Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

YUNGEEN ACE - Life of Betrayal

, 23:14 - Lien permanent

La mort inspire Keyontae Bullard. C'est en effet après la mort de son oncle, il y a six ans, que le jeune homme de Jacksonville se consola par la pratique du rap. Et c'est en juin dernier, après une fusillade à l'encontre de sa bande et au cours de laquelle il perdit deux amis ainsi que son petit frère, que le rappeur floridien désormais connu sous le nom de Yungeen Ace (lui-même criblé de balles à l'occasion) se mit à briller. Certes, il avait commencé à sortir des titres dès 2017, notamment "Go to War", puis "No Witness" et "All In" quelques mois plus tard, et il avait déjà rejoint Cinematic Music Group. Mais juste après l'assaut qui emporta les siens, puis un bref séjour en prison, il sortit "Jungle" avec JayDaYoungan, indubitablement l'un des grands morceaux rap de 2018. Et il enchaina quelques semaines plus tard avec une mixtape, Life of Betrayal, en tout point excellente.

YUNGEEN ACE - Life of Betrayal

Cinematic Music Group :: 2018 :: acheter cette mixtape

Ici, seul "Pain" fait référence à la tragédie récemment traversée par Yungeen Ace. En vérité, il en avait conçu la majeure partie plus tôt, un autre passage en prison lui ayant permis de se consacrer plus sérieusement à son art. Mais qu'importe. Le deuil fait partie de la vie du rappeur, et ce projet en porte la trace. Yungeen Ace fait franchir un palier supérieur au rap d'aujourd'hui, celui qui respire le dépit, la détresse et la mélancolie. La douleur, en effet, est le thème central de ce projet.

D'entrée, avec "True Story", Yungeen Ace plante le décor avec un récit qui retrace son enfance dans une famille nombreuse, sans figure paternelle (son père a été incarcéré pendant 15 ans), passée au fond du trou. Sur "Wanted", il parle de la solitude de la prison et de la paranoïa des rues, secondé par NBA YoungBoy, qui l'avait soutenu après la fusillade fatale. Il nous décrit sur "Murdah" une vie cernée par le meurtre, qu'il soit une menace ou une envie. Sur "Love", la première romance de Life of Betrayal, l'amour est vécu comme une façon d'oublier ses peines, comme un autre alcool. Sur "Hold Me Down", la seconde, le rappeur est hanté par le spectre de l'infidélité et de l'insincérité. Comme sur "Have You Ever", comme sur "Betrayed", il est obnubilé par ce dont il est question dans le titre de la mixtape : la trahison, le risque de l'abandon, l'impossibilité d'accorder sa confiance dans cette jungle urbaine qui était le sujet de "Jungle". Là est la source de tous ses maux, là est ce qui a fait du rappeur un diable, comme il le dit sur "Demons".

C'est du gangsta rap contemporain, donc, que nous sert Yungeen Ace. celui qui descend en droite ligne de Lil Boosie, celui qui abandonne les vantardises du passé au profit d'un blues réinventé. Celui, aussi, qui ne rappe en fait plus vraiment. Le phrasé du Floridien, en effet, et c'est là son plus grand atout, est extraordinairement mélodique, ses morceaux accrocheurs, ses petites notes de piano, voire plus rarement ses accords de guitare, ont le pathos de circonstance. C'est toute cette musique, c'est tout cet art de la complainte qui atteint des sommets sur "Jungle", "Find Myself", "Betrayed" et sur quelques autres, c'est tout cela qui fait de Life of Betrayal bien plus qu'un nouveau disque de pleurnicheur.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet