Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

5.1.NINE.0.2. - When a Name is Just a Number

, 13:03 - Lien permanent

Il y a fort longtemps, en 1991, à Truro, dans ce nulle part hip-hop qu'était la province canadienne de Nouvelle-Ecosse, fut fondé un groupe appelé Hip Club Groove. Celui-ci, alors confidentiel, fut en quelque sorte la matrice d'une scène qui, quelques années plus tard, à la grande époque des labels de rap indépendants, aurait son quart d'heure de gloire : celle d'Halifax. Ce groupe, en effet, avait été cofondé par DJ Moves et Checklove, Sixtoo avait fait un temps partie de l'aventure, tout comme Gordski, le futur producteur des Goods, et il collaborait souvent avec un certain Stinkin' Rich, futur Buck 65. Tous ces gens, le temps venu, referont parler d'eux, avec plus ou moins d'écho, Checklove en tant qu'acteur, sous son vrai nom de Cory Bowles, et tous les autres dans la musique.

5.1.NINE.0.2. - When a Name is Just a Number

Hand'solo Records ‎:: 2018 :: acheter cet album

Le troisième membre original du groupe, cependant, est méconnu. Derek MacKenzie a pourtant continué à être actif, mais il est passé du côté du rock. Proche de Marc Costanzo, qui avait sorti le second album de Hip Club Groove sur son label, il avait collaboré avec le groupe de ce dernier, Len, une formation surtout connue pour le titre "Steal My Sunshine" et pour avoir compté en ses rangs Brendan Canning, l'un des fondateurs de Broken Social Scene. Et puis, toujours dans une veine rock, MacKenzie avait lancé son propre groupe, Alcona, sans faire grande étincelle. Il s'était ensuite plus ou moins retiré de la musique, à l'exception d'une brève apparition sur la mixtape Hokey Religions & Ancient Weapons, sortie en 2008 pat le label Hand’Solo Records. Avec Fortunato et Lexington, il contribuait alors à un morceau intitulé "The Ripped Thong Song".

Toutefois, en amateur, il a continué à faire de la musique. Il s'est aussi acoquiné avec Tim Horlor, alias Recordface, le producteur du duo OK Cobra, dont l'autre membre est aussi un vétéran de la scène rap indé canadienne, Fritz tha Cat, ainsi qu'un vieil ami de MacKenzie. Ensemble, ils se sont amusés à enregistrer quelques morceaux, sans ambition, sans intention de les sortir un jour. Mais quand Thomas Quinlan (celui qui, par ses activités de journaliste et de patron de Hand’Solo, a le plus contribué à faire connaître cette scène) est tombé sur leurs démos, il les a trouvés si bonnes qu'il a convaincu les deux hommes d'en faire un disque. Sous le nom cryptique de 5.1.nine.0.2 (ces chiffres étranges feraient référence aux villes respectives des deux hommes, Truro, et London dans l'Ontario), Derek MacKenzie et Recordface ont donc sorti cette année l'album When a Name is Just a Number.

La première chose qui frappe, à l'écoute de disque court d'une demi-heure, c'est sa tonalité rock, somme toute logique compte-tenu de la seconde carrière de Derek MacKenzie et de sa vieille accointance avec le label Murderecords. L'une des figures de ce dernier, le chanteur folk Al Tuck prête d'ailleurs sa voix et son harmonica aux deux autres, sur le morceau "Back Home" (en plus, ailleurs, du renfort des rappeurs Checklove et D-Sisive). Et d'autres éléments évoquent cette influence : batteries proéminentes ("Easy Come Down"), sample d'AC/DC ("All I Know"), mélodies mélancoliques ("More Money Than Friends", "Water Tower", "Just Like Us"), débauches d'énergie ("This Time") et paroles (le bilan d'un quadra à mi-parcours de son existence) à fleur de peau, épousant la forme de la chanson.

Mais pour le reste, c'est du rap, avec les caractéristiques de cette scène canadienne, comme sa propension à renouer avec les routines (le refrain entonné en chœur sur "One More Rhyme") et les envies électroniques ("Real People") du rap des années 80, une tonalité très "live" et une inventivité systématique. Au bout du compte, ces deux hommes d'âge mûr qui cumulent un demi-siècle d'activisme dans la musique, nous offrent sur le tard un disque plus que présentable, qui prouve une fois de plus que Quinlan a un goût sûr et qu'il avait raison : ces morceaux, il fallait bel et bien les faire connaître du grand nombre.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet