Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DIAM'S - Brut de Femme

, 11:58 - Lien permanent

Au cours de son histoire, le rap français n'aura donc compté en tout et pour tout qu'une seule véritable star féminine, et celle-ci fut Diam's. Quelques années près un premier album encore discret, Premier Mandat, son second opus Brut de Femme lui ouvrit les portes du succès. Parrainée d'abord par La Mafia Trece, puis, de façon plus décisive, par un Jamel Debbouze alors au faîte de sa popularité, elle eut un premier disque d'or, obtint une Victoire de la Musique, et son exposition publique fut quasiment inédite pour un rappeur français, tous sexes confondus.

DIAM'S - Brut de Femme

Parlophone ‎:: 2003 :: acheter cet album

Si Diamant eut un tel écho, c'est naturellement qu'elle dépassait le seul champ du rap français. Pourtant, c'est bel et bien de là qu'elle provenait. Comme elle l'avait montré sur son premier album, elle était d'abord une kickeuse, une vraie rappeuse technique dotée d'une indéniable facilité verbale, ce qui lui valait crédibilité et respect auprès de ses pairs. Des titres témoignaient encore de cela sur Brut de Femme, comme les ego-trips de "Madame Qui ?" et "Suzie 2003". Et Diam's témoignait de ses racines essentiellement hip-hop français, en rendant hommage sur "Mon Répertoire" à tout ce que la scène locale avait su compter de rappeurs.

Cependant, elle avait étoffé son registre en prenant un tournant très variété. Cette direction avait déjà été empruntée quand, en 2000, Diam's avait repris le "Saïd et Mohamed" de Francis Cabrel. Mais c'était encore plus franc sur cet album. Le grand tube qui l'accompagnait, "DJ", était un morceau festif et léger largement inspiré du standard latino "Quien Será" de Pablo Beltrán. Et l'on entendait ici des refrains féminins suaves ("Incassables", "Evasion", "Amoré", "Daddy", "Parce Que"), ainsi que des mélodies à la guitare ("Cruelle à Vie"), au piano ("Vénus") ou au violon ("Ma Souffrance"). Diam's chantait même, à la fin de ce dernier titre.

Dans la lignée de la chanson française, elle pouvait aussi parler de romances sur "Amoré", de déceptions amoureuses sur "Vénus" et des rêves d'une vie meilleure sur "Evasion". Son registre n'était pas celui, popularisé dans le rap américain, de la femme forte qui refuse d'être prisonnière de ses sentiments, mais celui, bien plus traditionnel, de l'amante en souffrance, celui, plus conservateur, qui vilipende les "salopes" et les "traînées qui ont perdu leur virginité sans aimer" ("Cruelle à Vie"). Aussi, Diamant traitait de sujets graves, comme sur "Incassables" et "Cruelle à Vie", des chroniques sur la vie difficile des femmes dans les quartiers.

De tels morceaux n'étaient pas apparus par hasard. A 23 ans, Mélanie Georgiades trouvait son inspiration dans les drames de sa jeune existence. Née à Nicosie d'un père chypriote, elle et sa mère avaient dû retourner seule en France, après qu'ils les aient abandonnés. Et l'adolescente avait eu une jeunesse perturbée, marquée par une tentative de suicide, et par les coups d'un compagnon violent, reçus à l'âge de 17 ans. Quelques passages rendaient compte de ce passé, comme l'autobiographique "1980" et les introspectifs "Où Je Vais" et "Parce Que", comme ce "Daddy" consacré au traumatisme qu'a causé l'absence de son père, comme encore l'intense "Ma Souffrance", à propos de son expérience de femme battue, des morceaux où Diam's rappait à fleur de peau et où elle débordait de pathos.

Avec ces textes, Mélanie devenait donc plus grande que le rap : elle était un emblème, un symbole, un porte-voix pour les jeunes filles des cités prises en tenaille entre le machisme des hommes et le mépris du reste de la France. La machine allait s'emballer, et elle allait occuper une place trop grande pour elle, qui allait la mener après Dans Ma Bulle, autre album à succès encore plus grand public (mais plus caricatural et moins réussi), vers une période de dépression et de détresse qui aboutirait à l'arrêt en pleine gloire de sa carrière, puis à un refuge dans la religion et dans la vie de famille, et in fine à un départ hors de France.

Vos 5 albums / mixtapes 2003

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2003. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet