Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

MAIN SOURCE - Breaking Atoms

, 12:41 - Lien permanent

Lorsqu'il s'agit d'illustrer le saut quantique accompli par le hip-hop en matière de production à l'orée des années 90, l'usage est de citer The Chronic, de Dr. Dre. Le caractère révolutionnaire du premier solo de l'ancien N.W.A. n'est plus à démontrer. Cependant, l'impact du Breaking Atoms de Main Source, côté Est, a été lui aussi décisif. Mais ce qui fait la différence, c'est que cet album n'a jamais eu la chance de connaître le même succès grand public, loin s'en faut. Sa présence sur Wild Pitch, un label notoire pour n'avoir pas toujours su marketer son incroyable réservoir de talents, n'a bien sûr pas aidé. Pas plus que son dépôt de bilan en 1997, à cause duquel cet album a été épuisé pendant de longues années. Celui-ci, pourtant, était fondamental, marquant à lui seul la transition entre deux époques.

MAIN SOURCE - Breaking Atoms

Wild Pitch :: 1991 :: acheter cet album

En matière de emceing, l'homme derrière le projet Main Source, Large Professor, était un rappeur plus qu'honorable. Ses textes étaient astucieux, notamment ce "Just a Friendly Game of Baseball" où, sur un ton faussement léger, il nous parlait de violences policières, maquillées en match de base-ball. Il récidivait dans ce registre rap "conscient" sur "Peace Is Not the Word to Play", quand il critiquait l'usage intempestif et hypocrite du mot "paix". Et il nous parlait d'amour tourmenté sur "Looking At The Front Door". Détail notable, aussi, sur le posse cut "Live at the Barbeque" apparaissaient deux nouveaux rappeurs importants, Akinyele et, surtout, un certain Nasir Jones. Cependant, ce n'était pas là qu'il y avait révolution. Ce rap, pour le reste, se cantonnait à un style battle enjoué et soutenu, dans la droite ligne de ce qui s'était pratiqué les années précédentes.

Sur Breaking Atoms, la rupture était autre. Elle était dans ce travail de production d'une richesse et d'une sophistication inédites. En empilant plusieurs couches de samples (issus en majorité de grands titres jazz, soul et funk, bien sûr), en tirant le meilleur profit de son SP-1200, en composant pour de bon, Large Pro tournait le dos aux beats squelettiques et au son étriqué du rap d'avant. Avec lui, des cordes soyeuses de "Just Hangin' Out" à ce "Vamos a Rapiar" (où s'entendait la signature de Pete Rock, à la coproduction), en passant par la guitare et l'orgue de "Large Professor", tout sonnait plus ample, riche et subtil que jamais. Ajoutés à cela les scratches bien sentis des deux autres membres de Main Source, les jumeaux canadiens K-Cut et Sir Scratch, et l'on tenait là l'un des disques les plus musicaux jusqu'alors proposés par le rap. Et donc, nous l'avons dit, l'un des plus influents.

Vos 5 albums / mixtapes 1991

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 1991. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet