Temporary Whatever :: 1997 / 2006 :: acheter ce disque

Pour cette Edicion de Lujo, tout avait été passé sur CD et enrichi par deux vidéos, un morceau live et une poignée d'autres titres enregistrés autour des mêmes années, de 1993 à 1998, par exemple ce très bon "Night and Day" co-rappé par Circus sur un orgue vaudou impressionnant, et tiré de la compilation culte Beneath the Surface produite par Omid. Avec son assemblage un peu artificiel et une qualité sonore qui variait terriblement d’une plage à l’autre, ce disque n'était donc pas un véritable album, ni vraiment une compilation. Il relevait plutôt de l’archive et du documentaire, du témoignage d’une époque. Mais quelle époque !

La Californie, en 1997, voit en effet la scène West Coast Underground à la croisée des chemins, en pleine transition entre le Good Life Café du début de la décennie et son enfant illégitime, l’immense scène rap indé qui allait apparaître à la fin des années 90. C’est le moment, en effet, où les fantaisies stylistiques du Project Blowed virent au hip-hop psychédélique ("Money Is Meaningless" annonce déjà le rap halluciné de Dose One). C’est le temps où un rap centré pour l'essentiel sur la virtuosité des MCs n’a plus peur de se mêler au rock, comme le montrent quelques titres de rap à guitare, parmi les plus convaincants qui soient. Ces titres d’Of Mexican Descent où se côtoient CVE et Iriscience des Dilated Peoples, ces morceaux produits entre autres par Nobody, Antimc et KutMaster Kurt contiennent tout cela, en plus de témoigner fortement de l'identité latine des deux rappeurs.

L’édition de luxe d’Existos y Mas Exitos, c’est donc l’histoire d’une branche passionnante du rap actuel. Mais c’est aussi, avec "I am Still" et "Lady of the Lake", et avec des ajouts comme ce charmant "Atlas" à moitié chanté ou l’excellent "All Turn Native", quelques uns des meilleurs titres proposés par cette scène. C’est un disque absolument imparfait, mais parfaitement indispensable.