Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

QUEEN PEN ‎- My Melody

, 23:13 - Lien permanent

Le premier album de Queen Pen, My Melody, est un disque honnête, mais il n'a sans doute pas rempli toutes les ambitions de la New-yorkaise. Lynise Walters, en effet, pouvait espérer mieux. En 1997, elle venait tout juste de connaître indirectement le succès en rappant avec Dr. Dre sur le "No Diggity" de Blackstreet, le single qui, en 1996, avait détrôné la "Macarena" des charts américains. Et elle avait été signée par le membre le plus éminent du groupe R&B, Teddy Riley, sur son label Lil' Man. Mais ses albums ne suffiront pas à en faire une star durable. Plus tard, comme pour donner raison à son pseudonyme, elle se tournera vers l'écriture de romans, et ce sont ses deux fils qui se mettront au rap à leur tour.

QUEEN PEN ‎- My Melody

Lil' Man / Interscope :: 1997 :: acheter cet album

My Melody, à bien des égards, porte la marque de Teddy Riley, qui en était le principal producteur, et auquel Queen Pen rendait hommage sur le titre "Man Behind the Music". Le grand homme du new jack swing et de la convergence entre hip-hop et R&B contribuait à lui apporter une coloration très pop, avec ses sonorités souples et ses voix toujours veloutées, qu'elles soient masculines ou féminines. Cette option grand public était confirmée par les thèmes abordés : "Queen of the Click" était un égo-trip bon enfant ; "Party Ain't A Party" nous parlait de la vie en club ; "It's True" jouait sur la corde émotionnelle quand Queen Pen retraçait son expérience dans le 'hood. Et l'amour était un sujet récurrent, comme sur "All My Love", où la rappeuse évoquait ses premiers émois, sa toute première fois, et sur "Get Away", où elle disait s'émanciper d'un amant abusif.

Signe des temps, à la manière de Puff Daddy ou des Fugees à la même époque, Queen Pen allait au-delà du sample pour réinterpréter à sa sauce des standards de la variété internationale et afro-américaine : le "True" de Spandau Ballet sur "It's True" ; le "Voyage to Atlantis" des Isley Brothers sur "I'm Gon Blow Up" ; le "Never Too Much" de Luther Vandross sur "All My Love"; et le "In The Air Tonight" de Phil Collins sur "Get Away", décidément l'un des morceaux les plus samplés de l'histoire du rap. Cependant, si l'histoire du rap se souvient de temps à autre de Queen Pen et ce premier album, ce n'est pour aucun des titres cités jusqu'ici.

A première vue, "Girlfriend" était un morceau banal : il s'agissait, avec humour et légèreté, de se moquer d'un homme qui s'était fait voler sa petite amie. Mais le voleur en question, incarné par Queen Pen, était en fait une voleuse. Pour la première fois, semblait-il, le rap parlait d'homosexualité sous un jour positif et riant. Qu'importait l'orientation véritable de l'interprète (des années plus tard, après avoir entretenu l'ambiguïté, Queen Pen avouerait être hétéro) ou celle de la chanteuse néo-soul Meshell Ndegeocello (quant à elle ouvertement bisexuelle) qui l'accompagnait et dont elle avait emprunté le refrain : le morceau suffirait à provoquer l'ire homophobe de Foxy Brown, qui prendrait Queen Pen pour cible sur "10% Dis" et 'Talk to Me'. "Girlfriend" était un manifeste osé de liberté sexuelle, ainsi qu'une critique des hommes volages, dont la rappeuse calquait le vocabulaire rude. Il était, quelque part, une étape dans la longue émancipation des rappeuses.

Vos 5 albums / mixtapes 1997

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 1997. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet