Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

GOLDLINK - Diaspora

, 18:18 - Lien permanent

Telle est la configuration générale du paysage rap américain contemporain. D'un côté, une multitude de scènes régionales dont les acteurs vivent dans l'instant et déploient de manière plus ou moins générique leur propre sous-genre de rap de rue. De l'autre, des artistes à rayonnement national qui conquièrent leur crédibilité et la considération de la critique par une posture plus intellectuelle et plus artistique, par un discours conscient du lourd héritage afro-américain dans lequel ils s'inscrivent, par une volonté constante de renouveler les formes, et par une ouverture plus large à d'autres genres musicaux que le leur. Dans cette catégorie vaste, née sans doute du succès de Kanye West, s'ébrouent aujourd'hui de grosses têtes d'affiche comme Kendrick Lamar, Tyler, the Creator, et une poignée d'autres.

GOLDLINK - Diaspora

RCA ‎:: 2019 :: acheter cet album

Washington (ou plus largement toute l'aire urbaine communément désignée sous le nom de DMV) se conforme à ces deux catégories. Dans la première, on retrouve des figures comme Fat Trel et Shy Glizzy ou, pour citer des gens plus récents, Goonew, Lil Dude et leur producteur Cheecho. Et dans l'autre, depuis sa mixtape The God Complex en 2014 et sa collaboration avec Rick Rubin l'année d'après, s'illustre D'Anthony Carlos, alias GoldLink. Celui-ci n'a certes jamais oublié d'où il venait. Il y a deux ans son premier album officiel, At What Cost, était un hommage à sa ville et à son passé musical. Mais ce projet, produit en partie par le Canadien Kaytranada, se voulait original et aventureux. Quant au suivant, Diaspora, il avance plus loin dans cette direction, s'éloignant cette fois de la capitale pour célébrer les multiples formes prises à travers le monde par les musiques noires.

Aussi, au bout du compte, Diaspora n'est-il qu'en partie un album de rap. Quelques-uns de ses grands noms prêtent main forte à GoldLink, notamment Pusha T sur un "Coke White" dans son registre cocaine rap habituel, et Tyler, The Creator, sur "U Say". Mais les autres invités viennent d'Afrique, comme Wizkid, star nigériane de l'afrobeat, sur "No Lie", ou d'une Angleterre aux fortes connexions africaines, comme Maleek Shoyebi, Halie du groupe afrowing WSTRN et Jay Prince, le troisième larron de "U Say". Et s'il n'est pas noir, Jackson Wang, le rappeur chinois du boys band coréen Got7, présent sur "Rumble", symbolise néanmoins la portée et la dispersion géographique de la musique afro-américaine.

Logiquement, cette ouverture sur le monde se traduit dans les sons, comme sur "Joke Ting", dont le rythme chaloupé (tout comme le titre) évoque la Jamaïque, sur ce "Yard" dont la mélodie dancehall rappelle la même île caribéenne, ou sur ce susmentionné "U Say" aux faux airs de bossa-nova. Sur "Zulu Screams", avec l'Anglo-Nigérian Maleek Shoyebi, c'est même tout le continent noir qui est évoqué : le titre parle d'un peuple d'Afrique du Sud, la musique évoque celle de l'Ouest, et quelques mots sont délivrés par Bibi Bourelly en lingala, une langue du Congo. Sur Diaspora, toutefois, il y a bien plus que ce vague projet panafricaniste.

L'homme de Washington ne fait ni de l'histoire, ni de la géopolitique. C'est de lui-même qu'il nous parle, de la jeune mère de son fils sur "Spanish Song", de ses relations amoureuses ou, sur "Tiff Freestyle", de la fameuse altercation qui l'a opposé à la bande à Sheck Wes au sujet de sa compagne la chanteuse Justine Skye (celle-là même qui orne la pochette de l'album). C'est donc bel et bien du rap adulte qu'il nous offre, avec ce que que cela implique d'ennui, mais aussi avec des réussites situées sur la première moitié du projet, la plus engageante, comme ces titres accrocheurs que sont le déjà cité "Joke Ting", où GoldLink nous parle de la rançon du succès, ainsi que "Maniac" et le très joli duo avec le chanteur R&B Khalid, "Days Like This", deux moments où il revient sur sa jeunesse tumultueuse.

Vos 5 albums / mixtapes 2019

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet