Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

JEAN DEAUX - Soular System Vol. I: Dark Matter[s]

, 22:18 - Lien permanent

Les femmes qui rappent semblent légion, dans le Chicago des années 2010. Elles sont plusieurs à s'être fait un nom dans ce genre local qu'est la drill music. Mais il en existe aussi sur l'autre versant de la scène de la ville, le plus sage, le plus arty, le plus sophistiqué, celui représenté par Chance the Rapper et Vic Mensa. C'est le cas de Jean Deaux. Si la jeune femme s'est fait surtout connaître pour une histoire sordide (elle est la seconde à avoir accusé de viol le styliste Ian Connor), elle est avant tout une rappeuse et chanteuse. Sa jolie voix, en effet, s'est fait entendre sur des morceaux de Mick Jenkins, d'Alex Wiley, et de Saba (ils seraient cousins), tout comme sur ceux d'autres esthètes, établis sous d'autres cieux, comme Isaiah Rashad, Mykki Blanco et Smino, pour qui elle a tourné la vidéo du titre "Anita".

JEAN DEAUX - Soular System

Autoproduit :: 2014 :: télécharger cette mixtape

Car les talents de Jean Deaux sont multiples. Comme beaucoup de rappeuses avant elle, par exemple Lauryn Hill, à qui on l'a comparée, elle ne se contente pas de rapper. Elle chante aussi, et dans des registres qui ne se limitent pas aux habituels soul ou R&B. La musique que l'on entend sur Soular System Vol. I: Dark Matters, un projet situé sur cette frontière floue entre mixtapes et albums gratuits, investit de nombreux domaines : on y croise de l'ambient ("Motel 6", "Genesis", "A Crow's Interlude"), des sons évaporés qu'en d'autres temps on aurait appelé trip hop ("Kukka", "Diamonds Interlude"), de la chanson de singer-songwriter au piano (le début du très beau "Who Am I") ou à la guitare ("Voodoo"), de la jolie dance-pop ("Ghost"), des instants jazzy (signés Donnie Trumpet, sur "Birthday Suit pt. 2"), et des choses plus bizarres encore comme les castagnettes et les chœurs bulgares du compliqué "Right Now", ou un dialogue en français sur "Who Am I".

Si, à tout prix, il faut rattacher Jean Deaux à une catégorie, alors celle du R&B alternatif pourrait convenir. Sa musique est expérimentale plutôt que passéiste, et ses paroles, portées sur la dépression, les peines de cœur, la détresse émotionnelle, les amours transis, voire le viol qu'elle a subi ("Voodoo"), appartiennent entièrement à cet univers, plutôt qu'à celui du hip-hop, à ses rodomontades et à ses poses de fier-à-bras. Seuls quelques vers sur "Right Now" font preuve de morgue et d'agressivité. La jeune femme a, définitivement, une posture plus introspective que démonstrative, ses préoccupations sont plus sentimentales et spirituelles que matérialistes. Pourtant, tout de même, Jean Deaux rappe. Pas tout le temps, certes, et dans un style susurré, presque parlé. Mais elle rappe. Ça n'est juste pas sa préoccupation première. Et on s'en fiche un peu quand, après quelques moments moins accessibles, elle chante une merveille tout en violons et en guitares, comme ce grand crescendo qu'est "Equilibrium".

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet