Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LIL BOOSIE - Da Beginning

, 23:48 - Lien permanent

Le nom de cette mixtape est trompeur. Da Beginning, en effet, ne marquait en rien les débuts de Lil Boosie. En 2008, année de sa sortie, Torrence Hatch avait déjà une discographie conséquente, faite d'albums solo, de collaborations avec Webbie et avec tous les artistes de la Trill Fam, et bien sûr d'une bonne poignée de mixtapes. Il était en fait, déjà, un artiste accompli, et une star à Baton Rouge, voire ailleurs dans le Sud, grâce à sa présence (aux deux sens du terme) sur toutes les scènes de la région. Da Beginning, cependant, est sortie au cœur de cette période, de 2007 à son incarcération, en 2009, où le futur Boosie Badazz était le plus étincelant, où il semblait sur le point d'exploser plus fort et plus loin.

LIL BOOSIE - Da Beginning

Autoproduit :: 2008 :: mixtape indisponible

Et elle en porte la marque, s'ouvrant avec éclat sur l'égo-trip "Undeniable Talent". Étincelant, parcouru de sons synthétiques et dansants, ce titre ne donnait pourtant pas tout à fait le pouls de cette longue mixtape de 80 minutes, pas plus que ces nerveux et agressifs "Buss Ya Head Open", "Somebody Gonna Be My Victim" et "On The Grind", ou que cet "That's My Dog" au rythme sautillant caractéristique. Plutôt que cette musique d'inspiration bounce, populaire à Baton Rouge, c'est la production de BJ, producteur maison de Trill Entertainment, qui la dominait. Et celle-ci, davantage dans la lignée des Country Rap Tunes de Pimp C que de Mannie Fresh, se montrait calme, poisseuse et organique. Souvent sertis de notes d'une guitare funky, voire d'orgues et de flûtes, les morceaux de la mixtape étaient souples et fluides, comme sur "Ain't Coming Home Tonight" et "They Hatin'". Cela était souvent si lent, qu'on approchait même d'une variété rétro sur "Tee Lady".

La production accentuait ainsi une évidence : Lil Boosie, en vérité, faisait du rap un nouveau blues. C'était une autre musique du diable. Le rappeur y tenait compte de ses activités illégales ("Feds On The Way"), et sa femme idéale devait être comme lui, un gangster ("Gangsta Bitch"). Mais la formule était profondément dépressive, accompagnée d'un discours empreint de désillusion, et nourri d'aigreur, d'agression et de goût pour les plaisirs immédiats, par exemple celui apporté par le sexe ("Let Me Ease Ya Mind", "Trying 2 Get Nasty"), ou par ces pilules qui font momentanément taire les douleurs ("Take The Pain Away"). Qu'espérer de plus, en effet, de la part d'un rappeur ayant grandi dans un bouge et handicapé par son diabète, qu'un regard pessimiste sur le monde, celui qu'il partage sur de l'admirable "Dirty World", quand il évoque sur un piano triste tout ce qui va de travers sur la planète, en tout premier lieu la discrimination raciale ?

Vos 5 albums / mixtapes 2008

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2008. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le jeudi 9 août 2018, 17:29 par dugo7

Bonjour,

Je fréquente ce blog depuis un moment, j'ai également lu les bouquins qui vont avec, merci pour toutes ces découvertes qui en ont amené d'autres … J'ai passé pas mal de bon moment grâce à ça.

Fan de Boosie, malgré pas mal d'efforts, j'ai jamais réussi à mettre la main sur cette mixtape (gratuitement ou pas), si quelqu'un pouvait m'aider à ce sujet, je lui en serai extrêmement reconnaissant.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet