Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

FMB DZ - Washington DZ

, 15:44 - Lien permanent

Que le titre de cette mixtape, un jeu de mot avec l'acteur Denzel Washington, n'induise personne en erreur. FMB DZ ne vient pas de la capitale des Etats-Unis, mais de la ville devenue celle du rap, en 2017 : Detroit. Il est une nouvelle preuve qu'en cette année, tout ce qui a compté est sorti de là-bas, à tel point qu'il nous faudra encore toute une partie de 2018 pour rendre compte de ce qu'il s'y est passé. Et quand bien même on se limiterait à raconter l'année du jeune Denzel, il y aurait déjà beaucoup à dire, vu que ce rappeur y a sorti pas moins de trois mixtapes, et qu'il a aussi défrayé la chronique en août, en se faisant tirer dessus à trois reprises. Cet incident ne l'a toutefois pas empêché de sortir quelques jours après son deuxième projet (les autres ont été I Ain't Gone Lie, en juillet, et The Gift, en décembre), et de l'entamer par un titre fortuitement nommé "Hard 2 Kill".

FMB DZ - Washington DZ

Turnaround Gang :: 2017 :: télécharger cette mixtape

Ce morceau commence par les jolies mélodies de la chanteuse Janell, mais qu'on ne s'y trompe pas : c'est un homme froid, coriace, inflexible et dangereux, qu'il nous présente. Davantage encore que certains de ses proches, comme Sada Baby, FMB DZ est la quintessence même du style de Detroit : délivré sous la forme de marmonnements, son rap de rue est âpre et sans concession. Paranoïa, agressivité, passion pour les armes, menaces de mort ("The League", "Big Bank"), réduction des femmes à leur seule dimension sexuelle ("H.A.B."), description sans fard du ghetto ("The Field"), volonté de fuir à tout prix la pauvreté ("The Run") et, une fois seulement, problèmes avec sa conscience ("Voices", avec l'aide de Payroll Giovanni)… Tout l'attirail est là, sans distance, sans humour, sans second degré.

Produite par l'un des artisans du son local, Helluva, et par quelques autres comme Pooh Beatz, la musique ne fait qu'amplifier cette rudesse et cette impression de danger. Excepté quelques digressions, comme les vocalises R&B syndicales de "Voices", ou le très funky "Hell & Back", elle est aussi oppressante que les paroles, et tout aussi fidèle au style de Detroit, avec ses sons électroniques, secs et rythmés, et ses collaborations rituelles avec les frères d'arme californiens SOB X RBE ("Cant Hang") et Philthy Rich ("Turn Around"). Au bout du compte, grâce aux pièces de choix que sont "Hard 2 Kill", "Heavy", "The Run" et "Too Deep", FMB DZ nous offre une musique urgente, rapide, presque stressante, et qui, augmentée de ses paroles rêches et malcommodes, donne l'impression que le rap est né hier.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet