Ipecac Recordings, le label du rockeur Mike Patton (Faith No More, Mr. Bungle).

Quant aux paroles, mélange banal de défiance envers les politiques et de constats amers sur l'état du hip-hop, elles n'avaient rien sensationnel, si l’on exceptait la charge contre la religion de "Opiate the Masses", contraire au prêchi-prêcha habituel du rap conscient. Pourtant, plus uniformément sombre que n’importe quel autre disque de Dälek, Absence fascinait. Ecouté sur une chaîne puissante plutôt qu’au casque, il reproduisait au mieux l’expérience traumatisante que le groupe avait l’habitude de proposer en concert, cette longue mise sous tension qui ne retombait jamais. Tout cela relèverait presque de la recette, de la facilité. Mais cela fonctionnait sur ce disque, le meilleur du duo avant le prochain, un Abandoned Language encore plus remarquable.

Vos 5 albums / mixtapes 2005

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2005. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet