Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SHEFF G - The Unluccy Luccy Kid

, 23:10 - Lien permanent

Perçu à l'origine comme un sous-genre de la trap music d'Atlanta, la drill de Chicago n'a cessé, à son tour, d'engendrer des rejetons, aux Etats-Unis comme ailleurs. L'ailleurs, c'est la France, où la version locale de la trap lui doit en fait beaucoup, même si elle ne porte pas son nom. Mais c'est aussi, et même surtout, la Grande-Bretagne, où l'on parle depuis un moment déjà de la UK drill. Et aux Etats-Unis, c'est rien de moins que Brooklyn. Or, cette drill new-yorkaise, qui doit souvent plus à sa cousine anglaise qu'à sa mère chicagoane, Sheff G a été l'un des premiers à la faire connaître, en 2017, avec le titre "No Suburban", une réponse au "Suburban” de 22gz, un rappeur des Blixky Boys, gang rival au sien, M8V3N.

SHEFF G - The Unluccy Luccy Kid

Winners Circle / EMPIRE ‎:: 2019 :: acheter cet album

En 2019, si la drill de Brooklyn est sortie de la confidence, c'est surtout grâce à un autre, Pop Smoke, à son titre "Welcome to the Party" et à sa mixtape Meet The Woo. Mais immédiatement après ceux-ci, Sheff G est revenu sur le devant de la scène avec The Unluccy Luccy Kid, où il est largement épaulé par son compère Sleepy Hallow, et où se trouve aussi le Californien Mozzy. Et celle-ci aussi, a quelques arguments. On y perçoit bien sûr le passif violent et la vie agitée du rappeur. Le désespoir et le nihilisme qui forment l'arrière-plan de la très sauvage drill music, c'est ce en quoi Sheff G s'est reconnu le jour où il a découvert Chief Keef. Et elle prend forme à tout moment, quand le rappeur parle de délinquance juvénile sur "We Getting Money", ou quand sur des "Breesh" et des "All My Life", il raconte cette chasse à l'argent et ces luttes quotidiennes qui gouvernent sa vie.

Toutefois, musicalement parlant, la nervosité et la brutalité de la drill originelle se font rares sur The Unluccy Luccy Kid, laissant place à la posture triste et résignée qui domine l'ensemble du gangsta rap contemporain. Conçues de main de maître par Great John, qui prend en charge avec succès l'essentiel de la production, ce sont des touches de piano pathétiques qui accompagnent les propos, sur des "8th Block", "Feel a Way", "Respect", "Think I'm Playing" et "Menace" dans l'ensemble très dépouillés, simplement enrobés des quelques percussions de circonstance.

Ce sont aussi les sons synthétiques atmosphériques sur "Designer", ou au contraire un curieux assemblage de xylophone sur le surprenant "All My Life". C'est une guitare triste qui assiste le noir "Flows", conçu cette fois avec Yondo, un titre qui avait été un freestyle avant de devenir le temps fort de cette sortie. Ce sont des chants évaporés qui accompagnent la deuxième partie de ce même "Flows", ce "Tonight" produit quant à lui par Deltah Beats, ce "We Getting Money" construit avec Ayy Walker, ainsi que le conclusif "Emotionless". C'est une autre version de la Brooklyn drill que celle popularisée par la grosse voix de Pop Smoke, qui nous démontre que ce sous-genre ne saurait se résumer à un seul personnage.

Vos 10 albums rap 2010-19

Désignez vos 10 albums ou mixtapes rap préférés de la décennie 2010-19. Les résultats seront révélés plus tard, et la sélection de Fake For Real en parallèle.

Album #01

Album #02

Album #03

Album #04

Album #05

Album #06

Album #07

Album #08

Album #09

Album #10

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet