Raider Klan :: 2010 :: télécharger la mixtape

Naturellement, c'est chez le leader du Klan, SpaceGhostPurrp, autrefois Muney Jordan, qu'on retrouve cette formule dans sa déclinaison la plus pure et parfaite, et plus particulièrement sur ses premières sorties. C'est en 2011, sur un Blackland Radio 66.6 qui usait de l'imagerie occulte et morbide en vigueur 15 ans plus tôt à Memphis. Et c'est l'année d'avant, aussi, sur le très court NASA: The Mixtape.

Le jeune homme y revenait aux sources du rap sudiste. Il déclinait une fois encore les thèmes de l'argent, de la drogue et des femmes, nous parlant de boîtes de striptease ("Friday Strip Club"), nous enjoignant à massacrer une bitch ("NASA Gang Swag"), intitulant à la suite quatre de ses titres "Sex, Money, Drugs", "For the Love of Money", "I Love Lean', "I Love Lesbians". Mais il usait de beats à l'ancienne, de samples, voire de sirènes, et d'une couleur gothique qui expliquerait presque son arrivée plus tard sur le prestigieux label rock indé anglais 4AD.

Né en 1991, Markese Rolle marchait à peine à l'époque à laquelle il se réfère, mais qu'importe. Sur NASA: The Mixtape, il faisait allusion à la pop culture de la décennie 90, et se fendait d'un hommage à un rappeur mort en ces années là, Eazy E. L'intéressé, qui créait aussi ses propres beats, poussait le vice jusqu'à enregistrer ses titres de manière épouvantablement lo-fi, cherchant à reproduire le souffle sale et les basses vrombissantes des cassettes de ce temps-là. Et comme si cela ne suffisait pas, il parsemait le tout de bruits de flipper. Ceux-là étaient passablement irritants, mais ils ne cachaient rien des talents de producteur de SpaceGhostPurrp, au point, juste retour des choses, qu'il serait amené plus tard à collaborer avec plusieurs de ses influences, notamment Juicy J de la Three 6 Mafia.