Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

GT - Relentless

, 23:06 - Lien permanent

C'est une véritable chevauchée fantastique à laquelle nous avons assisté, l'an passé, avec le rap de Detroit. Ses acteurs n'étaient pas tous des nouveaux-venus, certains s'agitaient depuis plusieurs années déjà, dans l'underground local. Mais le récent coup de projecteur porté à cette scène, désormais exposée au-delà de ses bases, a semblé motiver les Sada Baby, Icewear Vezzo, Peezy, Lil Baby, BabyFace Ray et autre FMB DZ à sortir des projets tous plus affriolants les uns que les autres. Cela fut donc une longue cavalcade, qui s'acheva avec le Relentless de GT, sorti officiellement en 2018, mais disponible sous le manteau dès décembre 2017.

GT - Relentless

Dirty Glove Entertainment :: 2018 :: acheter cet album

Comme les autres, le rappeur en question n'est pas né tout à fait de la dernière pluie. Il y a deux ans, par exemple, il avait sorti GT X Mia, un projet en commun avec BabyFace Ray. Il commençait alors à multiplier les vidéos et à faire parler de lui dans sa ville. Mais sa carrière avait subi un coup d'arrêt, après qu'un accident de voiture lui ait brisé les os. Il aura donc fallu attendre pour qu'il sorte enfin son premier véritable album, et qu'il l'annonce par un single dont la vidéo évoquait l'événement qui avait failli le détruire. Ce dernier, "Supposed to Be Here", produit par le beatmaker phare du cru, Helluva, et accompagné par les refrains R&B de B Ryan, mettait aussi en avant la singularité de GT dans le paysage rap de Detroit.

Alors que le son local se caractérise aujourd'hui par un rap implacable et nerveux, celui de GT s'en écarte. Seuls deux titres, sur Relentless, sont ceux, vifs, tendus et technoïdes, qu'on a l'habitude d'entendre dans la région : un haletant "Life on the Line", et "Hustling All Day", avec Lil Beno et Drego, tous deux excellents. Mais ailleurs, c'est différent. Le rappeur se démarque par un flow peu soutenu et par une voix faible, qui grince, croasse et couine, plus qu'elle n'admoneste. Et les sons qui l'accompagnent se montrent à l'avenant. Dès les notes de guitare qui ouvrent le titre introductif, ce sont en effet des rythmes plus lents qui accompagnent GT.

Relentless nous offre d'autres refrains R&B ("It Aint In You", "Had to Get It Up"). Et l'un de ses meilleurs titres, "25 Reasons", est ce qui se rapproche le plus d'une chanson d'amour (et de rupture), compte-tenu du contexte rude et gangsta des lieux. GT, cependant, ne cherche pas exposer ses sentiments. Il les combat plutôt. Il est le garçon des rues qui se veut imperméable aux émotions. Et pour rendre compte de cela, il nous anesthésie avec des morceaux atmosphériques ("Get You What You Want", "Say Yes"), des complaintes au saxophone ("The Truth"), des sons tristes ("Made A Promise"), un piano pesant (le très bon "Copy This") et des chants évaporés ("Pain"). Au vu de tout cela, il apparait que le dernier étalon à s'être illustré en 2017 à Detroit était aussi, sans doute, l'un de ses plus distinctifs.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet