Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

HUSALAH - H

, 15:03 - Lien permanent

Husalah est une légende sur la scène rap de la Bay Area, et chez tous ceux qu'elle fascine. Et contrairement à ses pairs, son collaborateur Mac Dre, et son compère The Jacka, avec lequel il s'est fait un nom au sein de Mob Figaz, il est une légende encore vivante. Mais il est, aussi, une légende plutôt silencieuse. Dès sa sortie de prison en 2009, on avait attendu une suite à son album Huslin Since da 80’s et à "From the Hood", un single devenu populaire alors même qu'il purgeait une peine pour trafic de cocaïne. Mais ce n'est qu'en 2017 que l'arrivée d'un nouvel opus, originellement intitulé MOB Maniac, a fini par se préciser avec les singles "M.O.B." et "Protect Your Soul", comme si la mort de Jacka avait remis son ami en selle.

HUSALAH - H

Lire la suite...

RAP, HIP-HOP - Albums et mixtapes 2014

, 22:51 - Lien permanent

On prenait les mêmes et on recommençait. Kevin Gates, Young Scooter, Shy Glizzy, Migos, A-Wax : tous ces gens avaient marqué 2013, et ils récidivaient en 2014, avec de nouvelles sorties solides. La prime revenait toutefois à Young Thug qui, en duo avec Gucci Mane ou Bloody Jay, en trio avec Birdman et Rich Homie Quan, ou de manière indirecte avec des proches comme Ola Playa, aura traversé en maître toute l'année 2014, sans pourtant sortir d'oeuvre solo de marque.

A-WAX - Pullin' Strings

Lire la suite...

IGGY AZALEA - Ignorant Art

, 22:47 - Lien permanent

Vue de loin, cette mixtape semblait un pur produit de la scène de Los Angeles. Y participaient en effet quelques figures locales, comme YG, Problem et Joe Moses, et elle était produite par l'équipe D.R.U.G.S., connue plus tard pour son association avec Ty Dolla $ign. Son principal protagoniste, cependant, rappait dans le style et avec l'accent du Sud des Etats-Unis. Iggy Azalea, pourtant, n'était issue ni de Californie, ni de Géorgie. Elle n'était même pas afro-américaine, mais blanche, blonde et australienne. Fascinée par le rap américain depuis qu'elle était devenue fan de 2Pac, Amethyst Kelly s'était envolée à même pas 16 ans pour le pays de ses idoles, trainant à Miami, Houston, puis Atlanta, avant de prendre le chemin de la Côte Ouest, sur les conseils de la maison de disque Interscope.

IGGY AZALEA - Ignorant Art

Lire la suite...

RAP, HIP-HOP - Albums et mixtapes 2012

, 18:30 - Lien permanent

Du vieux, du neuf. Des vétérans new-yorkais qui réussissent leur retour et des rappeurs récents qui réussissent à ressembler à des vétérans new-yorkais. D'anciens backpackers en forme. Des jeunes gens qui réinventent à leur sauce le Memphis rap de 1995. Des rappeurs engagés, des gangsters sensibles et des toxicomanes narquois. Une majorité d'hommes, mais aussi toutes sortes de femmes. Du swag rap, du cloud rap et du trap rap impénitent. De la drill music de Chicago, dont ce fut la grande année. Et des types diamétralement opposés de rap français. Toutes les formes de hip-hop ont eu leur mot à dire en 2012, en ces années 2010 que cette musique entame plus vigoureuse et triomphale que jamais.

RICK ROSS - Rich Forever

Lire la suite...

ANGEL HAZE - Reservation

, 22:40 - Lien permanent

Les premiers éléments remarquables, chez Angel Haze, c'est son identité et à sa biographie. Issue des alentours de Detroit, Raykeea Raeen-Roes Wilson (ou tout simplement Roes, son futur nom d'artiste) est non seulement une Afro-américaine, par son père (qui sera tué par balles avant même sa naissance…), mais elle est aussi, par sa mère, une Cherokee. Le nom de Reservation, sa mixtape de référence, fait d'ailleurs allusion aux réserves indiennes. La rappeuse, pourtant, n'a pas grandi dans l'une de ces communautés, mais dans une autre : celle formée par un mouvement pentecôtiste. Enfant, elle y a subi un lavage de cerveau, elle y a été victime d'abus sexuels, et a été tenue à l'écart des remous de la modernité.

ANGEL HAZE - Reservation

Lire la suite...

SOB X RBE - Gangin

, 22:59 - Lien permanent

Le deuxième SOB X RBE n'est pas à des années lumières du précédent. Il n'est ni meilleur, ni franchement moins bien. Ce qui change tout, cependant, c'est qu'aujourd'hui le monde entier connaît leur existence. Le quartet de Vallejo a en effet bénéficié d'une visibilité inespérée depuis le début de l'année, du fait du parrainage substantiel de gens très bien placés dans l'industrie du divertissement. En début d'année, par le biais de Kendrick Lamar (ou de proches bien informés), leur morceau "Paramedic!" a trouvé une place sur la bande originale du blockbuster Marvel Black Panther. Et comme par magie, leur nouvel album, GANGIN, s'est vu couvert par tout un tas de médias, dans des termes élogieux.

SOB X RBE - Gangin

Lire la suite...

RAP, HIP-HOP - Albums et mixtapes 2008

, 19:20 - Lien permanent

2008 fut, pour le rap, une année en trompe-l'œil. Impacté par la crise du disque, il y semblait en décrue. Quelques-uns des meilleurs albums sortis par des rappeurs, d'ailleurs, n'étaient même plus des disques de rap, comme dans le cas du dernier Kanye West, ou dans celui, nettement moins grand public, de Why?. Les rookies de l'époque, comme Kid Cudi, s'engageaient eux aussi sur d'autres territoires que celui du hip-hop. Seul Lil Wayne, alors au sommet de sa gloire, tirait encore son épingle du jeu avec Tha Carter III, qui aura été l'album le plus attendu de l'année. Et s'il était au centre de toutes les attentions, c'est que le rappeur de La Nouvelle Orléans avait placé la barre très haut sur ses mixtapes des années antérieures.

ALL STAR - Starlito's Way 2

Lire la suite...

CARDI B - Invasion of Privacy

, 22:48 - Lien permanent

Depuis plusieurs mois, c'était acquis : Cardi B était destinée à devenir la nouvelle reine du rap féminin. Et de fait, son parcours a été sans faute. Belcalis Almanzar nous a tout donné : du rêve américain, avec son destin de stripteaseuse devenue star par le biais des réseaux sociaux ; du people, avec sa romance avec Offset, dont elle vient d'avoir une petite fille ; et de la musique, enfin, avec des mixtapes remarquables, puis une suite de tubes au succès phénoménal : deux singles numéro 1 aux Etats-Unis, "Bodak Yellow" et "I Like It" (les premiers pour du rap féminin depuis Lauryn Hill), et en avril 2018, 13 morceaux classés simultanément dans le top 100 du Billboard. Dans le même temps, elle sortait un premier album, Invasion of Privacy, qui rencontrait une conséquente réussite commerciale, ainsi que l'unanimité de la critique. Bref, la mise sur orbite a été pour le moins réussie.

CARDI B - Invasion of Privacy

Lire la suite...

RAP, HIP-HOP - 100 mixtapes

, 22:56 - Lien permanent

Pour célébrer la sortie de son nouveau livre le 18 mai 2017, une anthologie consacrée aux mixtapes, Fake For Real vous révèle sa sélection. Exclusivement consacrée à l'espace nord-américain et à la production de l'après 2000, quand ce format est devenu un album alternatif plutôt qu'un vrai mix, cette liste vous présente 100 oeuvres à retenir, pas toujours les mêmes que celles traitées dans le livre, choisies sur un critère de qualité. Par ailleurs, dans l'espace réservé en fin de cet article, vous pourrez aussi faire part de vos choix, qui seront révélés plus tard.

FUTURE - True Story

Lire la suite...

RAH DIGGA - Dirty Harriet

, 23:06 - Lien permanent

La fin des années 90 a été un premier âge d'or pour le rap au féminin. Il a aussi donné lieu à une diversification des modèles de rappeuses. Certaines, toutefois, continuaient à perpétuer le registre traditionnel : sans insister outre-mesure sur leur identité de femmes, elles se contentaient de rapper bien, et de démontrer, par leur seule maîtrise du micro, qu'elles boxaient dans la même catégorie que leurs confrères. Originaire du New Jersey, Rashia Fisher, alias Rah Digga, était l'une d'elles. Membre des Outsidaz, à l'époque où ils étaient les protégés des Fugees, elle était allée à la bonne école, celle du Lyricist Lounge, dont elle était la figure de proue féminine, avec Bahamadia. C'est là, que Q-Tip l'a repérée, et c'est grâce à lui qu'elle entrera en contact avec Busta Rhymes et rejoindra le Flipmode Squad.

RAH DIGGA - Dirty Harriet

Lire la suite...

ROXANNE SHANTE - Bad Sister

, 22:27 - Lien permanent

Les temps ont changé, indubitablement. A présent que le rap est un genre ancien et établi, maintenant qu'il touche plusieurs générations et que certains cherchent à se remémorer son passé, voire à le mythifier, des films entiers lui sont consacrés. Une autre évolution tient à la place des femmes. A l'époque de #MeToo, leur impact sur cette musique est défendu, il est revalorisé. Sorti l'an dernier, le film Roxanne Roxanne témoigne de ces deux tendances de fond. Coproduit par Forest Whitaker et par Pharell Williams, et joué par Chanté Adams, il retrace de manière romancée le parcours de Roxanne Shanté, une femme qui compta dans l'histoire du rap, mais dont seuls les fans se souvenaient encore, il y a quelques années.

ROXANNE SHANTE - Bad Sister

Lire la suite...

CRIMEAPPLE - Aguardiente

, 23:15 - Lien permanent

New-York, 1995, souvenez-vous. Nous ne nous rappelons pas nécessairement du climat qu'il faisait dans la grande métropole de la Côte Est, cette année-là, mais sur ses disques de rap, c'est une certitude, il faisait froid. Ça ne rigolait pas, tant musicalement, les rappeurs de l'époque optant pour des beats décharnés et austères, que du point de vue des textes. De jeunes gens qui avaient été autrefois de petits dealers (voire pas), prenaient la dureté et la sauvagerie de la rue comme sujet principal. Ou bien, comme Raekwon et quelques autres, ils enjolivaient leurs expériences ingrates, ces longues heures à servir le client dans les courants d'air glacés de la ville, en se dépeignant en mafieux magnifiques. Pour bien des gens, le rap new-yorkais, voire le rap tout court, fut alors à son apogée. Pour une foule de nostalgiques, il atteint là un sommet, que personne n'a su dépasser depuis.

CRIMEAPPLE - Aguardiente

Lire la suite...

REMY MA - There's Something About Remy: Based On a True Story

, 22:35 - Lien permanent

Le "Ante Up" de M.O.P. est un titre emblématique. Il est de l'un de ceux qui, dans l'histoire du rap, a frappé le plus fort. Il cognait, avec conviction, il est l'illustration même du mot banger. Et naturellement, comme tout tube de cet acabit, il fut suivi de réinterprétations et de remixes, dont un, officiel, avec Busta Rhymes, Teflon, et Remy Martin, alias Remy Ma. L'intervention de cette dernière était brève, mais elle s'y montrait dans son élément, étant elle-même l'adepte d'un rap qui tabasse. A cette époque-là, en 2001, elle n'avait pas encore sorti d'album, et le succès ne commencerait vraiment qu'avec "Lean Back", un morceau du Terror Squad de Fat Joe, dont Remy Ma avait été la protégée (après que son premier parrain, Big Pun, qui l'avait repérée pendant une session de freestyle, ait passé l'arme à gauche). Mais déjà, Remy Ma avait un parcours qui justifiait son statut de fille pas facile.

REMY MA - Theres Something About Remy: Based On A True Story

Lire la suite...

- page 2 de 132 -