Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

MAKER - Honestly

, 23:02

Originaire d'Aurora, à quelques dizaines de kilomètres de Chicago, Marco Jacobo creusait la même veine que les producteurs de l'écurie Galapagos4. Son premier album évoquait d'ailleurs le Leo Vs. Pisces sorti par Meaty Ogre au même moment. Dans un cas comme dans l'autre, c'était un travail habile réalisé à base de samples, ainsi qu'une alternance bien sentie de titres rappés et de plages sans parole. Les deux hommes se connaissaient bien, d'ailleurs, puisqu'ils avaient enregistré un disque commun (Meet your Maker Vol. 1). Et Birthwrite Records, le label de Pugslee Atomz, où sortait cet album, Honestly, était en quelque sorte le jumeau de Galapagos4. Pourtant, par sa finesse, Maker se distinguait de la plupart des autres beatmakers qui composaient cette scène.

MAKER - Honestly

Lire la suite...

TREE - Sunday School II - When Church Lets Out

, 22:31

Il y a deux sortes de mixtapes réussies. Celles qui captent les rares moments d'inspiration de rappeurs moyens, mais qui se montreront finalement sans suite. Et puis il y a les autres, celles qui annoncent de vrais nouveaux talents, celle grâce auxquelles on découvre des artistes avec un grand "a", capables de reproduire plusieurs fois le même exploit, voire de le dépasser. Le Sunday School de Tree, sensation 2012 au sein de la blogosphère rap, pourrait bien appartenir à cette seconde catégorie. Sa suite immédiate, en effet, est une totale confirmation.

TREE - Sunday School 2 - When Church Lets Out

Lire la suite...

TREE - Sunday School

, 10:25

Qu'est-ce qui sépare Tree, dont la mixtape Sunday School a été l'un des succès critique de 2012, des autres rappeurs de Chicago qui ont marqué l'année, de tous ces Chief Keef, King Louie et Lil Reese qui ont fait le buzz avec leur drill music ? La réponse est simple : 10 bonnes années de plus. Bientôt trentenaire, le rappeur et producteur Tremaine Johnson, de son vrai nom, nous offre un rap plus mature et moins nihiliste, de la profondeur dans les paroles, des commentaires sociaux et un goût, à l'ancienne, pour des samples à forte teneur soul. Que ceux qui n'ont pas encore découvert Tree n'imaginent pas avoir affaire à un classic rap ou à un rap conscient façon années 90, cependant. Sa formule à lui, est inédite. Il en a même fait un nouveau genre à part entière, qu'il a baptisé soul trap.

TREE - Sunday School

Lire la suite...

JAY-Z & KANYE WEST - Watch the Throne

, 22:47

Voir Jay-Z, et plus tard son compère Kanye West, s'imposer tout au long des années 2000 comme les monarques absolus du hip-hop, avait quelque chose d'anachronique. Quelles qu'aient été les velléités d'expérimentation du second, les deux hommes, adeptes du bling bling et amoureux du beau sample, demeuraient des héritiers du classic rap des années 90. Au fond, seule la relative mauvaise passe traversée par le rap au début du deuxième millénaire expliquait et légitimait leur suprématie. Mais en 2011, alors qu'on parle d'une renaissance du genre et que l'underground grouille de nouveaux talents, les deux rappeurs ont-ils encore de bonnes raisons d'occuper leur trône ?

JAY-Z & KANYE WEST - Watch the Throne

Lire la suite...

KING LOUIE - Drilluminati

, 23:20

La sortie quasi concomitante de Finally Rich et de Drilluminati, en décembre 2012, ne doit sans doute rien au hasard. Alors que le très jeune Chief Keef répondait par un premier album sur major à l'engouement pour la drill music de Chicago, le plus âgé King Louie sortait une mixtape au nom manifeste, comptant elle aussi quelques tubes et des invités de marque (Juicy J, Pusha T), comme pour rappeler qu'il avait été, bien avant le buzz, le pionnier de cette scène, et réclamer son dû.

KING LOUIE - Drilluminati

Lire la suite...

CHIEF KEEF - Finally Rich

, 23:19

Il y a deux manières de critiquer l'album de Chief Keef. Il y a la première, celle des vieilles barbes du hip-hop, qui vont railler comme à leur habitude les beats pompiers, les thèmes convenus, l'immaturité, les provocations gratuites et les raps sans virtuosité de la nouvelle génération. Et puis il y a l'autre, plus recevable, qui consiste à proclamer que Finally Rich ne remplit pas tout à fait les promesses tenues tout au long de 2012, qui avaient annoncé Keith Cozart (de son vrai nom) et ses compères comme le next big thing du hip-hop.

CHIEF KEEF - Finally Rich

Lire la suite...

COMMON SENSE - Resurrection

, 23:21

En 1994, avec Resurrection, Common voguait contre le vent. La vogue jazz rap touchait à sa fin et, à l'Est comme à l'Ouest, la tendance dominante était à un hip-hop invulnérable, clinquant et menaçant. Notre homme, cependant, ne vivait sur aucune des deux côtes, mais à Chicago, une ville alors quasi inexistante sur la carte du hip-hop. Il pouvait donc se lancer dans un rap à rebours de l'époque, un rap plus apaisé et plus réfléchi, déclamé d'un flow agile dans une ambiance jazzy, un rap différent même de ce qu'il avait livré sur Can I Borrow a Dollar?, un premier album plus léger qui contenait encore quelques relents de misogynie.

COMMON SENSE - Resurrection

Lire la suite...

GLUE - Catch as Catch Can

, 22:13

Au bout du compte, la discographie de Glue se sera résumée à peu de choses. Outre des maxis, un tour CD, un instrumental et un EP transitoire, Sunset Lodge, le trio n'aura livré que deux albums. Chacun de ces disques, cependant, a été une réussite, le résultat d'une alchimie parfaite entre le rappeur Adeem, le beatmaker Maker et le DJ DQ, l'exemple même d'un enregistrement exécuté avec soin, sans se soucier de livrer quoi que ce soit de neuf, ou d'ancien, par trois artistes d'égale importance, qui ont eu le bonheur d'avoir été sur la même longueur d'onde.

GLUE - Catch as Catch Can

Lire la suite...

QWEL & MAKER - The Harvest

, 23:07

Qwel, avant cet album, c'était un tiers des Typical Cats, le trio de rappeurs qui avait fait connaître Galapagos4, label central du rap indé de Chicago, autour de l'an 2000. C'était aussi deux albums bien cotés dans l'underground, If It Ain't Been In A Pawn Shop... et The Rubber Duckie Experiment. Quant à Maker, c'était Honestly, un excellent album de hip-hop semi-instrumental, et Seconds Away, autre bon disque concocté avec DJ DQ et le rappeur Adeem, sous le nom de Glue.

QWEL & MAKER - The Harvest

Lire la suite...

GLUE - Seconds Away

, 22:52

Tout est toujours affaire d'alchimie. Et cette alchimie, cet équilibre précaire, Adeem, Maker et DJ DQ les ont atteints avec Glue, l'un des groupes les plus solides et constants enfantés par le hip-hop de l'ombre. Dès le commencement, avec cet excellent Seconds Away, ils avaient été cette trinité hip-hop idéale que parfois, quand ils sont au diapason, savent former un MC, un producteur et un DJ.

GLUE - Seconds Away

Lire la suite...

MAINTENANCE CREW - Plain & Simple

, 22:13

Voici donc le troisième album du Maintenance Crew, et avec lui, les mêmes interrogations que pour ceux d'avant : pourquoi ce qui est si détestable chez les autres, est-il aussi jouissif chez eux ? Pourquoi ce rap engagé et sans humour, pourquoi ce boom bap mort depuis plus de dix ans, pourquoi ces hommages creux aux grands du jazz (le longuet "Definition of the Horn", qui énumère à n'en plus finir les artistes qui ont "brisé le coeur" de nos amis), cessent-ils d'être rédhibitoire dès qu'ils sont le fait de nos trois hommes de Chicago ? Pourquoi ce groupe passéiste et revivaliste parvient-il à nous faire aimer le jazz rap comme au premier jour ? Pourquoi semble-t-il plus qu'un pâle copieur ? Pourquoi, sur chacun de ses albums, faisant honneur à son nom trivial, l'équipe de maintenance remet-elle le rap des années 90 en état ? Pourquoi le fait-elle sonner comme s'il était neuf ?

MAINTENANCE CREW - Plain & Simple

Lire la suite...

MOLEMEN - Killing Fields

, 12:34

Les Molemen. Oui, ceux-là même. Les beatmakers de Chicago, ces caïds de la scène locale qui s'étaient distingués il y a près de dix ans en produisant à peu près tout ce qui bougeait en matière de hip-hop indé, d'Aesop Rock à Atmosphere, de MF Doom aux Sebutones, de Rubberoom à Stonghold. Malgré leur persistance, on avait fini par ne plus prêter garde à leurs innombrables CD-R instrumentaux ou aux sorties des albums de Vakill et Longshot, leurs protégés. Tout cela était devenu de l'histoire ancienne. Pourtant, il y a deux ans, PNS, Panik et Memo ont sorti Killing Fields, un album aujourd'hui distribué en France et qui s'inscrit dans la droite ligne de Ritual of the Molemen, leur album de 2001, très prisé par certains.

MOLEMEN - Killing Fields

Lire la suite...

YEA BIG + KID STATIC - Yea Big + Kid Static

, 21:22

Avec leur rap électronique bizarre et amusant, Yea Big et Kid Static voudraient réinvestir le hip hop inventif et plein de bon esprit de De La Soul, de Digital Underground et de Biz Markie. La bonne surprise, c’est qu’ils s’en sortent plutôt pas mal.

Lire la suite...

QWAZAAR, MESTIZO, ROBUST, DJ KIP KILLAGAIN - Glaz'Art - 13 septembre 2007

, 19:46

Ce qu’il y a de bien avec le label Galapagos4, c’est qu’il compte maintenant suffisamment d’artistes pour qu’aucune de ses tournées ne ressemble à la précédente, pour qu’à chaque fois un line-up différent se présente et qu’il nous soit permis d’être agréablement surpris, comme pour la dernière soirée Növö Hip Hop organisée au Glaz’art.

Lire la suite...

HELLSENT - Rainwater

, 11:57

Il n’y avait à peu près qu’une chose de notable sur Suicide Prevention, l’album des Outerlimitz sorti en 2005 : certains des beats du producteur Silence. Il en est strictement de même sur ce Rainwater sorti l'an dernier par les deux tiers de ce trio de Chicago.

Lire la suite...

MAINTENANCE CREW - Simple is the Way it's Spoken

, 20:58

Le nouveau Maintenance Crew est la copie conforme du précédent, l’excellent Eternal Sunshine of the Simple Mind. Mais en moins bien, en plus lassant, en tellement homogène qu’à la longue, l’overdose menace.

Lire la suite...

QWEL & MEATY OGRE - Freezerburner

, 22:35

Deux ans après l’impeccable The Harvest, Freezer Burner se veut le second volet d’une série d’albums dédiés aux quatre saisons. Malheureusement, la comparaison avec son prédécesseur ne sert pas forcément ce disque, même s'il est un plutôt bon cru pour Qwel.

Lire la suite...

YEA BIG - The Wind That Blows the Robot's Arms

, 21:59

Yea Big fait feu de tout bois. The Wind That Blows the Robot's Arms y va fort dans les glitches, les voix bidouillés, il mélange avec allégresse des éléments aussi divers que la musique arabe et les cris de poules. Cependant, cet album n’est pas fait que de n’importe quoi.

Lire la suite...

KID STATIC - Have You Seen This Man?

, 23:16

Les Cankles, c’était l’une des bonnes surprises des derniers mois. Du hip hop jovial, éclectique et bien foutu tel qu’on en avait rarement vu du côté de Chicago. Eh bien sur le disque solo du truculent Kid Static, le rappeur du groupe, c’est tout pareil.

Lire la suite...

DENIZEN KANE - Tree City Legends II... My Bootleg Life

, 18:04

C’est un comble. Sur ce second volume raté de Tree City Legends, Denizen Kane confirme qu’il est plus à l’aise en chanteur folk qu’avec le rap battle qui l’a autrefois fait connaître.

Lire la suite...

- page 2 de 3 -