CASH KIDD - No Socks

Au bout du compte, on sait bien peu de choses sur Cash Kidd sinon, d'après ses calembours ("Marc My Word", "Left My Marc"), que son prénom est Marc, qu'il aurait été membre d'un collectif nommé M-Block, et qu'il se serait fait un nom au milieu de la décennie passée, comme beaucoup d'autres à Detroit, grâce au morceau "On My Mama", un extrait de son album (ou mixtape, qu'importe) de 2014 Bebe Kidd. Mais ce qui est certain, eu égard à la qualité de ses collaborateurs (Icewear Vezzo, Sada Baby, Peezy, BabyTron, Lonnie Bands, 42 Dugg, Doughboy Clay, voire les copains californiens de SOB X RBE), c'est qu'il est bien installé au cœur du jeu.

CASH KIDD - No Socks

Cash Kidd, aussi, est un rigolo. Plus encore que ses collègues, pourtant pas avares en bons mots, il est là pour amuser la galerie. Il l'a montré en 2020, l'année où, maintenant distribué par Empire, il a percé au-delà de sa ville à travers les deux éditions de No Socks. En plus des petites touches de piano précipitées typiques de l'endroit, omniprésentes et agrémentées ça et là d'un steel drum ou d'une nappe de synthé, Rich Kidd pratique du shit talking à la manière de Rio Da Yung OG, lequel est présent sur le posse cut (si d'aventure ce terme s'emploie encore...) "See You". Il multiplie les blagues et les punchlines à propos des filles, des filles, et puis… encore des filles. L'arrière-plan est celui du gangster, mais ce sont elles le seul vrai thème.

Elles sont d'ailleurs à l'origine du titre énigmatique de l'album : le morceau "Verified" nous en donne l'explication, quand le rappeur explique s'être réveillé tout nu et sans chaussette d'une relation. Même quand un titre semble s'échapper de ce registre, Cash Kidd parle de ses "bitches". Tel est le cas sur l'excellent "That One Bag", avec BabyTron, même s'il ressemble à un titre de ce dernier avec son beat très freestyle music des années 80, dans la droite lignée des ShittyBoyz. No Socks, ce sont des histoires de sexe dans tous les coins, de femmes qu'on se partage gaillardement ou qu'on méprise éhontément, mais aussi d'autres, retorses, qui vous font tourner en bourrique, comme avec le très bon duo avec Sada Baby, "Unappreciated". Il y a même une chanson de cœurs brisées, "Soul Snatcher", avec Jaiswan. Et celle-ci est splendide.

L'autre particularité de Cash Kidd, c'est qu'il va chercher ses mélodies là où elles ont déjà fait leurs preuves : dans les tubes du passé. Il sait délivrer des raps d'un seul tenant, et déblatérer un long texte avec conviction sur une boucle simple bien comme il faut, comme avec ce tube qu'est "Kiddnapper". Cependant, ici ou là, on l'entend aussi chantonner des airs popularisés par le "When I See You" de Fantasia ("See You"), par le "No Scrubs" de TLC ("Have You Seen My Socks?") ou bien par le "No One" d'Alicia Keys ("Proud of Me), histoire de donner à ses chansons un petit air familier. Même si, en vérité, elles n'ont guère besoin de cela pour être irrésistibles.

Acheter cet album

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Vous pourriez aussi aimer...

  • WAYNE616 - Grease Files WAYNE616 - Grease Files
  • TRAPLAND PAT - Trapnificent TRAPLAND PAT - Trapnificent
  • C.V.E. - We Represent Billions C.V.E. - Chillin Villains: We Represent Billions
  • SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon A Time In America SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon a Time in America
  • THEY HATE CHANGE - Finally, New THEY HATE CHANGE - Finally, New
  • PARIS - Sleeping With The Enemy PARIS - Sleeping with the Enemy
  • DAMEDOT - Courtesy of the Mafia DAMEDOT - Courtesy of the Mafia
  • OTM - Off The Mussle (Deluxe) OTM - Off The Mussle (Deluxe)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.