Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Saskatoon

Fil des billets Fil des commentaires

CESCHI - Sad, Fat Luck

, 22:09

Si l'on excepte des projets annexes comme ses Elm St. Sessions de l'an passé, Ceschi n'est pas d'une productivité folle. Ses albums officiels, il les peaufine, et il n'en sort que tous les quatre ou cinq ans. Mais en 2019, il semble résolu à mettre les bouchées doubles. Il a prévu d'en sortir par moins de trois. Disponible depuis début avril Sad, Fat Luck entame la série, et le moins que l'on puisse dire, à son écoute, c'est que le temps n'a pas changé grand-chose à l'affaire. Il s'agit encore d'une collaboration avec Factor Chandelier, où il partage ses états d'âmes avec un premier degré presque embarrassant, mais où il réalise de main de maître une alliance quasi parfaite de tous les styles musicaux imaginables, folk et rap en tête.

CESCHI - Sad, Fat Luck

Lire la suite...

SOSO - Discographie Commentée

, 12:45

Nous étions en l’an 2000. C’était l’époque de la bulle Internet et l’âge d’or du rap de nerd. Dans la foulée d'Anticon, apparaissaient sur le Web toute une myriade de rappeurs blancs amateurs. La recette de base, c’était soit du rap "conscient" et intello, soit ces paroles introspectives dont Slug d’Atmosphere était devenu à son corps défendant le grand inspirateur, le tout agrémenté de beats finalement assez conformistes malgré la noirceur et les bizarreries électroniques d’usage. Pour tous ces gens, le média phare était un webzine bien sûr, et il s’appelait Hip Hop Infinity. La majorité des artistes défendus sur ses pages étaient mauvais et maladroits, ce qui ridiculisait le ton souvent professoral des articles. Mais parfois, le magazine savait dénicher tel ou tel rappeur du gouffre dont le talent l'extirpait du brouet.

Soso

Lire la suite...

EEKWOL - Apprentice to the Mystery

, 22:25

Le premier album acheté par Lindsay Knight, au début des années 90, fut Fear of a Black Planet, l’un des grands brûlots politiques de Public Enemy. Plus tard, quand elle s’investira dans cette musique, c’est la même voie qui continuera à passionner la jeune femme, celle du rap à message, celle du hip-hop social. Celle-ci, cependant, ne provenait pas des ghettos afro-américains de New-York. Elle était Canadienne, née à Winnipeg, établie dans la province du Saskatchewan, et amérindienne. L'artiste connue sous le nom d'Eekwol, en effet, est membre de la Première Nation de Muskoday, et de culture Crie. C’est donc pour sa communauté qu’elle s'engagea, devenant la première rappeuse aborigène de son pays.

EEKWOL - Apprentice to the Mystery

Lire la suite...

FACTOR - Chandelier

, 22:22

A l'origine, à l'époque de compilations très perfectibles comme Time Invested (2002), le beatmaker Factor semblait être un second couteau du très riche underground rap canadien. Certes, on lui a reconnu assez vite un joli carnet d'adresses, avec ses collaborateurs issus de l'indé californien. Mais ces boucles toutes bêtes qui caractérisaient son style de production, construites de manière stéréotypée avec des samples de voix, de guitares ou de pianos, respiraient trop souvent la facilité, elles en semblaient parfois paresseuses et inoffensives.

FACTOR - Chandelier

Lire la suite...

SOSO - Not for Nothing

, 15:17

Depuis 2007 et son dernier véritable album, Tinfoil on the Windows, on pensait que soso avait disparu corps et âme avec Clothes Horse, son label. Il y avait bien eu All They Found was Water at the Bottom of the Sea, en 2009, un disque sorti en commun avec DJ Kutdown, mais cela n'avait été qu'un projet instrumental sans lendemain, disponible uniquement chez les fétichistes japonais de Hue Records. En 2013, pourtant, soso est toujours là. Comme d'autres artistes importants issus de la vague du rap indépendant, il a trouvé refuge chez l'un des rares labels à entretenir encore la flamme, en l'occurrence le Endemik Music de Scott Da Ros.

SOSO - Not for Nothing

Lire la suite...

NOLTO AND FACTOR - Red All Over

, 23:02

Dans les années 2000, Factor produisait des albums à tire-larigot. C’était son grand mérite, mais c'était aussi son défaut. Le Canadien privilégiait parfois la quantité à la qualité. Il trouvait des boucles, il faisait des beats, mais il ne les peaufinait pas toujours comme le mériteraient les rappeurs souvent talentueux qu’il accompagnait. Red All Over cependant, l’un des quatre albums qu'il sortit en 2005, se distinguait des autres. Sur plusieurs de ses titres, Factor semblait transfiguré, il n'était plus ce vendeur de beats au mètre qu'il avait longtemps été.

NOLTO AND FACTOR - Red All Over

Lire la suite...

EPIC - Local Only

, 22:33

Epic, c'était une voix suave, un phrasé débonnaire, avec des mots qui sentaient la fausse ingénuité, l'ironie douce, une dérision gentille. C'était aussi, avec son attitude timorée et ses cheveux blancs, un look inconcevable pour un rappeur normal. Le Canadien, qui n'était pourtant alors si vieux qu'il en avait l'air, ne manquait d'ailleurs pas de s'amuser de son apparence et de son âge, à plusieurs reprises ("Old Guys are Ready to Rock the Mic", "Middle Aged White MC").

EPIC - Local Only

Lire la suite...

MYKA 9 & FACTOR - Sovereign Soul

, 23:00

Il existe une loi implicite, dans le hip-hop, selon laquelle les rappeurs vieillissent souvent mieux que les producteurs. Alors que l'on cesse rarement d'être un grand lyriciste, on perd plus facilement l'inspiration, côté musique. Aussi, quand un vétéran du micro s'acoquine avec un beatmaker plus jeune, ça peut parfois donner à de bonnes choses. Myka 9 et Factor l'avaient déjà montré en 2009 avec l'album 1969. Et ils confirment avec Sovereign Soul, un second disque conçu en commun.

MYKA 9 & FACTOR - Sovereign Soul

Lire la suite...

NOAH23, THESIS SAHIB, KAY THE AQUANAUT - 21 Sound Bar - 20 avril 2011

, 23:24

Hip-hop canadien au programme, aujourd’hui, pour cette nouvelle édition des précieuses soirées Submass à Paris, au 21 Sound Bar. Et du premier choix, avec deux des rappeurs les plus singuliers du grand pays froid, deux infatigables hérauts de la scène indépendante locale, Thesis Sahib et Noah23, accompagnés par Kay the Aquanaut, un rappeur de l'entourage du prolifique beatmaker Factor.

NOAH23, THESIS SAHIB, KAY THE AQUANAUT - 21 Sound Bar - 20 avril 2011

Lire la suite...

COMMON GRACKLE - The Great Depression

, 15:38

Franchement, ça ne tiendrait qu'à moi, je l'aurais vite laissée aller, cette eau de vaisselle indie pop. Je l'aurais laissée couler sans regret dans le siphon, cette musique typique d'une scène post rap qui a sombré dans les mélodies mièvres et la mélancolie à deux sous. The Great Depression, que ça s'appelle. Et effectivement, il y a quelque chose de déprimant à entendre, sur des sons à l'avenant produits par ce bon vieux Factor, ces chroniques d'un blues quotidien chantonnées par Gregory Pepper (le sosie caché d'un autre Grégory chantant, Lemarchal celui-là, ai-je lu sur mon propre forum, et c'est vrai, il y a de cela).

COMMON GRACKLE - The Great Depression

Lire la suite...

THE GAFF & FACTOR - The Trip Beyond

, 22:58

Il y a longtemps, à la fin des années 90, quand j’ai commencé à publier sur Internet, j’ai reçu assez vite quantité de mixes de toutes sortes, cassettes ou CD. Mais ce qui dominait alors, outre quelques perles de turntablism éclectique et malin, c’était en général des compilations, des suites de morceaux en l’état, tout juste parsemés par quelques techniques de DJ’s, et plus ou moins bien enchainés.

THE GAFF & FACTOR - The Trip Beyond

Lire la suite...

AWOL ONE & FACTOR - Owl Hours

, 23:12

Voici donc un nouvel album d’Awol One. Sa livraison annuelle, en quelque sorte. Et pour nous rien de moins que le dixième article consacré à l’un de ses disques. Et comme cette nouvelle collaboration avec Factor n’est, comme d’habitude, ni un mauvais disque, ni le chef d’œuvre maintes fois espéré, les mots commencent à manquer pour parler du bonhomme, à moins de répéter encore ce qui a toujours été dit sur son flow et son numéro de rappeur à la voix rauque et imbibée d'alcool.

AWOL ONE & FACTOR - Owl Hours

Lire la suite...

KAY THE AQUANAUT - Spinning Blue Planet

, 22:11

Les albums produits par Factor peuvent se classer dans trois catégories. Les tout pourris, gâché par des samples en roue libre et un rappeur de troisième rang ; les presque constants, comme ces miracles qu'ont été Red All Over avec Nolto et Only Death Can Kill You avec Awol One ; et ceux où quelques titres d'anthologie se distinguent, au beau milieu d'un brouet infâme. Cette dernière série est largement majoritaire parmi la production pléthorique du Canadien, et c'est donc sans surprise qu'y échoue Spinning Blue Planet, le nouvel album de Kay the Aquanaut.

KAY THE AQUANAUT - Spinning Blue Planet

Lire la suite...

EPIC - Aging Is What Friends Do Together

, 22:31

Tout Epic est résumé dans ce titre ironique. Sur ce premier solo depuis quatre ans, et bien qu'il ait changé de label (Hand'Solo a remplacé Clothes Horse), le plus atypique des rappeurs canadiens est égal à lui-même : faussement naïf, porté sur l'auto-dérision et adepte d'un humour décalé. Sur Aging is What Friends Do Together, le MC grisonnant révèle son admiration pour un hockeyeur dont il ne sait plus trop s'il est russe, tchèque ou slovaque ("Ah Hemsky"), il ne désespère pas de devenir un rappeur crédible, même s'il habite dans un patelin, qu'il porte des lunettes ("Walking Around Town") et que ses ambitions musicales ne font pas de lui un séducteur ("Move Home"). Et il nous signale, en se comparant sur un ton pince-sans-rire à Public Enemy et à Big Daddy Kane, que les plus radicaux des rappeurs dorment eux aussi avec des chemises de nuit ("Sleeping Shirts").

EPIC - Aging is What Friends Do Together

Lire la suite...

SOSO, DJ FLIP - 21 Sound Bar - 5 décembre 2007

, 21:48

Il serait fou d’aller à un concert de soso dans l'espoir de prendre la claque de sa vie. Avec le hip-hop minimal et intimiste qu'est le sien, il est impossible de déclencher l’hystérie et d’entraîner les foules, même en se transfigurant. Qui plus est, les retours sur les concerts du Canadien n’ont jamais été d’un enthousiasme débordant. Quant aux prestations visibles sur le DVD Bachelor’s Drinking Club, elles sont plutôt ternes et statiques. Et avec le magma de guitares indistinctes dont est fait son tout dernier album, Tinfoil on the Windows, les accroches et l'entrain n'allaient sûrement pas être au rendez-vous. Alors, pourquoi donc se rendre à un concert de soso ? Hein, pourquoi ? Hé bien pour le rencontrer, pour pouvoir se dire : "j’ai vu l’auteur des impeccables Birthday Songs et Tenth Street & Clarence". Et peut-être, si d'aventure quelqu’un vous accompagne, pour lui ouvrir l’esprit, pour lui montrer sur quels terrains inattendus s’aventure parfois le rap.

SOSO, DJ FLIP - 21 Sound Bar - 5 décembre 2007

Lire la suite...

SOSO - Tinfoil on the Windows

, 21:42

Cet album devait être le plus ambitieux de soso. Sorti chez Endemik, label plus exposé et mieux distribué que le sien, enregistré avec la guitare et le son rock de son ami Maybe Smith, Tinfoil on the Windows visait sans doute à donner une nouvelle dimension au rappeur et producteur le plus singulier du Saskatchewan. Et de fait, l’affaire s’annonçait bien. A mesure qu’approchait la date de sortie de l’album, on a vu soso cité là où il ne l’avait jamais été (c'est-à-dire, ou peu s’en faut, n’importe où en dehors du présent site). C’est pourtant le même personnage que sur les très bons Birthday Songs et Tenth Street & Clarence qu'on retrouve ici.

SOSO - Tinfoil on the Windows

Lire la suite...

BEN.E.FACTOR - With Pain Comes Pleasure

, 21:58

Sur With Pain Comes Pleasure, en prêtant renfort à l'insipide rappeur Ben.e Elim, Factor rechute lourdement. Le temps de cet album, avec ses boucles banales et sans élan, le Canadien redevient un producteur de troisième zone. Il est à nouveau le beatmaker feignant des compilations creuses d'autrefois, celui même que deux collaborations réussies avec Awol One et Joe Dub nous avaient fait oublier.

BEN.E.FACTOR - With Pain Comes Pleasure

Lire la suite...

JOE DUB & FACTOR - Live in 75

, 21:35

L’axe Californie / Saskatoon célébré sur la première plage de ce disque n’est pas nouveau. Le dénommé Factor s’en est même fait une spécialité. L’abondante discographie de ce beatmaker des prairies canadiennes abonde de collaborations avec des artistes de l’underground rap californien. Existereo, Akuma et Kirby Dominant, notamment, ont déjà prêté leurs voix et leurs phrasés aux beats du patron de Side Road Records. Leurs disques communs n’ont pas toujours été de franches réussites, il est vrai. Mais il y a quelques semaines, le producteur nous a floués avec ce très joli Only Death can Kill You qu'il a conçu avec l’irremplaçable Awol One. Et il a ensuite remis le couvert, avec le presque aussi charmant Live in 75 sorti dans les mêmes eaux et enregistré cette fois avec l’appui de Joe Dub.

JOE DUB & FACTOR - Live in 75

Lire la suite...

AWOL ONE & FACTOR - Only Death can Kill You

, 21:44

Sans conteste, Awolrus est un acteur clé de l'underground californien. A son échelle, il est une star. Pourtant, il est ardu de lui trouver un chef d'œuvre. Serait-ce Souldoubt, l'album des tubes ? Slanguage, sa virée free jazz avec Daddy Kev ? Number 3 on the Phone, pour le fabuleux "Carnage Asada" ? Difficile à dire, chaque disque mêlant le brillant au frustrant. Alors peut-être faut-il, à tous, leur préférer ce calme, court et discret Only Death Can Kill You, sorti avec Factor.

AWOL ONE & FACTOR - Only Death can Kill You

Lire la suite...

SOSO - Bachelors' Drinking Club

, 16:09

Cela fait plus de cinq ans que nous suivons les agissements de soso et de ses amis. Nous les avons écoutés régulièrement et intensément. Toutefois, au cours de ces années, nous ne les avons pas beaucoup vus. D’ici, les artistes Clothes Horse, c’est tout juste une poignée de photos. Au mieux, pour ceux qui ont eu la chance de s’y rendre, ce fut aussi quelques concerts en France l'an passé. Et rien d'autre. Mais désormais, ceux qui aiment joindre l’image au son peuvent profiter de la dernière sortie du label canadien, un DVD intitulé Bachelors’ Drinking Club et qui montre tous ces gens en tournée dans 6 grandes villes de leur pays natal.

SOSO - Bachelor’s Drinking Club

Lire la suite...

- page 1 de 2