Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SOULS OF MISCHIEF - 93 'til Infinity

, 12:41 - Lien permanent

En 1991, avec son premier album, Del tha Funky Homosapien avait montré qu'il existait une autre voie que le style gangsta pour les Californiens, une voie bientôt suivie par ses amis des Hieroglyphics. Deux ans plus tard, en effet, 93 'till Infinity enfonçait le clou avec ses beats atmosphériques, ses rimes complexes, ses paroles sans outrance, étonnamment matures de la part de rappeurs alors très jeunes.

SOULS OF MISCHIEF - 93 'til Infinity

Jive :: 1993 :: acheter ce disque

Avant même d'avoir dépassé les 20 ans, A-Plus, Phesto, Opio et Tajai, membres comme Del des Hieroglyphics, livraient un disque qui demeurerait le meilleur du collectif. Dès la basse énorme et le saxophone fou de "Let’ em Know", les Souls of Mischief donnaient le ton. Comme leurs homologues de la Côte Est, les quatre garçons d'Oakland donneraient dans un jazz rap subtil, mais avec un surcroit de fantaisie, une pincée de folie maitrisée qui faisait une grande différence.

Leurs compositions usaient à la perfection de ruptures et de variations (ce piano qui surgit au début de chaque strophe de "Live and Let Live", les multiples surprises qui émaillent "Anything Can Happen"…). Déclamés dans un style battle, alternant ego-trip et attaques contre les mauvais rappeurs ("MC's should know their limitations", répétait Del sur le refrain de "Limitations"), leurs vers jouaient à fond des assonances, notamment sur ce modèle du genre qu'était "That's When Ya Lost". Audacieux, ils piochaient dans un vocabulaire improbable, avec des phrases façon "mindless spineless vertabraetless with menengitis" ("Never No More").

Tout cela était différent du rap West Coast habituel. Pourtant, l'univers gangsta n'était pas bien loin. Les Souls of Mischief en relataient les vicissitudes sur un mode souvent humoristique ("What a Way to Go Out", "Anything Can Happen"), ils y jetaient un regard juste et perspicace sur l'excellent "Tell Me Who Profits". Ils traitaient aussi des thèmes de la rue ("Live and Let Live") et du sexe ("A Name I Call Myself"), mais avec des textes alambiqués, malins, d'une subtilité inouïe.

Alors, qu'a-t-il manqué à un disque aussi proche de la perfection ? Un tube peut-être. Il n'y en a pas vraiment sur cet album. Toutefois, il y a plus fort encore, il y a le morceau éponyme, "93 'till Infinity", l'un des plus incroyables jamais proposé par le rap, avec son instrumentation évanescente et ses cuivres aigres, avec ce beat idéal pour aborder le sujet du morceau, l'art de prendre du bon temps. Jamais titre, jamais album, n'avaient aussi bien été nommés. Car depuis 1993, et jusqu'à l'éternité, ce classique certifié n'a absolument rien perdu de sa saveur.

Vos 5 albums / mixtapes 1993

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 1993. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le dimanche 22 juillet 2012, 14:52 par greg

Entièrement d'accord : excellent album, rien à dire. Par contre je comprends mal pourquoi tu es si élogieux spécialement sur ce morceau. A la réécoute j'ai du mal à voir en quoi tu le trouves si singulier et même "incroyable". Il ressemble à pas mal d'autres (excellents) morceaux de cette époque. Ce qui n'enlève rien à la quasi-perfection de l'album, hein.

2. Le dimanche 22 juillet 2012, 15:26 par codotusylv

@greg : Je ne suis pas certain que ça s'explique, ou que je pourrais te trouver des raisons formelles, mais ce titre, je le mets dans mon top 10 de morceaux hip-hop toutes catégories confondues, carrément. Il est surnaturel. A quels autres titres le compares-tu ?

3. Le samedi 28 juillet 2012, 13:49 par greg

Je pensais pas à d'autres morceaux en particulier. Je l'associe à d'autres trucs des Hieroglyphics, Pharcyde & co (faudrait que je réécoute) sans que celui-là se dégage spécialement. C'est surtout que j'ai toujours écouté cet album comme un bloc, sans que ce morceau là se détache plus que ça. J'écoute dans la foulée "Limitations" et "Anything can happen" avec le même plaisir, je trouve ça très homogène.

Mais bon, déjà je te fais ça à la mémoire, faudrait une réécoute attentive, et puis comme tu le dis, y a pas forcément un critère formel, ce morceau là il est "pour toi" et puis c'est tout, c'est le charme mystérieux de la musique...

T'avais écouté "Montezuma's revenge"? Jamais eu le courage perso, mais sans atteindre les sommets du début ça avait l'air de se tenir correctement.

4. Le samedi 28 juillet 2012, 15:02 par codotusylv

@greg : Non, je n'ai pas écouté "Montezuma's Revenge", et je ne suis pas certain de vouloir me lancer. Grosse peur d'être déçu. Déjà que "Trilogy: Conflict, Climax, Resolution", près de dix ans avant, n'était pas franchement fameux... Je préfère rester sur la perfection de "93 'till Infinity" je crois...

5. Le dimanche 11 novembre 2012, 15:53 par greg

Pour info, le morceau se retrouve à la 27ème place du classement (classement dont au passage l'arbitraire frise le débile, mais bref) des 100 meilleurs beats établi par Complexmusic : http://www.complex.com/music/2012/1...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet