Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PAYROLL GIOVANNI - January 30th

, 23:13 - Lien permanent

A force de se pencher sur tous ces rappeurs captivants que Detroit dégurgite sans arrêt, on en oublierait presque ceux par qui tout a commencé. Or, parmi ceux-là, figure incontestablement Payroll Giovanni. Certains vous diront qu'ils suivent cette scène depuis Blade Icewood, mais en vérité, c'est quand les Doughboyz Cashout ont été parrainés par Jeezy que l'on a commencé à s'y intéresser. Or, au sein de ce groupe, comme il allait le démontrer avec l'excellent Stack Season, Dior Giovanni Petty surnageait. A tel point qu'il a maintenant rejoint Def Jam, après avoir entretemps élargi son public grâce aux deux projets Big Bossin, avec Cardo.

PAYROLL GIOVANNI - January 30th

BYLUG Entertainment ‎:: 2019 :: acheter cet album

Ces collaborations ont accru la notoriété du rappeur. Mais à vrai dire, elles étaient un peu en contre-emploi. Avec leur production plus ensoleillée, elles étaient infidèles au son original de Payroll Giovanni et de sa ville. En début d'année, cependant, January 30th a marqué un retour réussi à la formule originale : celle qui sied au profil de ce rappeur qui, sur le percutant "Rap Shit", prétend qu'il n'a au fond rien à faire du rap, que son truc c'est le crime et la délinquance, et qu'il peut s'enrichir en un instant. Celle, sèche, dure, et nerveuse, qui se consacre au thème de la réussite matérielle, le seul ou presque de ce projet de huit titres.

En effet, chaque morceau décline ce sujet. "Keep Count" reprend plus ou moins la même idée que "Rap Shit", Payroll Giovanni disant préférer la richesse à la célébrité. Sur "Do What I Do", il est un nabab qui achète des Benz comme d'autres achèteraient des chaussures. Sur "Boss Shit", il se dépeint en parrain du ghetto, détesté par certains de ses proches, mais respecté de ses ennemis. Sur "Still Run the City", le propos est toujours le même, mais appuyé par trois autres rappeurs. Et quand Payroll Giovanni tombe amoureux sur la chanson R&B syndicale, "On Her Own", c'est parce que la femme de ses rêves est pleine aux as. Le seul moment où l'argent passe à l'arrière-plan, c'est sur "Decent", un titre conclusif sans pause et sans refrain, où Payroll Giovanni dresse son autoportrait, celui d'un garçon de la rue, certes, mais doté de valeurs, fidèle aux siens et la conscience tranquille.

Il y a toujours un côté rétro dans la musique tendue et les nappes de synthé qu'affectionne Payroll Giovanni. Elle a des réminiscences de la période bounce, et de l'époque où l'on parlait encore de rap bling-bling, une définition qui convient tout à fait au sien. Mais il n'y a pas une once de passéisme. Au contraire, tout sonne toujours aussi actuel et pertinent, surtout quand s'y joignent des moments décisifs tels que le jeu à deux auquel l'intéressé se livre avec Chaz Bling, sur "Do What I Do", cette litanie de tout ce qu'il cherche à améliorer dans sa vie, sur "Upgrade", et puis surtout le piano de ce "Rap Shit" décidément si efficace, le plus lent et le plus posé des morceaux de January 30th, et pourtant le plus mémorable.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet