Fake For Real

Depuis 1997, articles, critiques, comptes rendus et dossiers sur le rap (et autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PAYROLL GIOVANNI - Stack Season

, 11:31

Jusqu'à ce que Jeezy les invite à rejoindre son CTE, on n'en savait rien. Mais chez eux, à Detroit, les Doughboyz Cashout ne sont pas loin d'être des ghetto-stars. Ca a été confirmé en début d'année 2015 quand, la semaine suivant sa sortie, le nouvel album solo de Payroll Giovanni est devenu le plus vendu de la métropole sur iTunes. Et à écouter ce successeur à Get Money Stay Humble (2013), il est difficile de donner tort à ses acheteurs. Stack Season, en effet, est de première qualité, supérieur encore à We Run the City 4, le très bon album collectif du groupe sorti l'an passé, déjà vanté sur ces pages. Supérieur en fait, à la majorité des projets rap mentionnés à ce jour comme étant les plus notables de 2015.

PAYROLL GIOVANNI - Stack Season

Lire la suite...

SYLVAIN BERTOT - Rap Indépendant

, 23:59

Après le succès de Rap, Hip-Hop, un premier livre publié en 2012, nous récidivons avec un nouvel ouvrage. Dédié cette fois à la vogue du hip-hop indépendant des années 90 et 2000, en Amérique du Nord (mais aussi, plus marginalement, en France et dans d'autres pays), un sujet déjà largement défriché dans le livre précédent, il présente en détail 30 des scènes et 100 des albums emblématiques de ce mouvement. Dans toutes les bonnes librairies depuis le 22 mai 2014.

SYLVAIN BERTOT - Rap Indépendant

Lire la suite...

TOMMY V - Travel Size Drawing Board

, 22:40

Thomas Valencia, alias Tommy V, est un nom familier pour qui a suivi tous les remous de la scène post-Project Blowed à Los Angeles. Le rappeur était l'une des multiples personnes qui évoluaient alors dans le sillage des Shape Shifters. Il avait notamment été aperçu auprès du plus connu de la bande, Awol One, et il avait sorti en 2001 un album, Quarter Life Crisis, où figuraient aussi quelques figures du label Anticon. Enfin, un peu plus tard, il avait accompagné Xololanxinxo et les frères Ramos au sein du quartet Toca, dont le grand mérite avait été de tirer quelque chose de jubilatoire d'un vaste bazar musical punk, indie pop et latin rap.

TOMMY V - Travel Size Drawing Board

Lire la suite...

YO GOTTI - Concealed

, 16:28

Yo Gotti fait partie de ces hommes, plus ou moins connus de tous et fermement inscrits dans le paysage rap, mais qui ne semblent jamais avoir eu leur moment à eux. Cela fait plus de 15 ans, en effet, que le rappeur de Memphis est actif. Il a d'abord évolué en indépendant, dès le début des années 2000, sortant plusieurs disques par ses propres moyens. Puis il a monté sa propre structure dix ans plus tard, le CMG (Cocaine Muzik Group, renommé récemment en un plus respectable Collective Music Group), avant d'avoir eu l'occasion de sortir ses albums sur major, en 2012 et 2013, avec Live From The Kitchen puis I Am, tandis qu'un autre, The Art of Hustle, est annoncé pour cette année. Aucune de ces sorties, cependant, n'a jamais été la grande œuvre qui permettrait à Yo Gotti de s'imposer pour de bon.

YO GOTTI - Concealed

Lire la suite...

Désignez vos albums et mixtapes rap de l'année 2010

, 22:32

Décidément, Fake For Real ne fait rien comme tout le monde. Alors que nous venons de clore une riche année 2014, et que nous avançons en 2015, avec déjà quelques sorties notables, nous vous proposons de revenir 5 années en arrière, et de désigner rétrospectivement vos meilleurs albums ou mixtapes rap pour 2010. Les résultats seront publiés en même temps que la sélection de Fake For Real.

Lire la suite...

ALLEY BOY - Definition of Fuck Shit

, 23:02

Alley Boy, qui a continument fait parler de lui ces dernières années, doit son émergence à cette mixtape jalon de 2010, une très élégamment nommée Definition of Fuck Shit, alors parrainée par DJ Holiday et The Empire. C'est elle qui inaugura la suite mémorable composée d'un deuxième volet du même titre (2011), de Purgatory (2011), de The Gift of Discernment (2012), et d'autres encore. C'est grâce à ce projet, au succès du single "Tall", avec Young Dro, qui en était issu, au renfort du rappeur du moment, Waka Flocka Flame, mais aussi à une signature l'année d'avant chez Atlantic, que les regards se sont alors tournés vers le rappeur, et que sa notoriété s'est étendue au-delà de sa base, Atlanta.

ALLEY BOY - Definition of Fuck Shit

Lire la suite...

MPA WICCED - Blue Diamond

, 23:01

Vous connaissez tous MPA Wicced, pour l'avoir entendu au moins une fois, sur l'une des sorties clé de l'année 2014, le The Tour, Part 1 du Rich Gang. Il figurait en effet sur le dernier titre bonus de ce projet, un plaisant "Who's On Top", qui remontait en fait à 2011 et au I Came From Nothing 2 du phénomène rap de la décennie, Young Thug. L'an passé, on a pu l'entendre également sur plusieurs des mixtapes sorties à l'arrache par Gucci Mane, par exemple Brick Factory, Volume One. Enfin, comme son nom l'indique, le rappeur est un membre du collectif MPA (pour "Money, Pounds, Ammunition"), et donc un protégé d'une autre figure éminente de la scène post-trap déglinguée d'Atlanta, PeeWee Longway.

MPA WICCED - Blue Diamond

Lire la suite...

RICK ROSS - The Albert Anastasia EP

, 23:19

Le meilleur de Rick Ross n'est peut-être pas sur ses albums officiels. Sa sortie la plus mémorable, en effet, pourrait bien être son Forever Rich de 2012, en fait la mixtape annonciatrice d'un opus, God Forgives, I Don't, qui s'est finalement révélé bien moins convaincant qu'elle. Deux années plus tôt, le gros barbu de Miami nous avait déjà fait plus ou moins le même coup, en proposant un projet présenté comme un EP, mis à disposition à la manière d'une mixtape gratuite, mais en fait de qualité album (il y aura d'ailleurs une sortie CD), sans doute même supérieur à ce Teflon Don dont il n'était censé être que l'avant-goût : The Albert Anastasia EP.

RICK ROSS - The Albert Anastasia EP

Lire la suite...

ZMONEY - Green Dot Mixtape

, 22:57

Figure émergente de l'année rap 2013 à Chicago, où il a proposé une alternative plus drôle et plus légère à la drill music locale, ZMoney a vu son ascension freinée en 2014. Après n'avoir pas respecté les conditions de sa probation, le rappeur s'est retrouvé pour un certain temps derrière les barreaux. Cependant, cela ne l'a pas empêché, en janvier 2015, de s'appuyer sur ses potes pour sortir une nouvelle mixtape depuis sa prison, à la Gucci Mane, à quelques semaines à peine de sa sortie. Et si ce Green Dot sent un peu le réchauffé (il compte plusieurs titres déjà entendus ailleurs, notamment sur la Mobb Tape), il se montre toutefois plutôt bon.

Z-MONEY - Green Dot Mixtape

Lire la suite...

SHY GLIZZY - Law 3: Now or Never

, 22:59

En 2014, Shy Glizzy a passé un cap. Après deux ans de frémissements, le trublion de Washington a fini par sortir son vrai tube, "Awwsome". Remixé pour une version où figuraient deux rappeurs plus reconnus, 2 Chainz et A$AP Rocky, ce titre a presque été une consécration. Qui plus est, en tout début d'année, Young Jefe, la mixtape dont ce morceau était issu, et où figurait aussi quelques uns des hommes du moment (Young Thug, Young Scooter, PeeWee Longway…), a été saluée quasi unanimement. Ce projet, pourtant, n'est pas la sortie la plus remarquable du freluquet à rouflaquettes. Celle-ci date plutôt de la fin de l'année, quand Glizzy a voulu livrer une suite à Law 2, l'une des mixtapes qui l'a révélé.

SHY GLIZZY - Law 3: Now or Never

Lire la suite...

YUNG GLEESH - Cleansides Finest 3

, 22:50

Le parcours de Yung Gleesh épouse, peu ou prou, celui du rap de sa bonne ville de Washington. A l'origine, en effet, ce n'est pas à ce genre musical qu'il s'adonnait, mais au style du coin, le go-go, jouant des percussions au sein du groupe TOB. Et puis vers 2010, à l'époque même où la capitale des Etats-Unis développait enfin une scène rap digne de ce nom sous l'influence du trap d'Atlanta, il passa au micro, inspiré par Gucci Mane. Après plusieurs mixtapes, il se fit un nom, en 2012, sur la foi d'un titre, "Skrong", qui le propulsa un peu plus haut, lui permettant l'année d'après de sortir un projet plus remarqué, Your Favorite Rapper's Favorite Rapper, et d'être approché un temps par le 1017 Bricksquad de son idole.

YUNG GLEESH - Cleansides Finest 3

Lire la suite...

STARLITO - Renaissance Gangster

, 23:20

Jermaine Shute, on le sait, a eu deux carrières. Tout d'abord, le rappeur plus connu sous le nom de Starlito a semblé évoluer en première division des scènes Dirty South. Il s'est fait connaître en 2005 avec "Grey Goose", un single où le All $tar Cashville Prince évoluait aux côtés de Young Jeezy et de Yo Gotti. Il fut un temps le protégé de Lil Wayne et il signa sur Cash Money. Il côtoya aussi Gucci Mane, et livra une mixtape commune, Starbucks, avec le rappeur phare de sa bonne ville de Nashville, Young Buck. Et puis, sa carrière ne décollant pas, il retourna vers l'underground, où il sortit des albums et mixtapes très souvent appréciés par la critique, mais pas assez grand public pour connaître le succès.

STARLITO - Renaissance Gangster

Lire la suite...

STARLITO - Black Sheep Don't Grin

, 22:57

Il fallait être attentif jusqu'au bout, en 2014. Vers la mi-décembre, en effet, alors que tous les médias de la Terre avaient déjà révélé leurs sélections de fin d'année pour que les gens puissent faire leurs emplettes de Noël, plusieurs rappeurs importants sortaient leurs derniers projets, mixtapes ou albums. Parmi eux, Starlito, un homme qui, depuis pas mal de temps déjà, privilégie la qualité aux démarches marketing. Le 15 du mois, il proposait lui aussi sa dernière livraison, Black Sheep Don't Grin. Et en effet, il fallait ne pas la louper celle-ci, car elle pourrait bien être l'une des meilleures, à ce jour, du précieux rappeur de Nashville.

STARLITO - Black Sheep Don't Grin

Lire la suite...

FRANKIE STEW & CUTH - Journeys EP

, 22:35

Du trip hop à la drum'n'bass dans les années 90, jusqu'au grime et à M.I.A. au cours de la décennie suivante, l'Angleterre est le pays qui a bâtardisé le hip-hop, celui qui, plus que tout autre, l'a transformé, l'a mixé, en a fait définitivement autre chose, à sa sauce, propre à son contexte et à sa culture. Et pourtant, à côté de tout cela, survit en Grande-Bretagne, depuis toujours, une école plus classique, plus fidèle au boom bap, à la boucle et à l'art du beau sample ; plus respectueuse, en somme, du modèle américain tel qu'il avait été érigé à la fin du XXème siècle.

FRANKIE STEW & CUTH - Journeys EP

Lire la suite...

ALBERT MUDRIAN - Choosing Death

, 13:34

C'est un moment qui a été mentionné et analysé par bien d'autres, Steve Waksman, par exemple, dans son très bon This Ain't the Summer of Love (2009) : celui où le punk hardcore et le metal, deux genres anciennement ennemis, se sont réconciliés, où ils se sont mis à converger vers un but commun, donner naissance à la musique la plus extrême et la plus brutale à ce jour. La réalisation de ce projet n'est nulle part plus visible que dans le cas du grindcore et du death metal, deux genres cousins, l'un issu de l'anarcho-punk anglais à la Discharge, l'autre du thrash metal américain, mais qui s'influenceront l'un l'autre, et s'accorderont pour livrer au monde un art du bruit fondé sur l'agression et la frénésie des guitares.

ALBERT MUDRIAN - Choosing Death

Lire la suite...

KEVIN GATES - Luca Brasi 2

, 22:53

"I Don't Get Tired", Kevin Gates avait-il titré le single annonciateur de sa nouvelle mixtape. Il ne se fatigue pas. Et nous non plus, on ne s'en fatigue pas, chacune de ses sorties, deux par an depuis 2013, étant de haute volée. Celle-ci, Luca Brasi 2, disponible depuis la mi-décembre 2014, sortie dans la série des Gangsta Grillz de DJ Drama, et se présentant comme une suite à The Luca Brasi Story, la mixtape qui avait marqué le début de son ascension, ne fait pas exception. Elle est à nouveau très réussie. Le rappeur de Baton Rouge y persévère dans la posture qui lui a valu le succès critique, celui du gangster qui souffre, sans que jamais ses morceaux ne ressemblent à une formule, tant il vit et tant il habite chacun d'eux.

KEVIN GATES - Luca Brasi 2

Lire la suite...

HIP-HOP INDEPENDANT - Toujours plus d'albums

, 23:08

Mais où est donc tel ou tel album indispensable ? Pourquoi n'avez-vous pas cité tel ou tel artiste essentiel ? Telles sont quelques unes des questions qui nous ont été posées, quand nous avons mis à jour notre liste des 150 meilleurs albums du rap indé. La raison de ces manques, c'est qu'on ne peut pas tout dire, c'est qu'il faut faire des choix. Toutefois, pour s'assurer que l'horizon couvert soit le plus large possible, nous accompagnons la première liste d'une seconde, complémentaire. Une liste, comme l'autre, à faire vivre et à compléter dans le temps.

LES SWASHBUCKLING NAPOLEONS - Fuck

Lire la suite...

KNO - Death Is Silent

, 22:45

Les CunninLynguists ont été une exception. Ils ont été l'un des rares groupes issus de la vague indé de l'an 2000 à s'être fait progressivement une vraie place sur la scène rap. Ces rappeurs du Kentucky n'en ont cependant pas moins suivi, en partie, la même pente (ascendante ou descendante, ça dépend des points de vue) que beaucoup de leurs pairs plus méconnus : à l'origine un groupe plutôt revivaliste, souhaitant préserver un hip-hop bâti sur les boucles et les samples, comme dans les années 90, avec en plus un bon esprit issu de la décennie précédente, ils ont fini par se faire plus contemplatifs, accompagnant des paroles plus introspectives par une musique cinématique, parfois riche en guitares.

KNO - Death Is Silent

Lire la suite...

SAGE FRANCIS - Copper Gone

, 23:15

On l'avait presque perdu de vue, Sage Francis. Quatre années sans sortir un disque, à abandonner le rap pour gérer son label, ou pour séjourner en Afrique, ça avait été long. Et puis son dernier album, Li(f)e, en 2010, où il s'était essayé à collaborer avec des musiciens venus de l'indie rock, n'avait pas franchement été son plus retentissant. Il lui manquait la dureté et la férocité qui ont toujours fait la force de son rap. Quand il est réapparu en juin 2014 avec ce nouvel opus, Copper Gone, nous ne nous sommes donc pas nécessairement précipités dessus. Et nous avons eu tort, car c'est bel et bien le même Paul Francis, autrefois l'une des figures les plus emblématiques du rap indé de Blancs, qui a refait surface ici.

SAGE FRANCIS - Copper Gone

Lire la suite...

ALLEY BOY - Purgatory

, 12:47

Si un jour, on s'interroge sur ce qui a été le grand moment de la carrière d'Alley Boy, il se pourrait bien que la réponse soit 2011. Ce fut en tout cas l'année de son ascension, après sa première apparition dans l'ombre de son voisin de la Zone 6, Gucci Mane, sur Chicken Talk 2 (2008), et juste avant des projets mieux exposés, comme ce The Gift of Discernment (2012), qui pour beaucoup, notamment en France, fut celui de la révélation. En 2011, surtout, le rappeur d'Atlanta sortit deux grandes mixtapes : le second numéro de son Definition of F#ck Sh*t, déjà abordé sur ces pages, et puis, plus tôt dans l'année, de nombreux mois après qu'il ait été annoncé, le projet Purgatory: The Story of Judas, sous le patronage de DJ Drama.

ALLEY BOY - Purgatory

Lire la suite...

- page 1 de 70