Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

FACTOR - Chandelier

, 22:22 - Lien permanent

A l'origine, à l'époque de compilations très perfectibles comme Time Invested (2002), le beatmaker Factor semblait être un second couteau du très riche underground rap canadien. Certes, on lui a reconnu assez vite un joli carnet d'adresses, avec ses collaborateurs issus de l'indé californien. Mais ces boucles toutes bêtes qui caractérisaient son style de production, construites de manière stéréotypée avec des samples de voix, de guitares ou de pianos, respiraient trop souvent la facilité, elles en semblaient parfois paresseuses et inoffensives.

FACTOR - Chandelier

Fake Four Inc. :: 2008 :: acheter ce disque

Et puis, petit à petit, Factor s'est imposé. A force de persévérance, il a proposé de très bons disques. En 2005, l'album concept Red All Over, avec Nolto, un rappeur issu comme lui de Saskatoon, avait été une première réussite. En 2007, il avait offert à Awol One un très solide Only Death Can Kill You, peut-être pas l'album le plus emblématique du Shape Shifter, mais son plus abouti. Et puis, en 2008, après des disques sous son nom sans cesse plus convaincants, il avait sorti Chandelier, à la fois chez Fake Four, et chez les excellents Japonais de Hue Records, un album considéré de manière générale comme le sommet de sa prolifique discographie.

Ce sixième album démontrait encore l'étendue très significative du réseau développé au fil des ans par le Canadien. Il se plaçait au centre de la scène indé, en invitant à s'exprimer sur ses beats, non seulement des rappeurs issus de son label (Cam the Wizard) ou d'ailleurs à Saskatoon (Epic), mais aussi quelques autres figures canadiennes (Moka Only, Noah23, Josh Martinez), américaines (Ceschi, et ses collaborateurs californiens Myka 9, Awol One et Kirby Dominant), voire belge (Nomad), et même un gros poisson du rap, Sadat X de Brand Nubian.

Avec sa cohorte d'invités, Chandelier était une compilation de producteur, plutôt qu'un véritable album, un disque sans grande cohérence qui, même sur les titres sans rappeur, passait sans crier gare d'un trip-hop classieux ("One Record", "I Tried to Tell You"), aux expérimentations de "Had It Made", puis au finale tout en mélancolie de "Last Nights Dream". Chaque rappeur colorait l'album de sa touche propre, du rap d'homme-enfant de Nomad, aux chantonnements de Josh Martinez, puis aux sons rock qui accompagnaient le "Electric Funs of a Linx" de l'halluciné Noah23 et au guitar rap de Ceschi, en passant par le soul rap très new-yorkais offert à Sadat X, par un "Good Old Smokey" rappé par Myka 9, dans l'esprit de ses Citrus Sessions, par l'introspection de Cam the Wizard sur "21 Chump Street" et par les leçons de vie d'Awol One sur le magnifique "More Rude than Handsome".

Et c'était justement le mérite du producteur canadien, que de savoir façonner à tous ces gens l'écrin de circonstance. En bon beatmaker, Factor épousait le registre de chacun de ses invités, il le magnifiait avec adresse, sur tout l'ensemble de ce mémorable Chandelier, sans pourtant totalement cesser d'être lui-même.

Vos 5 albums / mixtapes 2008

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2008. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet