Camobear / Bella Union :: 2005 :: acheter cet album

Les compères maîtrisaient toutes les ficelles de leur numéro à deux. Ils ne pouvaient pas jouer du contraste entre leurs voix, trop similaires, mais ils se rattrapaient à grands coups d'échanges malins et ludiques, comme sur ce "Surf Rock" où ils enchaînaient à toute allure tous les mots qui leur venaient à l'esprit. De l'entrée du disque façon western au finale hawaïen, les autoproclamés "Simon & Garfunkel du rap" pouvaient délirer sur les gros bras des bacs à sable ("Bully Bully"), et se pencher sur leurs propres cas sur le mode de l'humour ("Pork Rind Discotheque") ou de la confession ("Breaking Point"), ça faisait toujours son effet.

Mis à part le passage latino déluré de "Fiesta" et quelques autres pitreries, la musique était étonnamment paisible, compte-tenu des flows rapides des deux hommes. Concoctés en majorité par Zebulan Dak, sinon par Moves, Maker, Snafu, Samix et quelques autres, les sons étaient généralement mélodiques, souriants, et quelquefois gentiment rétros avec leurs chœurs à la Beach Boys ("Little Little", "Guys Like Me"). A vrai dire, la musique n'honorait pas toujours le rap haut en couleur des Chichis. Mais quand elle était à niveau, oh Dieu, que c'était bon !

Le prouvaient le piano sautillant du "Little Little" déjà cité, et le très beau "Can't Find The Time". Le montrait aussi la guitare d'un magnifique "Breaking Point" pour moitié chanté, sans oublier l'excellent "Guys Like Me", un morceau produit tous violons dehors et agrémenté des scratches du DJ Skratch Bastid, un titre tellement increvable qu'on le trouvait également sur Pork Rind Disco, le EP qui avait précédé cet album, et sur le deuxième disque solo de Sleep, un très notable Christopher.

Bizarrement, When Pigs Fly avait été distribué en Europe par Bella Union, le label de Robin Guthrie et de Simon Raymonde. Avec le rap léger des Chicharones, nous étions pourtant à des années-lumière de la musique contemplative de l'ancien groupe de ces derniers, les Cocteau Twins. Il faut croire que ce disque si accrocheur, en plus de consacrer une alliance transfrontalière canado-américaine, avait tout le potentiel pour séduire bien au-delà des cercles habituels du rap.