ROMA DI LUNA - Then the Morning Came

L’univers de Roma di Luna s’étend, il s’étoffe, il s’agrandit, et cela, dans tous les sens du terme. Tout d’abord, sur le plan personnel, les époux Channy Moon et Alexei Casselle ont récemment eu la joie d'avoir un enfant, et c’est après des nuits trop courtes, entre les couches et les biberons, qu’ils ont enregistré ce nouveau disque, leur troisième album officiel. C’est d’ailleurs par les cris d’enfants et les bruits de jouet du très beau "Baby Hotel" que s’ouvre Then the Morning Came.

ROMA DI LUNA - Then the Morning Came

Autoproduit :: 2010 :: acheter ce disque

Ensuite, le duo, qui était déjà accompagné d’autres musiciens sur Casting the Bones, est désormais officiellement un véritable groupe, avec quatre membres permanents supplémentaires, Ben Durrant (guitare, production), James Everest (basse), Ryan Lovan (batterie) et Jessi Prusha (chœurs), tandis qu’Alexei Casselle se retranche dans son rôle de guitariste, ne chantant plus que sur un seul morceau, "Mars". Et comme si cette multiplication par trois ne suffisait pas, d’autres gens encore ont été invités pour jouer du saxophone et de la trompette.

Enfin, le registre du groupe ne se limite plus à son americana dépressive, à son folk sec. La formule de Roma di Luna s’enrichit désormais de blues rock, comme sur "Miss You Too", de country avec le banjo de "Porcupine", voire de touches soul et R&B généreuses, avec "Hey Lover", avec aussi tous ces chœurs et ces cuivres dont se trouve revêtue cette nouvelle version plus légère, de "Before I Die".

C’est donc un vrai grand disque riche et complet que les Casselle ont voulu nous livrer cette fois, un véritable album puisant à toutes les sources des musiques américaines, blanches ou noires, et fort d’un son propre et net produit dans un studio, ce Crazy Beast où sont déjà passés Andrew Bird et (plus près de la scène indie rap dont Alexei Casselle est issu), Dosh d’Anticon. L’évolution était prévisible, on ne cessait de l’observer, de disque en disque, de chronique en chronique. Nos amis s’orientaient de plus en plus vers un son plus pro, plus ample, moins brut, malgré la présence de "Starling" et de "Below our Feet" encore très dépouillés.

Tout cela n’empêchera pas de vieux fans d’éprouver une nostalgie pour les titres des débuts, plus écorchés, plus prenants, et de penser que, tout compte fait, le morceau le plus saillant ici, après le sobre "Starling" et le langoureux "Plans to Leave", est encore le splendide "Before I Die", nouvelle mouture de ce qui était déjà le sommet du solide Face of my Friends, le disque de leurs débuts. Cependant, sans le moindre doute, Then the Morning Came demeure un bel album, la nouvelle étape d’une carrière qui à ce jour, s'est montrée sans faute.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • THE CHAMELEONS - Strange Times THE CHAMELEONS - Strange Times
  • BUCK 65 - Porch BUCK 65 - Porch
  • CESCHI - They Hate Francisco False CESCHI - They Hate Francisco False
  • LISTENER - Wooden Heart LISTENER - Wooden Heart
  • THE GO-GO’S - Beauty & the Beat THE GO-GO'S - Beauty & the Beat
  • CHRIS BELL - I Am the Cosmos CHRIS BELL - I Am the Cosmos
  • 22 PISTEPIRKKO - Rumble City, Lala Land 22 PISTEPIRKKO - Rumble City, Lala Land
  • NICK CAVE & THE BAD SEEDS - The Firstborn Is Dead NICK CAVE & THE BAD SEEDS - The Firstborn Is Dead

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.