Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LIL KEED - Long Live Mexico

, 22:36

Raqhid Render vient de Cleveland Avenue, la même rue d'Atlanta que celle où a grandi Young Thug. Aussi celui qui se ferait bientôt appeler Lil Keed marcha-t-il sur les pas de son aîné quand, sonné par la mort de son ami Rudy, il se mit à prendre le rap au sérieux. Il était le modèle évident à suivre. Ce jeune homme né en 1998 l'a lui-même confié : pour lui, T.I., c'est de la préhistoire, c'est de la musique de vieux. Sa définition du rap, sa vision de la trap music, il l'a acquise via Thugger. C'est ce qu'a démontré "Blicky Blicky", le morceau qui l'a fait connaître dans les clubs, puis ses mixtapes Trapped On Cleveland 2 et Keed Talk to 'Em. Et au terme de tout cela, ce qui devait arriver arriva : Young Thug lui-même s'amouracha de son disciple, et lui offrit une place sur son propre label, Young Stoner Life Records.

LIL KEED - Long Live Mexico

Lire la suite...

YOUNG THUG - So Much Fun

, 22:33

Nous vivons une drôle d'époque, où le concept de premier album est devenu le contraire exact de ce qu'il est censé dire. Difficile, en effet, de qualifier So Much Fun comme tel. Cette sortie survient au terme d'une décennie dont Young Thug aura été l'un des principaux acteurs, et qu'il aura abondamment fourni en projets divers et variés. Tout aura commencé dès 2011, avec ces trois I Came from Nothing où son style était encore en gestation. Puis en 2013, il y eut le grand 1017 Thug, la mixtape de la révélation, où éclatait au grand jour la créativité folle du personnage. Suivirent les collaboratifs Black Portland, Young Thugga Mane La Flare et Tha Tour, Pt. 1, puis la sortie qui, aux yeux de beaucoup, fut celle de la consécration, Barter 6, celle où le rappeur peaufinait sa formule. Ont suivi la riche et prolifique série des Slime Season, Jeffery, puis ce Beautiful Thugger Girls où il se calmait encore, où il s'assagissait, où il devenait plus pop. Et encore, ceux-là n'ont été que ses projets les plus signifiants, il y en aura eu une poignée d'autres.

YOUNG THUG - So Much Fun

Lire la suite...

SA-ROC - Nebuchadnezzar

, 23:01

Rhymesayers a beau être un label rap progressiste et éclairé, être doté d'un grand sens éthique et abriter des rappeurs qui accordent de l'importance au message, à l'engagement et au sens de leurs paroles, il n'a jamais été spécialement ouvert aux femmes. Pendant longtemps, une rappeuse seulement, Psalm One, a figuré à son catalogue, et leur histoire commune s'est mal terminée. En effet, en 2015, après que leurs liens aient été rompus, cette dernière a accusé Rhymesayers de ne pas l'avoir assez appuyée. Mal à l'aise, le propriétaire du label, Siddiq, s'était alors excusé pour son manque d'ouverture aux artistes féminines. Et une année plus tard, comme pour y apporter réparation, il avait invité Sa-Roc à venir le rejoindre.

SA-ROC – Nebuchadnezzar

Lire la suite...

MICHAEL SCHMELLING - Atlanta: Hip-Hop and the South

, 14:32

Pour entrer dans une musique, pour s'imprégner de l'ambiance d'une scène quand on en est géographiquement éloigné, il y a le son, bien sûr. Il y a les mots, ceux de morceaux, ceux aussi des critiques, observateurs et commentateurs de toutes sortes. Et puis il y a l'image. Mais celle-ci, qui nous parvient le plus fréquemment par l'intermédiaire des vidéos, est généralement mise en scène. Elle reflète le plus souvent les fantasmes du rappeur, ou ceux de son public, plutôt que la réalité du milieu qui l'a vu naître. Pour rendre compte de celle-ci, il ne demeure donc, principalement, que le reportage photo, ce que nous proposait ce beau livre, Atlanta, consacré à la ville qui est devenue, au XXIème siècle, la capitale du rap.

MICHAEL SCHMELLING – Atlanta: Hip-Hop and the South

Lire la suite...

GUCCI MANE - DropTopWop

, 23:35

C’était une image qui faisait plaisir : en mai 2016, Gucci Mane sortant de prison, en forme, souriant, avec des kilos en moins et des muscles en plus, dans les bras de Keyshia Ka'oir, celle qu’il allait épouser quelques mois plus tard. Le rappeur d’Atlanta réapparaissait en pleine gloire. Enfin, il était reconnu et célébré par tous pour ce qu’il était : le rappeur le plus influent des dix années précédentes. C’est avec la même joie, aussi, qu’on voyait Guwop se remettre tout de suite au travail, puis sortir avec prodigalité de nouveaux projets. D’autant plus que ceux-ci, malgré leur production plus actuelle et plus robuste, étaient de prime abord fidèles aux premières dizaines de mixtapes grâce auxquelles il avait construit son mythe. Mais après, petit à petit, à la réécoute de ces sorties, un étrange sentiment s’est mis insidieusement à nous envahir : une impression de fadeur, d’innocuité, comme si, en fait, le bonheur et la reconnaissance mérités du rappeur l’avaient anesthésié.

GUCCI MANE - DropTopWop

Lire la suite...

YOUNG SCOOTER - Jugg King

, 13:35

Young Scooter aurait pu avoir un tout autre destin. En 2013, d’ailleurs, à l'époque de l’engouement autour de la mixtape Street Lottery, on aurait cru que les choses allaient se précipiter pour lui, et qu’il gagnerait bientôt sa place parmi les rappeurs les plus emblématiques d’Atlanta. Après tout, il était au cœur du système, du fait de son amitié ancienne avec Future et de son association avec le 1017 Brick Squad de Gucci Mane. Mais en fait, non. Kenneth Bailey est toujours là. Il est actif, il fait partie du paysage. Mais il ne tire pas vraiment profit de l’exposition grand public dont jouissent ses compères, ni de la normalisation dont bénéficie la trap music.

YOUNG SCOOTER - Jugg King

Lire la suite...

LORD NARF - Witchcraft

, 22:34

Lord Narf fait honneur au collectif Awful Records, cette collection d’allumés basés pour l’essentiel à Atlanta. Elle donne pleinement corps aux aspirations expérimentales de ces rappeurs iconoclastes. Comme eux, elle représente une nouvelle génération pour qui le rap va de soi, pour laquelle il coule de source, il fait partie des meubles (la jeune femme confiait dans une interview que c’était la musique de ses parents ; et oui, nous en sommes là…), mais qui ne se sent aucun devoir de conservation ou d’élévation à son égard, qui n'a aucun respect particulier pour lui ; qui s'accorde, en somme, le droit d’en faire exactement ce qu’elle veut.

LORD NARF - Witchcraft

Lire la suite...

2 CHAINZ - Pretty Girls Like Trap Music

, 22:46

Le dernier 2 Chainz prétend que les jolies filles aiment la trap music. Et il y a du vrai là-dedans. D'abord, effectivement, parce que les jeunes femmes ont toujours préféré les mauvais garçons. Ensuite, parce que ce sous-genre du rap, autrefois un phénomène régional, en est devenu aujourd'hui le cœur. Il est très populaire et complètement normalisé. Et ce constat vaut aussi pour 2 Chainz lui-même, dont la longue ascension ressemble de près à celle de cette musique, quand on l'observe ainsi, sur le tard, l'année de ses quarante ans, parvenir au sommet de sa carrière.

2 CHAINZ - Pretty Girls Like Trap Music

Lire la suite...

T.I. - Trap Muzik

, 23:25

Il est facile de démontrer la place cruciale de Trap Muzik dans l'histoire du rap. Ce second album de T.I., en effet, est celui qui a accéléré la carrière du rappeur. Après l'échec de I'm Serious, un premier projet décevant malgré l'appui des Neptunes et de figures comme Too $hort, l'homme autrefois connu sous le nom de Tip avait su rebondir. Après sa contribution remarquée au tube "Never Scared", de Bone Crusher, la création de son propre label (Grand Hustle Records), une nouvelle signature en major (Atlantic), des mixtapes conçues avec l'aide de son groupe P$C et d'un certain DJ Drama, Trap Muzik lançait une campagne réussie de conquête du grand public, qui culminerait avec King, T.I. vs. T.I.P. et Paper Trail.

T.I. - Trap Muzik

Lire la suite...

PLAYBOI CARTI - Playboi Carti

, 23:21

"In New York, I milly rock, hide it in my sock". A en juger par l'entêtante phrase d'introduction de "Magnolia", le morceau le plus connu de Playboi Carti, il y est question de dealer du crack dans la grande métropole de l'Est américain. Mais en fait, pas vraiment. Certes, on y trouve, sinon les thèmes, en tout cas le lexique habituel de la trap music et de ses diverses déclinaisons : le fric, les fringues, les filles, et tout le tintouin. Mais les paroles, en vérité, ne disent rien. Il s'agit tout simplement d'une suite d'ad-libs et d'onomatopées, dont le but ultime n'est que de sonner agréablement à l'oreille. Playboi Carti, représentant de ce mumble rap dont Young Thug et quelques autres ont été les précurseurs, fait juste de la musique avec sa bouche. Il s'inscrit dans une longue lignée afro-américaine qui comprend le scat, le beatboxing et, oui, le rap en général, un genre dont la valeur textuelle est souvent surévaluée, alors qu'il s'appuie sur bien plus que de simples paroles.

PLAYBOI CARTI - Playboi Carti

Lire la suite...

TLC - CrazySexyCool

, 23:08

Rarement un groupe de filles n'a connu autant de succès que TLC. Jamais aucun n'a vendu autant de disques dans le monde, à l'exception, à la même époque, des Spice Girls. Et l'album de la consécration, le plus emblématique du trio formé par Tionne "T-Boz" Watkins, Lisa "Left Eye" Lopes et Rozonda "Chilli" Thomas, celui qui a écoulé le plus d'exemplaires, celui dont le titre résume le mieux l'essence même du groupe, est CrazySexyCool, leur second. Il est leur projet central, du fait de ses chiffres de vente phénoménaux, de sa qualité, mais aussi parce qu'il accompagnait au moins deux évolutions majeures de la musique américaine dans les années 90.

TLC - CrazySexyCool

Lire la suite...

OJ DA JUICEMAN - Culinary Art School

, 13:25

Si OJ Da Juiceman, jusqu'à ce jour, n'a jamais cessé d'assurer quantitativement parlant, sortant année après année plusieurs mixtapes, la fin de la décennie 2000 semble définitivement avoir été son grand moment. C'est en 2007, en effet, qu'il commença à tirer profit de son association avec Gucci Mane, collaborant avec ce dernier sur "Vette Pass By", un tube underground. Et c'est l'année suivante, toujours en compagnie du même, qu'il proposa son premier single, "Make tha Trap Say Aye". Fin 2008, aussi, il occupa le terrain pendant une nouvelle incarcération de son mentor, sortant alors cinq mixtapes en six mois, avec l'appui de DJ stars.

OJ DA JUICEMAN - Culinary Art School

Lire la suite...

GUCCI MANE - The Movie

, 13:44

L'histoire de Gucci Mane et celle de la mixtape sont très intimement liées, on le sait. Cette convergence a commencé avec Chicken Talk, en 2006. Elle s'est accélérée en 2007 avec plusieurs autres sorties, dont la plus remarquable a sans doute été No Pen, No Pencil. Et en 2008, tout cela a atteint une vitesse de croisière, avec toujours plus de projets, dont un, The Movie, organisé vaguement autour des thèmes de la célébrité et du cinéma (Guwop se compare à plusieurs acteurs ou personnages de film sur les titres "Feelin Myself", "I'm a Star" et "I Live in a TV") et bénéficiant pour la première fois du label Gangsta Grillz, de DJ Drama, a été un autre jalon d'importance dans la discographie très prolifique du rappeur.

GUCCI MANE - The Movie

Lire la suite...

KILLER MIKE - I Pledge Allegiance to the Grind II

, 13:08

En 2008, Killer Mike n'était pas au sommet de sa notoriété. Après un début de carrière sous le meilleur patronage qui soit, celui d'Outkast, via sa contribution au classique Stankonia, et avant d'être signé sur le Grand Hustle Records de T.I., de vivre une nouvelle jeunesse avec El-P, et de s'afficher auprès de Bernie Sanders, le rappeur d'Atlanta s'est retrouvé quelque temps dans un no man's land musical, pendant lequel il sortait ses albums sur son propre label, Grind Time Official. Cette période, cependant, pourrait bien avoir été la meilleure de Michael Render, avec la sortie des I Pledge Allegiance to the Grind, dont la seconde édition en 2008, expurgée de collaborations trop nombreuses, aurait mérité d'être considérée comme sa grande œuvre, bien avant l'hystérie critique autour de Run the Jewels.

KILLER MIKE - I Pledge Allegiance to the Grind II

Lire la suite...

KODIE SHANE - Big Trouble Little Jupiter

, 22:59

C'est souvent la règle : dans chaque collectif qui compte, il faut au moins une femme, rarement plus (et un Blanc, parfois). Cela s'avère être le cas avec la Sailing Team de Lil Yachty, le rappeur devenu l'emblème de la toute nouvelle génération d'Atlanta. Au milieu de sa bande de joyeux drilles aux cheveux colorés, figure une jeune fille, Kodie "Shane" Williams. Et celle-ci, issue d'une famille de musiciens (sa demi-sœur a fait partie du groupe variété / R&B Blaque), n'est à vrai dire pas la plus inintéressante du lot. C'est en tout cas ce qu'a prouvé l'an passé une suite de projets courts, 2060, Little Rocket et Zero Gravity, ainsi que son morceau carte de visite, "Sad". Et c'est désormais signée chez Epic Records, grâce à la notoriété post-"Broccoli" de Lil Yachty, et avec le bénéfice d'une couverture médiatique croissante, que Kodie Shane a proposé début 2017 son dernier projet.

KODIE SHANE - Big Trouble Little Jupiter

Lire la suite...

PILL - 4180: The Prescription

, 22:44

Il fut un temps où un grand avenir semblait promis à Tyrone Rivers. Apparu dans l’ombre de Killer Mike, sur le grand I Pledge Allegiance to the Grind II, celui qu’on appela d'abord Gangsta Pill, puis tout simplement Pill, connut son heure de gloire à partir de 2009. Ses mixtapes lui valurent alors de figurer dans la promotion 2010 des Freshmen, de côtoyer d'autres valeurs montantes comme Freddie Gibbs, et de rejoindre la Warner, en même temps que le Maybach Music Group de Rick Ross. On verra ainsi les deux hommes délivrer un dévastateur "Pac Man", bien dans l’esprit de l'époque. Et puis, après 2012, plus rien. Plus rien du tout. Pill annoncera quitter son label sur Twitter, avant que sa présence sur ce média ne s'efface.

Pill - 4180 The Prescription

Lire la suite...

RALO - Diary of the Streets 2

, 13:15

Si Terrell Davis a récemment fait parler de lui, ce n’est pas seulement en raison de sa production musicale. En début d’année, l’homme connu sous le nom de Ralo a réchappé miraculeusement à deux accidents de voiture. Et l’automne dernier, il a créé la polémique en lançant des poignées de billets (pour une somme estimée à pas moins de 30 000 dollars) dans un refuge pour SDF. Le geste, généralement réservé aux danseuses des strip-clubs, a été jugé par beaucoup comme dégradant pour ces pauvres gens, obligés de ramper pour se saisir de l’argent. Mais il semble que cela ait échappé au rappeur d’Atlanta, convaincu d’être maintenant sur le bon chemin après avoir rencontré Allah en prison et décidé de tourner le dos à une vie de dealer entamée dès l’adolescence, au profit d’une carrière dans la musique.

RALO - Diary of the Streets 2

Lire la suite...

KILLER MIKE - Sunday Morning Massacres

, 22:40

La carrière faste de Killer Mike a connu deux époques. Dans les années 2000, il fut l'un des grands acteurs de la scène d'Atlanta. C'est en effet dans l'ombre de son plus grand groupe, Outkast, qu'il est apparu, via ses participations aux classiques Stankonia et Speakerboxx. Il a fricoté aussi avec T.I., dont il a rejoint le label Grand Hustle. Mais à partir de 2012, sa carrière allait prendre un tournant et l'exposer à un nouveau public, quand il s'acoquinera avec El-P, le parrain de l'underground rap new-yorkais, qui sera son producteur sur l'album R.A.P. Music, puis son comparse au sein du duo Run the Jewels. Cette association lui apportera une notoriété nouvelle, grâce à laquelle il sortira en 2014 Sunday Morning Massacres, une compilation de freestyles enregistrés six ans plus tôt, et qu'il pouvait enfin proposer sous la forme d'une mixtape, avec l'aide du DJ Greg Street.

KILLER MIKE - Sunday Morning Massacres

Lire la suite...

T.I. & P$C - In Da Streets Vol. 2

, 22:39

Compte-tenu de son statut de star, on oublie parfois que les débuts de T.I. ont été laborieux. Sorti en 2001, son premier album commercial, I'm Serious, a été en effet un échec, à tel point que son label d'alors, Arista Records, avait décidé de se débarrasser du rappeur d'Atlanta. Il n'avait alors eu d'autre choix que d'emprunter la même route qu'à ses débuts, dans les années 90, quand il avait vendu des cassettes depuis le coffre de sa voiture, avec son compère Kuntry King. Il avait repris le chemin de la rue, avec une série de trois mixtapes appelées fort à propos In Da Streets, toutes sorties sur son propre label, Grand Hustle, courant 2002-03, et qu'il avait assemblées avec le renfort du Pimp Squad Click (ou P$C), son collectif de rappeurs fondé en 1997, ainsi que de son DJ attitré, un certain Drama.

T.I. & PSC - In Da Streets Vol. 2

Lire la suite...

PEEWEE LONGWAY - Running Around the Lobby

, 13:49

L'incarcération de Gucci Mane, au milieu des années 2010, aura au moins eu pour mérite de laisser le champ libre à la nouvelle génération de ses disciples. Parmi ceux-ci, Young Thug fut le premier à capter l'attention sur une large échelle, avec sa mixtape de 2013, 1017 Thug. PeeWee Longway, lui, n'attira massivement les regards que l'année d'après, avec The Blue M&M. Pourtant, il fut le premier des deux à se lier à Guwop, l'ayant connu par le biais de son oncle, Cold Blooded Da Don, un membre du 1017 Brick Squad. C'est même grâce à lui que son ami Young Thug put rejoindre ce collectif, PeeWee Longway l'ayant imposé à Gucci Mane.

PEEWEE LONGWAY - Running Around the Lobby

Lire la suite...

- page 1 de 6