AZJAH - Princess Diaries

La scène rap actuelle, à Los Angeles, ne brille pas par sa présence féminine. Récemment, pourtant, quelqu'un a pris la place et revendiqué le titre de "Princess of Compton". La carrière d'Azjah n'a certes pas commencé d'un coup. La jeune femme s'est longtemps adonnée aux freestyles et à l'écriture en amateur, avant de faire parler d'elle. Mais il y a peu, un événement a précipité les choses : en mars 2017, à la suite de la condamnation à vie de son grand frère Cholo pour tentative de meurtre, elle lui a dédié un premier single, "The Warm Up". Celui-ci connut alors un certain succès viral, et le titre suivant, "Time For It", plus encore. Tout cela lui valut la reconnaissance de collègues prestigieux (DJ Mustard, YG, Ty Dolla $ign, etc.), ainsi qu'un contrat de distribution avec EMPIRE et, dans la foulée, les honneurs de la presse spécialisée.

AZJAH - Princess Diaries

Sorti en avril dernier, l'album Princess Diaries est le résultat de tout cela. Comme le montre la pochette, où la rappeuse s'exhibe en gilet pare-balle et un chien en laisse, elle y opte pour le rap de rue. Garçon manqué plus que poupée, elle ne met pas en avant son identité féminine. Ses paroles, qui portent sur son labeur et ses responsabilités de délinquante, sont unisexes. Toutefois, hormis quelques passages soutenus comme le bondissant "Ride for Me", cet "On a Mission" (avec une autre valeur montante de la ville, 1TakeJay), et le très bon "Play Bout Me", le répertoire adopté est celui, de saison, du gangster mélancolique et résigné, dont le vague à l'âme est amplifié par des sons atmosphériques et des raps chantonnés à l'Auto-Tune. C'est le registre qui domine sur 'Time For It", "Testimony", ou la chanson d'amour "Back n Fourth".

L'aboutissement de cette approche, c'est "Loved Ones", l'hommage classique à tous les proches qu'elle a perdus, qu'ils aient été tués dans la rue ou autrement. Elle l'interprète ici sur une guitare et de manière suprêmement mélodique, et le conclut par ce cri de détresse : "tell me who you call when all you got is the streets" (dis-moi qui appeler quand tu n'as que la rue). Ce morceau, destiné à être le single clé de l'album, Azjah avait d'abord voulu en faire un banger. Mais la mort de Nipsey Hussle a changé la donne. Elle a précipité l'ensemble de la scène angelena dans une humeur maussade, et la rappeuse a accompagné cette déprime. Bien lui en a pris, car c'est dans cette posture triste et pathétique qu'elle se distingue le mieux.

Acheter cet album

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • OPIO - Triangulation Station OPIO - Triangulation Station
  • YOUNG SLO-BE - Red Mamba YOUNG SLO-BE - Red Mamba
  • ALLBLACK - TY4FWM ALLBLACK - TY4FWM
  • BENNY THE BUTCHER - The Plugs I Met 2 BENNY THE BUTCHER - The Plugs I Met 2
  • BROCKHAMPTON - Roadrunner: New Light, New Machine BROCKHAMPTON - Roadrunner: New Light, New Machine
  • HUS KINGPIN – Portishus HUS KINGPIN - Portishus
  • POOH SHIESTY - Shiesty Season POOH SHIESTY - Shiesty Season
  • MAX B - Vigilante Season MAX B - Vigilante Season

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.