Dans la foulée de LD, et plus généralement d'un grand nombre d'activistes de la UK drill, il est devenu normal de porter un masque quand on est un rappeur anglais. Certains sont même allés assez loin dans le délire, comme Kilo Jugg avec cette cagoule à tentacules qui lui donne des allures de Cthulhu (ou plutôt de Davy Jones, le personnage de Pirates des Caraïbes dont il se réclame). Le Londonien de Swiss Cottage, en effet, cherche à se distinguer. Les masques, à l'origine, étaient destiné à protéger l'identité de ceux qui les portaient, souvent connus des services de police. Mais comme un artiste doit aussi se faire remarquer, comme il doit se différencier de ses semblables, ce rappeur-là a travaillé ses visuels. En plus de cet attirail vestimentaire, il s'est inspiré de l'imagerie japonaise pour ses pochettes et ses vidéos.

KILO JUGG - Destiny Vol. 1

Kilo Jugg aime jouer avec l'image. Cependant, c'est avant tout pour sa musique qu'il se distingue, comme avec Destiny Vol. 1, un album (ou mixtape) qui, en 2019, a été l'une des sorties marquantes de la sémillante scène rap anglaise. C'est ici de la drill, quelque part, mais pas que. Si parmi les trois singles qui l'ont fait connaître, "2Pack" a la brutalité et les atours abrupts de ce sous-genre, "Bye!" et "Mota" (lequel lui a valu d'être remarqué par Kodak Black), se sont montrés plus mélodiques et plus contemplatifs. Ce rappeur, en effet, évolue également dans le registre de la trapwave, ce dérivé atmosphérique, chantonné et lent de la trap music popularisé par M Huncho. Kilo Jugg, d'ailleurs, est proche de cet autre zozo masqué et décalé.

Sur Destiny Vol. 1, il chemine à nouveau entre ces deux pôles du rap anglais contemporain. Le single "Wait" est un pur titre de UK drill, avec son ton menaçant, avec ses histoires de gros sous et de drogue, accompagnées d'un piano squelettique, de basses glissées et du frottement de lames de couteau. Un peu plus tard, même s'il est un cran au-dessous, le seul titre collaboratif, "Mice & Men", avec Trapx10, est dans la même lignée. Cependant, le plus souvent, Kilo Jugg chantonne d'un air absent, pour parler peu ou prou du même sujet comme sur "Baby", ou bien pour se livrer, comme sur "Skeleton", et évoquer les fantômes de son passé de délinquant.

A plusieurs reprises, la machine tourne à vide. Mais à d'autres moment, c'est magnifique, notamment vers la fin de cet album, quand se succèdent le splendide "No Doubt", la guitare du "Skeleton" susnommé, puis celle de "Destiny", un titre qui répond au précédent quand l'intéressé en appelle à un avenir meilleur au terme de son dur labeur de trapper. Grâce à cela, Kilo Jugg apporte un supplément d'âme à une musique qui, avec ses sonorités sèches, avec ses paroles violentes délivrées avec un fort accent anglais, avec ses incessantes histoires d'ennemis, d'argent et de couteaux, a tourné avec le temps à une formule un peu creuse.

Acheter cet album