THEY HATE CHANGE - Finally, New

Depuis toujours, sans doute parce que cet Etat est un lieu de danse et de fête, les musiques électroniques se sont installées dans le rap de Floride. Il y a plus de trente ans, la Miami bass semblait déjà prolonger une ère électro rap révolue depuis longtemps à New York. Une décennie plus tard, c'est la jook music qui a pris le relais, avec le tube de Khia "My Neck, My Back". Et l'on entendait aussi des sons festifs et endiablés chez les stars du cru Trick Daddy et Trina. Même dans l'underground, du côté des Latinos très engagés à gauche de Botanica del Jibaro, chez ces gens à l'extrême opposé du carnaval bootie bass, s'entendaient les sonorités d'une electronica certes plus cérébrale. Et aujourd'hui, émergeant de Tampa, la ville de la jook, après un détour de quelques temps par New-York, sévit donc le duo They Hate Change.

THEY HATE CHANGE - Finally, New

Vonne Parks et Andre Gainey s'inspirent très explicitement de ces sonorités. Ils ont joué aux DJs dans des festivals de house et ne se sont mis aux raps qu'après coup. Vonne se veut un représentant de cette culture queer qui se manifeste plus facilement dans ce milieu-là que dans celui du hip-hop. Et on entend sur leur dernier album des beats issus de toute l'histoire des musiques électroniques, y compris ceux venues d'Angleterre, comme avec cette drum'n'bass parsemée ici et là, et qui ouvre le meilleur titre de leur dernier album, "X-Ray Spex". Il y a un fort tropisme britannique, en effet, chez ces deux-là, un attachement pour l'Angleterre qui s'étend jusqu'à la pop sophistiquée de Style Council, de Sade et de Prefab Sprout, voire au punk des excellents X-Ray Spex, comme l'indique le morceau susmentionné.

Ceux dont les compagnons de labels sont Bon Iver, Angel Olsen et Sharon Van Etten vont à l'encontre des routines du hip-hop. Ils critiquent le rappeur tape-à-l'œil ordinaire sur "Blatant Localism", ils se proclament fauchés mais indépendants sur "1000 Horses", et il y a de l'autocritique sur "Some Days I Hate My Voice". Ici, ils parlent de Black Flag. Là, ils citent Public Image Ltd. Et comme nos Anglais post-punk et post-modernes, ils mélangent les styles et les époques. Sur leur album, on entend des rythmes trap, d'autres (on l'a dit) drum'n'bass, voire pas de rythmes du tout dans des phases ambient. Il y a les boucles carrées du boom bap mais aussi celles, hypnotiques, de la house, ou encore les expériences de l'IDM. Ils rappent mais ils se taisent aussi, comme sur le quasi instrumental "Reversible Keys". Le duo aime aussi les changements, les ruptures, les sons peu attendus à des moments qui le sont encore moins.

Bien sûr, avec un tel profil, avec une telle ouverture d'esprit, avec un tel œcuménisme musical, la critique adore They Hate Change. Surtout celle qui, en temps normal, se préoccupe bien peu de rap. Et elle n'a pas tout à fait tort. Finally, New a des instants que certains qualifieront de cheulou. Mais il y en a de grands aussi, comme le sompteux "Little Brother", ou un autre épisode drum'n'bass, le single "From the Floor", qui conclut l'album. Et puis, conçu comme ce dernier avec l'appui de Nick León (le producteur de Miami qui a travaillé avec Denzel Curry, les Underachievers, et qu'on a aperçu sur le label de Daddy Kev), il y a donc le tube "X-Ray Spex", un diss track à l'encontre des gros durs, leur hymne de nerds assumés, en quelque sorte.

Acheter cet album

Comme dit plus haut, la critique aime They Hate Change. Il est donc facile de se documenter :

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • C.V.E. - We Represent Billions C.V.E. - Chillin Villains: We Represent Billions
  • PARIS - Sleeping With The Enemy PARIS - Sleeping with the Enemy
  • OTM - Off The Mussle (Deluxe) OTM - Off The Mussle (Deluxe)
  • YOUNG THUG & DJ SWAMP IZZO - I Came from Nothing YOUNG THUG & DJ SWAMP IZZO - I Came from Nothing
  • BIG MOOCHIE GRAPE - East Haiti Baby BIG MOOCHIE GRAPE - East Haiti Baby
  • NAPPY ROOTS - Watermelon, Chicken & Gritz NAPPY ROOTS - Watermelon, Chicken & Gritz
  • SPEAKER KNOCKERZ - Married to the Money SPEAKER KNOCKERZ - Married to the Money
  • GUNPLAY - ALL Bullshit Aside GUNPLAY - ALL Bullshit Aside

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.