J HUS - Common Sense

Le rap anglais se porte bien. Pas seulement ce grime qui, depuis qu'il suscite l'enthousiasme de rappeurs nord-américains, connaît une deuxième jeunesse. Mais tout le rap anglais, dans ses diverses déclinaisons. L'accueil favorable que reçoit J Hus depuis sa mixtape de 2015, The 15th Day, et cette année avec son premier album, Common Sense, est une illustration de cette grande forme. Avec lui, le succès est au rendez-vous (le single "Did You See" a cartonné), les stars locales cooptent le jeune homme de 21 ans (il contribue au titre "Bad Boys" de Ghetts et Stormzy, sur le dernier album du second), et la critique se montre bienveillante à son égard.

J HUS - Common Sense

Et pourtant, donc, les racines de J Hus ne se limitent pas au grime des deux collaborateurs susnommés. C'est d'abord d'évidentes sonorités africaines que l'on a entendues chez ce garçon d'origine gambienne, à l'image de "Did You See", mais aussi du très bon "Spirit", et de "Good Time", interprété avec la star nigériane Burna Boy. On associe souvent J Hus à la vogue actuelle du UK Afrobeats, une musique qui mélange la pop du continent noir à des sonorités plus modernes, qui a convergé vers le rap (suivant un chemin parallèle, en quelque sorte, à notre afro-trap française), et qui a conquis les clubs de Londres. Cette formule de synthèse, cependant, ne domine pas tout le disque. Elle est elle-même mélangée à d'autres influences : celles du grime, du dancehall ("Bouf Daddy"), du garage ("Plottin'"), logiques chez un Anglais. Mais aussi d'autres encore, plus américaines, venant des années 90 et 2000 ("Goodies", "Common Sense"), usant de "vrais" instruments ("Closed Doors"), orientées trap et drill music ("Clartin") ou lorgnant vers le rap éthéré sous Auto-Tune de la décennie 2010 ("Leave Me").

Comme son accent et son usage intensif d'argot est-londonien ne l'indiquent pas, c'est le rap d'Outre-Atlantique qui a suscité la vocation de l'Anglais, notamment celui de 50 Cent. Momodou Jallow a même suivi une voie similaire à celle de son idole quand, peu avant son essor, il a subi un grave assaut (lui fut poignardé, plutôt que canardé). Son profil de mauvais garçon, passé par la prison en 2014, transparait dans son pseudonyme : si "J" est l'initiale de son nom de famille, "Hus" est une abréviation de "hustler". Le rappeur, toutefois, est présenté comme quelqu'un d'affable et d'attentionné. Ce qui, avec son large spectre d'influences musicales (canalisées par le producteur Jae4), signale la grande pluralité de ses facettes.

Tel est en effet l'avis général sur Common Sense : cet album est très éclectique. J Hus use de tous les registres. Il joue au nouveau riche ("Common Sense"), au branleur ("Bouf Daddy") ou au tombeur ("Like Your Style", "Sweet Cheeks"). Il prend du bon temps ("Good Time"), il se fait drôle ("Friendly") ou menaçant ("Goodies"). Mais ailleurs, dépressif, il nous plonge dans les méandres de sa personnalité ("Leave Me", "Who You Are"), il nous fait entrer dans son intimité amoureuse ("Closed Doors") ou il nous retrace son parcours ("Spirit", "Good Luck Chale").

Common Sense, au bout du compte, est un vrai blockbuster de major. Il est de ces disques bien rappés, bien produits, où rien n'est laissé au hasard, et où, au prix d'un trop grand éclectisme, il faut un morceau pour tout le monde. La particularité de J Hus, c'est qu'il cuisine cette recette à l'anglaise. Et il le fait bien. Rien ne jure sur son premier album. Tout coule de source, tout s'agence en un tout cohérent. Jamais le rappeur ne paraît copier les autres ou s'effacer devant leurs styles. Tout est uni par une seule personnalité, aussi versatile et contradictoire soit-elle.

Acheter cet album

Vos 10 albums rap 2010-19

Désignez vos 10 albums ou mixtapes rap préférés de la décennie 2010-19. Les résultats seront révélés plus tard, et la sélection de Fake For Real en parallèle.

Album #01

Album #02

Album #03

Album #04

Album #05

Album #06

Album #07

Album #08

Album #09

Album #10

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Vous pourriez aussi aimer...

  • DRAKEO THE RULER - The Truth Hurts DRAKEO THE RULER - The Truth Hurts
  • TELA - Double Dose TELA - Double Dose
  • KENDRICK LAMAR - To Pimp a Butterfly KENDRICK LAMAR - To Pimp a Butterfly
  • BRS KASH - Kash Only BRS KASH - Kash Only
  • TAY BLOOD - Diary of Me TAY BLOOD - Diary of Me
  • DEVIN THE DUDE - Soulful Distance DEVIN THE DUDE - Soulful Distance
  • DAMJONBOI & COACH JOEY - 7Even DAMJONBOI & COACH JOEY - 7Even
  • THREE 6 MAFIA - Chapter 2- World Domination THREE 6 MAFIA - Chapter 2 - World Domination

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.