Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LIL KEED - Long Live Mexico

, 22:36 - Lien permanent

Raqhid Render vient de Cleveland Avenue, la même rue d'Atlanta que celle où a grandi Young Thug. Aussi celui qui se ferait bientôt appeler Lil Keed marcha-t-il sur les pas de son aîné quand, sonné par la mort de son ami Rudy, il se mit à prendre le rap au sérieux. Il était le modèle évident à suivre. Ce jeune homme né en 1998 l'a lui-même confié : pour lui, T.I., c'est de la préhistoire, c'est de la musique de vieux. Sa définition du rap, sa vision de la trap music, il l'a acquise via Thugger. C'est ce qu'a démontré "Blicky Blicky", le morceau qui l'a fait connaître dans les clubs, puis ses mixtapes Trapped On Cleveland 2 et Keed Talk to 'Em. Et au terme de tout cela, ce qui devait arriver arriva : Young Thug lui-même s'amouracha de son disciple, et lui offrit une place sur son propre label, Young Stoner Life Records.

LIL KEED - Long Live Mexico

300 Entertainment / YSL Records ‎:: 2019 :: acheter cet album

Sorti en juin, ce Long Live Mexico riche en collaborateurs (de Lil Uzi Vert à YNW Melly, en passant par son propre frère Lil Gotit) se présente comme le premier album de Lil Keed, et comme le résultat de cette association entre les deux hommes de Cleveland Avenue. Le mimétisme est flagrant. Sur les flûtes et les mélodies évaporées qui caractérisent la trap music tardive, Lil Keed se livre aux mêmes acrobaties verbales, à la même folie maîtrisée, que le Young Thug de l'après Barter 6. Le seul trait distinctif est, pour le nouveau-venu, un timbre plus systématiquement aigu et haut-perché que celui de son mentor. C'est en fait toute une école ou une famille de rap qui se manifeste sur cet album, puisque Lil Keed côtoie un autre élève de Young Thug, Gunna, sa compagne Karlae, et qu'il est soutenu par son mentor sur Million Dollar Mansion et sur le conclusif Proud of Me.

Au niveau des paroles aussi, la similitude est confondante. Lil Keed singe Young Thug, il le cite même, détournant sur "Child" quelques mots du classique "Check". Contrairement à ce que laisse penser son titre, il ne s'agit pas d'un album engagé en faveur d'un pays récemment malmené par le président américain. Mexico, en fait, c'est un proche de Lil Keed décédé plus tôt cette année, au moment où le rappeur était en tournée avec Trippie Redd. Ici, l'intéressé ne tient pas un discours articulé. Loin de là, il divague. Il rappe en roue libre, il s'exprime par association d'idées. Ses chansons, ce sont des odes à la réussite matérielle et sexuelle, où il cite à foison les marques de luxe. Ce sont des rengaines sur la drogue, sur des filles sous drogue, sur des vies de rock stars sous drogue, interprétée avec le style halluciné d'un rappeur qui semble lui-même sous l'emprise de substances illicites.

L'ennui s'installe parfois au cours de cet album trop long, la faute à cette déclinaison toute mollassone de la trap music qui domine et qui mine désormais la scène d'Atlanta. La lassitude menace. Mais parfois, ça fonctionne aussi bien que chez le maître. Dans ses moments les plus habités, comme "Anybody" avec Gunna et Lil Duke, "Rockstar" avec NAV, la chanson d'amour et de sexe "Ride Wit You" et ce finale plus relevé qu'est le duo "Proud of Me", Lil Keed se hisse à sa hauteur. Si l'importance d'un artiste s'estime par le nombre de ses disciples, alors celle de Young Thug est acquise. Si sa supériorité s'évalue par la qualité de ces mêmes suiveurs, alors, à écouter Lil Keed, celle de Thugger est pour toujours indéniable.

Vos 5 albums / mixtapes 2019

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet