NTM - Suprême NTM

Il est rare, en musique, que l'on se bonifie avec le temps. Dans la plupart des cas, emporté par l'éclat et par l'entrain de la jeunesse, on commence par tout donner dès ses premiers albums. On en récolte parfois les fruits sur les suivants, mieux pensés, mieux produits, mieux marketés, célébrés par la presse maintenant que s'est mise en marche la grosse machine promotionnelle, loués par une critique qui a toujours un temps de retard. Mais le plus souvent, il manque à ces œuvres tardives l'étincelle des moments initiaux. C'est exactement ce qu'il s'est passé avec NTM. Mais c'est aussi tout le contraire. Leurs premiers albums sont remplis de fougue et de faim. Cependant, ils sont aussi alourdis par elles. Ils sont pénalisés par un amateurisme criant, que leurs auteurs eux-mêmes ont admis quand ils se sont mesurés au professionnalisme de la scène marseillaise. Alors que les suivants, plus polis, plus travaillés, sont en fait plus aboutis.

NTM - Supreme NTM

Le meilleur album de Suprême NTM, en effet, c'est le dernier, celui qui porte tout simplement leur nom. Leur apothéose, c'est ce disque où ils s'affirment toujours vaillants sur le tonitruant "Back dans les Bacs" et sur le revanchard "On Est encore Là", alors même qu'une nouvelle génération de rappeurs succède à ce vieux groupe apparu dans les lointaines années 80. Leur sommet, c'est cet énorme succès du rap français, préparé avec attention, et profitant d'un marketing très élaboré : pochette soignée, fuite organisée d'un morceau destiné à faire monter la sauce, interviews sur Canal, magazine promotionnel, Authentik, lancé avec les vieux routards de Get Busy et distribué chez les disquaires, focus sur les deux fortes personnalités au cœur de l'aventure, Kool Shen et JoeyStarr, alors qu'aux origines NTM était un groupe au contours flous.

Suprême NTM ne laisse rien au hasard. En bon blockbuster, cet album donne à manger à tout le monde. Les commentaires politiques (le relevé "On Est encore Là", les plus ballots "C'est Arrivé près de chez Toi" et "Odeurs de Soufre") et les leçons de morale ("Laisse pas Traîner ton Fils", "Pose ton Gun") sont là, mais ils sont équilibrés par des plongées introspectives, plus inédites chez le duo, comme quand, sur "Laisse pas Traîner ton Fils" encore, un titre dont le spleen est sublimé par la jolie voix de la chanteuse Angie Cazaux-Berthias, JoeyStarr revient sur sa jeunesse abîmée et sur son rapport conflictuel avec son père. C'est aussi sur ce ton, celui de la confession, que Kool Shen rend un vibrant hommage à ses proches sur "That's My People".

Ces moments graves sont eux-mêmes contrebalancés par d'autres, des interludes humoristiques, et surtout des morceaux plus enjoués et plus festifs, ceux où l'on retrouve l'urgence jubilatoire du NTM des débuts, comme l'hommage au hip-hop de "Respire", le posse cut aux airs de freestyle de "Hardcore sur le Beat", et surtout l'hymne au 93 qu'est ce "Seine-Saint-Denis Style" concocté à base de popopopop. L'apothéose de ce versant plus juvénile et plus léger, c'est l'impérissable tube "Ma Benz" avec Lord Kossity. Ce dernier, destiné à une compilation, n'aurait même pas dû se trouver ici. Cependant, hédoniste, sensuel et irrespectueux, s'exposant à la censure d'un CSA déphasé, il décoince comme jamais un rap français qui, en dépit des polémiques entourant NTM, aura toujours été plutôt sage, en vérité.

La maturité a du bon, chez Kool Shen et JoeyStarr. Jouant comme toujours de leur complémentarité, voix claire pour l'un, rugissements façon ragga dancehall pour l'autre, ils maîtrisent mieux que jamais leurs raps. S'exprimant de manière plus posée, plus adroite et plus intelligible qu'autrefois, ils deviennent ce qu'ils prétendent être : suprêmes. Même chose pour leur musique. Assurée par une équipe renouvelée de producteurs, elle est moins brouillonne que par le passé. Comme toujours, le duo s'inspire éhontément des sons en vigueur à New-York, samplant Method Man, Keith Murray, Artifacts ou Guru. Mais les beats amples et profonds de l'album, ces pianos et ces violons tristes qui envahissent alors la scène française, influencés par le rap de rue sombre et cinématique de Mob Deep, leur vont plutôt bien. Ils contribuent à faire de Suprême NTM une œuvre supérieure à la précédente, un Paris sous les Bombes certes rempli de tubes et prisé par les fans, mais encore parfois maladroit.

Peu de rappeurs, peu de groupes en général, ont aussi bien vieilli que NTM. Et pour rendre l'histoire plus belle, ils s'arrêteront là, après cette "Outro" en forme d'adieu. Ils ferment boutique à l'instant même de la consécration, avant que les tensions et les divergences ne fassent des dégâts, profitant de cet album pour passer le flambeau à des protégés tels que Busta Flex, et sur "Back dans les Bacs", pour déclarer leur respect envers la génération montante, Lunatic et Casey, de futurs grands qui n'ont alors sorti aucun album. C'est à ce moment que NTM devient, sur le tard, alors qu'ils sont déjà trentenaires, non plus seulement un groupe fondateur et historique du rap français, mais un duo majeur de cette musique.

Acheter cet album

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • BALLOUT - RedEye Music BALLOUT - RedEye Music
  • BABY KEEM - The Melodic Blue BABY KEEM - The Melodic Blue
  • YOUNG DOLPH & KEY GLOCK - Dum and Dummer 2 YOUNG DOLPH & KEY GLOCK - Dum and Dummer 2
  • DAVE - We're All Alone In This Together DAVE - We're All Alone In This Together
  • LIL' RUE - Pure Mob 2 LIL' RUE - Pure Mob 2
  • YOUNG STONER LIFE, YOUNG THUG & GUNNA - Slime Language 2 YOUNG STONER LIFE, YOUNG THUG & GUNNA - Slime Language 2
  • SKILLA BABY - Standing On Business SKILLA BABY - Standing On Business
  • MACH-HOMMY - Pray For Haiti MACH-HOMMY - Pray For Haiti

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.