Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - La Nouvelle Orléans

Fil des billets Fil des commentaires

3D NA'TEE - The Coronation

, 22:59

Les dozens est une vieille tradition afro-américaine qui remonte au temps des esclaves. Comme le travail de ces pauvres gens, condamnés à besogner dur dans les champs de coton, n'était pas des plus distrayants, ils tuaient le temps en se livrant à des concours d'insultes. Et cette pratique, c'est entendu, a survécu dans le rap. C'est à la lumière de ces racines qu'il faut saisir à quel point les outrances et les insanités de cette musique relèvent d'une logique ludique et compétitive. L'ignorer, c'est ne pas comprendre le rap, l'aborder à l'envers, et souvent, en être horrifié. C'est aussi là où elle est née, dans le Sud des Etats-Unis, que cette pratique demeure la plus vivace et la plus extrême, par exemple à La Nouvelle-Orléans, où elle a pris la forme du "rib", ou "ribbin'", une discipline grâce à laquelle Samantha James a forgé son talent, alors qu'elle n'était encore qu'une écolière.

3D NATEE - The Coronation

Lire la suite...

MIA X - Unlady Like

, 23:17

Ca a longtemps été une règle dans le rap : à chaque collectif d'importance, sa rappeuse. Et en ce qui concerne No Limit, celle qui a occupé ce rôle, celle qui s'est présentée comme la Big Mama de tous ces gens, a été Mia X. Elle n'était alors pas tout à fait une débutante. Dix ans avant, dans les années 80, alors qu'elle était adolescente, elle avait appartenu déjà à New York Incorporated, un quartet dont l'autre membre notable était Mannie Fresh. Le nom du groupe, d'ailleurs, sera la source d'une erreur, reprise par maintes biographies : il fera croire que la rappeuse vivait à New-York. Mais c'est bel et bien à La Nouvelle-Orléans que Mia Young est née, et que sa carrière toute entière s'est faite. Elle connut même, en indépendant, un certain succès local, jusqu'à ce que Master P la fasse entrer dans sa clique, et qu'elle connaisse avec elle une réussite commerciale bien plus large, notamment avec un second album, Unlady Like, qui devint bientôt disque d'or.

MIA X - Unlady Like

Lire la suite...

LIL WAYNE - Tha Carter III

, 23:01

Comme annoncé par cette pochette qui, représentant l'auteur sous les traits d'un enfant, s'inscrivait dans la lignée des grands classiques Ready to Die et Illmatic, Tha Carter III fut l'album de la consécration pour Lil Wayne. Il fut le paroxysme d'une Weezymania préparée depuis plusieurs années, avec l'affranchissement du rappeur du son bounce de La Nouvelle Orléans, avec la sortie de disques sans cesse meilleurs que les précédents et des collaborations toujours plus remarquées, mais aussi avec une nuée de mixtapes très supérieures à bien des albums. Bref, le troisième volume de la série Tha Carter est l'apogée absolu de la carrière de l'ex Hot Boy, de ce rappeur à voix de crapaud facétieux, possédé et excentrique.

ccc

Lire la suite...

WIZ KHALIFA & CURREN$Y - How Fly

, 22:38

En 2009, Wiz Khalifa et Curren$y avaient un gros point commun : les deux rappeurs avaient déjà connu une première partie de carrière auprès de gros labels. Pour le premier, cela avait été la major Warner. Quant au second, il avait été membre successivement des deux institutions rap de sa ville, La Nouvelle Orléans : le No Limit Records de Master P, et le Cash / Young Money de Birdman et de Lil Wayne. Cependant, en ces temps difficiles où l'industrie du disque devenait frileuse à cause de la crise du CD, ils avaient tous les deux vu la sortie et la promotion de leurs albums repoussées sans cesse. En conséquence, ils contenteraient leurs fans avec des mixtapes, dont celle-ci, conçue ensemble.

WIZ KHALIFA & CURREN$Y - How Fly

Lire la suite...

2 CHAINZ - ColleGrove

, 12:46

Début octobre 2007, Playaz Circle sortait "Duffle Bag Boy", un single destiné à placer sur orbite un premier album, Supply & Demand, prévu pour la fin du mois. Sur ce titre, le duo d'Atlanta bénéficiait d'un renfort de poids en la personne de Lil Wayne. Il s'agissait alors de la première grande manifestation de complicité entre le rappeur de plus important de l'époque, et celui qui, une fois lancé avec succès dans une carrière solo, abandonnerait le nom de Tity Boi. D'autres collaborations suivraient. L'homme répondant désormais au nom de 2 Chainz inviterait la star de La Nouvelle-Orléans sur chacune de ses mixtapes, et en 2013, ils sortiraient deux autres singles en commun, "Rich as Fuck" et "Twerk Season". Il était donc attendu qu'un jour, ces deux là se décident à enregistrer ensemble tout un album.

2 CHAINZ - ColleGrove

Lire la suite...

LIL WAYNE - Da Drought 3

, 23:18

Et si, à l'époque de sa gloire, au cœur des années 2000, à l'heure où Lil Wayne prétendait être le meilleur rappeur en vie (et où il était, pour de bon, le meilleur rappeur en vie), sa sortie majeure n'avait été aucun de ses albums de référence, Tha Carter II ou III, mais plutôt l'une de ses mixtapes ? Dedication 2, par exemple, en 2006. Voire, l'année d'après, la troisième livraison de la série Da Drought, une sortie où Weezy se sentait d'autant plus inspiré qu'il n'avait plus besoin du prétexte d'un DJ, et qu'il en avait repoussé la date de sortie pour en faire un double album, riche de 29 titres, dont aucun ou presque n'était à jeter.

LIL WAYNE - Da Drought 3

Lire la suite...

MASTER P - Famous Again

, 23:36

Plusieurs fois, Master P a tenté de relancer l'épopée No Limit, le label grâce auquel il est devenu le héraut du Sud, en ces années 90 où le rap de cet endroit là était encore confiné à la marge. Il y eut d'abord un New No Limit, puis un Guttar Music, et donc, enfin, No Limit Forever. Ce dernier redémarrage de la carrière rap de Percy Miller semble avoir été le bon, à en juger par la sortie en rafale, en 2015 et 2016, de mixtapes de Money Mafia, Ace B, She Money, BlaqNmilD, du propre fils de l'intéressé, Maserati Rome, et d'autres encore. Mais avant que le rappeur et son label n'atteignent une telle vitesse de croisière, il y eut une année décisive, 2013.

MASTER P - Famous Again

Lire la suite...

MONEY MAFIA - The Luciano Family

, 22:22

Et si le véritable inventeur de la mixtape, telle qu'elle existe aujourd'hui, c'était en fait ce bon vieux Master P ? Le rap infréquentable et outrancier qui est maintenant la norme ; les disques remplis à ras-bord de morceaux éclectiques ; la sortie à tire-larigot de projets fabriqués à la chaîne, dans le seul but d'inonder le marché et de faire l'actu : tous ces traits distinctifs de ce que nous appelons "mixtapes" de nos jours, étaient déjà ceux du label de Percy Miller dans les années 90. Elles ressemblent plus aux sorties No Limit d'autrefois, qu'aux mixtapes qui circulaient à la même époque. L'unique différence, c'est la dématérialisation, puisqu'il n'est maintenant plus raisonnable d'espérer faire fortune en vendant des disques.

MONEY MAFIA - The Luciano Family

Lire la suite...

LIL WAYNE - Sorry 4 The Wait

, 16:02

Peut-être y a-t-il eu un phénomène de ras-le-bol, après l'engouement qui s'était manifesté pour ses séries Dedication et Da Drought. Peut-être avions-nous déjà intégré, en 2011, le fait que Lil Wayne était engagé sur la pente descendante. Peut-être encore que ce qui avait été une singularité dans la décennie précédente, des mixtapes sorties par un rappeur majeur, parfois meilleures que ses albums officiels, étaient-elles devenu la norme après 2010. Ou bien Weezy était-il dépassé par la nouvelle direction prise par ce format musical, qui n'était déjà plus une compilation ou un détournement de titres existants, mais bel et bien une collection d'inédits. Toujours est-il que Sorry 4 The Wait n'a pas bénéficié, à sa sortie, des mêmes faveurs que les mixtapes sorties par le rappeur quelques années plus tôt.

LIL WAYNE - Sorry 4 The Wait

Lire la suite...

LIL WAYNE - No Ceilings

, 23:29

La semaine dernière, pour Halloween, six ans jour pour jour après la sortie de l'originale, Lil Wayne a annoncé qu'une suite serait donnée bientôt à sa mixtape de 2009, No Ceilings. Ce n'est sûrement pas sans raison s'il a voulu invoquer son dernier projet des années 2000, une décennie dont il aura été l'un des plus grands acteurs, s'il a voulu rappeler une mixtape sortie à une époque où il était encore au centre de toutes les attentions, et où l'on était encore en droit de penser qu'il n'y aurait pas de plafond, en effet, pas de limite, à la carrière du petit Dwayne Carter.

LIL WAYNE - No Ceilings

Lire la suite...

- page 1 de 2