LIL BOOSIE & DJ DRAMA - Streetz Iz Mine

La vie de Torrence Hatch, alias Lil Boosie, désormais Boosie Badazz, est un roman. Le rappeur de Baton Rouge a grandi dans ce qu'il se fait de pire en matière de drogue et de violence. Son père fut assassiné. Il fut lui-même accroc à divers stupéfiants, et impliqué dans des actes de délinquance. Soupçonné un temps de meurtre, il risqua la peine capitale, avant d'être condamné en 2009 à cinq ans de prison. Aussitôt libéré, il dût affronter un cancer, dont il semble s'être remis. Avant son incarcération, aussi, Boosie a eu le temps d'avoir sept enfants, dont trois avec sa femme légitime, laquelle a fait de ses infidélités et goujateries l'objet d'un livre, When The Music Stops. Car on vous l'a dit, la vie de Lil Boosie est un véritable roman.

LIL BOOSIE - Streetz Iz Mine

Cette vie chaotique a nourri une carrière entamée à la fin des années 90 via son cousin Young Bleed, et sous le parrainage de C-Loc. Tous deux appartiennent alors à Concentration Camp (oui, "camp de concentration", dont l'album de référence est Da Halocaust : on n'a jamais eu peur de rien dans le Sud), un groupe que Boosie rejoindrait autour de l'an 2000, à pas même 18 ans, l'année de son premier album solo. Son parcours se poursuivrait ensuite sous la protection de Pimp C, qui l'accueillera au sein de Trill Entertainment, et qui le désignera, avec Webbie (les deux rappeurs sortiront deux albums ensemble), comme l'héritier de UGK. A partir de ce moment, la carrière de Lil Boosie est lancée, et il devient le rappeur emblématique de Baton Rouge, un statut qu'il entretient par plusieurs albums, par une intense activité sur scène, ainsi que par de nombreuses mixtapes sorties avant comme après son emprisonnement.

Apparue en 2006, la même année que son premier album en major, Bad Azz (les deux ont plusieurs morceaux en commun), Streetz Is Mine est sa contribution à la série des Gangsta Grillz de DJ Drama, et elle dévoile un rappeur sûr de son art. Dominée comme jamais par sa voix nasillarde et aigrelette, et par des sonorités sautillantes héritées de la musique bounce, cette mixtape part dans trois directions. D'abord, le délire égotique, exploré d'entrée avec "Streetz Iz Mine", en toute fin avec le mordant et le grand "Set It Off", et sur ce "What About Me" où Lil Boosie cherche sa place dans le panthéon rap. Ensuite, les femmes, qui le font tourner en bourrique ("Beat It Up"), qui l'attendent aux quatre coins des Etats-Unis ("Distant Lover"), qu'il emmène faire le tour du monde ("Sexy Lady"), et qui l'excitent quand elles se livrent à des ébats lesbiens ("They Dykin'", sur l'instrumental du "Trap Star" de Young Jeezy). Et puis aussi, le rap social, avec des piques contre la police ou l'administration Bush ("I'm Mad") et des reportages sur la cruauté du ghetto, comme le superbe "You Don't Know My Struggle".

Le titre de la mixtape dit la vérité. En 2006, grâce à son mélange d'entrain, d'humour, de faim et de colère, les rues de Baton Rouge appartiennent bel et bien à Lil Boosie. Il ne cessera jamais d'en être le roi. Et ses cinq années passées au Louisiana State Penitentiary, pendant lesquelles "Free Boosie" deviendra un mot d'ordre dans le milieu rap, n'affecteront en rien ce statut.

Télécharger la mixtape

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • WAYNE616 - Grease Files WAYNE616 - Grease Files
  • TRAPLAND PAT - Trapnificent TRAPLAND PAT - Trapnificent
  • C.V.E. - We Represent Billions C.V.E. - Chillin Villains: We Represent Billions
  • SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon A Time In America SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon a Time in America
  • CASH KIDD - No Socks CASH KIDD - No Socks
  • THEY HATE CHANGE - Finally, New THEY HATE CHANGE - Finally, New
  • PARIS - Sleeping With The Enemy PARIS - Sleeping with the Enemy
  • DAMEDOT - Courtesy of the Mafia DAMEDOT - Courtesy of the Mafia

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.