Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

03 GREEDO - The Wolf of Grape Street

, 22:39 - Lien permanent

La Californie, contrée de tous les rêves, patrie du divertissement de masse, ultime usine à fantasmes, a toujours reçu une attention disproportionnée. Le rap nous l'a démontré une fois encore ces dernières années, sa relève ayant régulièrement été identifiée là-bas : le nihilisme d'Odd Future, le ratchet de DJ Mustard et d'YG, le rap adulte de TDE, ont tous été présentés, à un moment ou à un autre de la dernière décennie, comme le next big thing du hip-hop. A raison, parfois. Mais le plus souvent, de manière exagérée. Le premier, en effet, a sombré quelquefois dans un expérimentalisme de hipster rock sans grande portée. Le second, en bonne musique de danse, n'a pas toujours bien négocié le virage de l'album. Quant au troisième, il a été hypertrophié par ses prétentions et appesanti par le lourd poids de l'héritage culturel afro-américain. Mais avec 03 Greedo, dernière sensation californienne en date, nous touchons quelque chose de plus substantiel.

03 GREEDO - The Wolf of Grape Street

Lire la suite...

RAP, HIP-HOP - 100 mixtapes

, 22:56 - Lien permanent

Pour célébrer la sortie de son nouveau livre le 18 mai 2017, une anthologie consacrée aux mixtapes, Fake For Real vous révèle sa sélection. Exclusivement consacrée à l'espace nord-américain et à la production de l'après 2000, quand ce format est devenu un album alternatif plutôt qu'un vrai mix, cette liste vous présente 100 oeuvres à retenir, pas toujours les mêmes que celles traitées dans le livre, choisies sur un critère de qualité. Par ailleurs, dans l'espace réservé en fin de cet article, vous pourrez aussi faire part de vos choix, qui seront révélés plus tard.

FUTURE - True Story

Lire la suite...

CHOICE - The Big Payback

, 23:30 - Lien permanent

Tout vient de Houston. C'est en grande partie de la ville texane qu'est issu le gangsta rap paroxystique de psychopathe, devenu avec le temps l'ordinaire du hip-hop. Et même si on le sait moins, c'est là-bas aussi qu'a été mise au point cette posture hypersexuée qui, elle aussi, est devenue la normalité en matière du rap, quand il est conjugué au féminin. La vilaine fille originelle du hip-hop n'est en effet ni Lil' Kim, ni Foxy Brown. Ce ne sont même pas les pionnières de BWP et de H.W.A. C'est Kim Davis, alias Choice. Originaire de San Antonio, elle avait fait son entrée dans la musique dès 1989, sur le premier album de Willie D. A l'occasion d'un duo avec le rappeur des Geto Boys élégamment intitulé "I Need Some Pussy", elle clamait bien fort être classée X. Elle se prévalait d'avoir une chatte plus grande que la Bolivie et, si besoin, de la fesse à revendre. C'en était assez pour que J. Prince la signe sur Rap-a-Lot et qu'elle y sorte un an après The Big Payback.

CHOICE - The Big Payback

Lire la suite...

AZEALIA BANKS - 1991

, 22:25 - Lien permanent

Autour de 2010, la pop américaine semblait découvrir enfin tous les apports des musiques électroniques. A la manière de l'Euro-Dance, mais avec vingt ans de retard, elle vulgarisait les sons de la house, de la techno et des autres. Elle les avait enfin digérés, et transformés en une version mâtinée de chants, plus accessible à un large public. Et ce mouvement, représenté mieux que quiconque par Lady Gaga, touchait également le rap. On aime ou on déteste se souvenir, par exemple, de l'association entre Black Eyed Peas et David Guetta, ou de certains morceaux de Flo Rida. On se rappelle aussi qu'à cette époque, ce fut la voie choisie par une pure rappeuse, Nicki Minaj, dans sa quête de succès. Et puis il y eut Azealia Banks, qui renouvela l'antique alliance entre hip-hop et house music.

AZEALIA BANKS - 1991

Lire la suite...

GLOKKNINE - Bloodshells Revenge

, 23:03 - Lien permanent

Un sous Kodak Black. Voilà à quoi ressemble Jacquavius Smith, de prime abord. Floridien, comme l'autre, ce résident d'Orlando sévissant sous le nom de Glokknine cumule les points communs avec lui. Il a eu beau rejeter la comparaison et proclamer être lui-même sur "Talm Bout", l'un de ses derniers singles, la vérité est qu'il a le même accent, la même voix rauque et marmonnée, la même énonciation concassée. A 17 ans, il a à peu près le même âge que l'autre à ses débuts. Même ses cheveux hirsutes évoquent l'homme de Pompano Beach. Et bien sûr, le très jeune homme a lui aussi un pédigrée de délinquant. Début octobre, par exemple, deux mois après qu'il se soit placé sous les grandes ailes de Birdman et de Cash Money, il a été arrêté pour port d'arme, vol, et autres broutilles de cette espèce.

GLOKKNINE - Bloodshells Revenge

Lire la suite...

YUNGEEN ACE - Life of Betrayal

, 23:14 - Lien permanent

La mort inspire Keyontae Bullard. C'est en effet après la mort de son oncle, il y a six ans, que le jeune homme de Jacksonville se consola par la pratique du rap. Et c'est en juin dernier, après une fusillade à l'encontre de sa bande et au cours de laquelle il perdit deux amis ainsi que son petit frère, que le rappeur floridien désormais connu sous le nom de Yungeen Ace (lui-même criblé de balles à l'occasion) se mit à briller. Certes, il avait commencé à sortir des titres dès 2017, notamment "Go to War", puis "No Witness" et "All In" quelques mois plus tard, et il avait déjà rejoint Cinematic Music Group. Mais juste après l'assaut qui emporta les siens, puis un bref séjour en prison, il sortit "Jungle" avec JayDaYoungan, indubitablement l'un des grands morceaux rap de 2018. Et il enchaina quelques semaines plus tard avec une mixtape, Life of Betrayal, en tout point excellente.

YUNGEEN ACE - Life of Betrayal

Lire la suite...

BWP - The Bytches

, 23:12 - Lien permanent

Les filles du rap ont fait comme les garçons. Ces termes injurieux qu'on leur adressait, elles se les sont très tôt appropriés, elles en ont même fait leur étendard. Dès la fin des années 90, cela a été le cas des H.W.A., les Hoez With Attitudes, ces protégées d'Eazy-E qui troquaient donc le mot de nègre, nigga, revendiqué bien fort par N.W.A., pour celui de trainée, de fille facile. Et ça l'a été aussi à New-York, à l'autre extrémité des Etats-Unis, avec le duo formé par Lyndah McCaskill et Tanisha Michele Morgan, qui s'accaparait quant à lui le terme de bitch, chienne, avec son nom (Bytches With Problems), tout autant qu'avec le titre de son premier album. Or ce disque, le seul qu'elles aient sorti (le second, Life's a Bitch, n'a jamais vu le jour), bien davantage que ceux de leurs consœurs californiennes, avaient été une relative réussite, tant formelle que commerciale.

BWP - The Bytches

Lire la suite...

EVANDER GRIIIM - Raices

, 22:32 - Lien permanent

Evander Chantz a toujours eu soif de succès. Il aurait décidé que, s'il n'était pas repéré avant l'âge de 19 ans, il abandonnerait le rap pour entamer une carrière dans l'armée. Or, en 2016, quelques temps tout juste avant la date butoir, il sortit "Right Now", un morceau halluciné et affamé qui parlait justement de cela : d'être dès maintenant au tout haut de l'affiche, de jouir tout de suite des femmes, de l'argent et de la célébrité, sans attendre. Et comme s'il suffisait d'énoncer ce vœu pour qu'il soit exaucé, ce morceau devenait populaire, attirant l'attention de Gucci Mane (ils en livreraient ensemble une nouvelle version), suscitant l'intérêt de Young Thug, et permettant à celui dont le nom d'artiste est Evander Griiim d'être embarqué dans les tournées de Rich the Kid, de Rae Sremmurd et de Lil Yachty.

EVANDER GRIIIM - Raices

Lire la suite...

YO-YO - Black Pearl

, 23:09 - Lien permanent

Yo-Yo est entrée dans le rap dans le sillage d'Ice Cube. Celui-ci, à l'aube de sa carrière solo, était en effet en quête d'une rappeuse, et c'est sur Yolanda Whitaker qu'il a jeté son dévolu. Il l'a d'abord invitée sur AmeriKKKa's Most Wanted pour un morceau, "It's a Man's World", où les deux protagonistes débattaient âprement de la place de la femme dans les quartiers. Puis il l'a épaulée sur chacun de ses albums. Cette association fut durable. Et pourtant, en contradiction apparente avec la réputation de l'ancien N.W.A., classé haut dans la liste des rappeurs les plus misogynes de l'histoire, Yo-Yo, elle, avait un agenda ouvertement féministe.

YO-YO - Black Pearl

Lire la suite...

HEATHER B. - Eternal Affairs

, 22:52 - Lien permanent

La carrière de rappeuse d'Heather B. se réduit finalement à pas grand-chose. Elle n'aura sorti en tout et pour tout que deux véritables albums. Et dans l'esprit des Américains, elle aura été d'abord une personnalité des médias. C'est en effet via la première saison de The Real World, une émission pionnière de la télé-réalité diffusée par MTV à partir de 1992, qu''Heather B. Gardner s'est fait connaître du grand nombre. Et sa présence à l'écran (le petit, et parfois le grand) comme sur les ondes aura perduré au-delà de son activité discographique. Pourtant, c'est bel et bien par le rap que la native du New-Jersey a débuté, comme le montrait le rôle qu'elle jouait dans le programme qui l'a fait connaître : le sien, celui d'une rappeuse qui cherchait à percer dans un milieu généralement fermé aux femmes.

HEATHER B. - Eternal Affairs

Lire la suite...

ROC MARCIANO - RR2 - The Bitter Dose

, 23:24 - Lien permanent

Petit à petit, depuis Marcberg en 2010, et à force de sortir régulièrement des albums et des mixtapes solides, produits et rappés essentiellement par lui-même, c'est toute une œuvre que Roc Marciano bâtit. Une œuvre qui, aujourd'hui, se situe au cœur même d'un son rap new-yorkais fidèle à son lourd héritage, et néanmoins actuel. Une œuvre au long cours, et qui est la quintessence même du rap local. Ces derniers temps, cependant, le désormais quadragénaire semble avoir décuplé sa productivité. Ce sont en effet trois sorties, pas moins, qui auront vu le jour en 2018. Alors que Kaos, un projet collaboratif avec DJ Muggs, est annoncé pour octobre, il vient tout juste de sortir un nouvel album, Behold a Dark Horse, lequel succède à un autre solo disponible depuis mars, intitulée RR2: The Bitter Dose, et qui fut lui-même une suite à son Rosebudd's Revenge de 2017.

ROC MARCIANO - RR2 - The Bitter Dose

Lire la suite...

RICO NASTY - Nasty

, 22:37 - Lien permanent

C'est une caractéristique de la nouvelle génération de rappeurs : ils veulent maintenant être les rock stars à la place des rock stars. Même si leurs thèmes, sexe, drogue et argent, demeurent ceux habituels au genre, leur attitude nihiliste, leur imagerie même (cf. la pochette du récent Die Lit, de Playboi Carti), n'hésitent plus à s'inspirer de la scène punk et hardcore. Et ce jugement peut désormais s'étendre à Rico Nasty, dont la dernière mixtape, Nasty (la première depuis que la rappeuse a rejoint la major Atlantic), multiplie les morceaux où elle s'adonne à des accès de colère, voix abrasive et guitares furieuses à l'appui, comme par exemple "Trust Issues", "In The Air", et ce titre, le meilleur, celui qui résume tout: "Rage".

RICO NASTY - Nasty

Lire la suite...

BAHAMADIA - Kollage

, 22:54 - Lien permanent

En 1996, juste avant la grande époque des rappeuses hypersexuées, peu offraient un plus grand contraste avec elles que Bahamadia. Il est vrai qu'Antonia Reed, qui fêtait alors ses 30 ans, appartenait déjà à l'ancienne génération. Elle s'était lancée dans le hip-hop dès le début des années 80, en qualité de DJ, puis elle était passée au micro, suivant l'exemple des femcees new-yorkaises de ce temps-là, et celui, dans sa ville, de Lady B. Cependant, à cette époque, Philadelphie n'était pas encore au centre du rap game, et il fallut l'appui du DJ et producteur local DJ Ran, puis celui, plus décisif, de Guru, pour que Bahamadia parvienne à percer. C'est ainsi, une décennie après ses débuts, et avec l'appui du rappeur de Gang Starr, qu'elle obtint une place sur le deuxième Jazzmatazz, et un contrat chez Chrysalis.

BAHAMADIA - Kollage

Lire la suite...

- page 2 de 135 -