Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

RUN-D.M.C. - Run-D.M.C.

, 22:41 - Lien permanent

Qu'on l'aime ou pas, la musique très hair metal de "Rock Box", deuxième plage du premier album de Run-D.M.C., inaugurait un exercice promis à un bel avenir : la fusion entre rap et hard rock. Ayant trouvé ainsi le moyen de séduire bien plus que les ghettos afro-américains et les milieux branchés new-yorkais, le trio récidiverait sur le second album, un bien nommé King of Rock, avant de décrocher la timbale avec "Walk This Way", en compagnie d'Aerosmith, toujours grâce à la même recette. Toutefois, c'est bien davantage que la guitare mordante de ce "Rock Box" que Run et D.M.C. avaient décidé d'emprunter au rock. C'était aussi tout le reste.

RUN-D.M.C. - Run-D.M.C.

Profile Records :: 1984 :: acheter cet album

Certes, sur cet incroyable premier album qui ressemblait déjà à un greatest hits, aucun autre morceau n'était à ce point crossover. Tous, au contraire, étaient franchement hip-hop, avec ces beats synthétiques et les prouesses de Jam Master Jay, le DJ et troisième larron du groupe, avec encore ces jeux de langage, notamment cette manière qu'avaient les rappeurs de se répartir les segments d'une même phrase, la signature du groupe. Toutefois, ce phrasé puissant, belliqueux, droit dans ta face, ces sons directs et brutaux, ce hip-hop qui préférait le punch au groove, avaient aussi quelque chose d'immanquablement rock.

A titre d'illustration, difficile de ne pas citer le single qui avait révélé Run et D.M.C., un "It's Like That" percutant et toujours aussi efficace dix ans après, quand il sera remixé par DJ Jason Nevins, puis encore vingt ans après, quand une marque de soda en fera la bande-son de sa publicité. Impossible non plus d'omettre le second single, un "Hard Times" frappé sur la même enclume, tout aussi dévastateur, tout aussi imprégné de réalisme social post "The Message". Et il y avait plus radical encore. Il y avait "Sucker M.C.'s", son beat ultra-minimaliste, ses paroles agressives. Nos deux rappeurs, ici, ne se contentaient plus de proclamer à quel point ils étaient bons au micro, comme le faisaient tous leurs collègues : ils s'en prenaient avec violence à leurs rivaux. Ils sonnaient dangereux.

Avant Run-D.M.C., le rap était encore une mode exotique, une curiosité musicale, une sorte de disco-funk sympa du ghetto. Mais avec eux, tout changeait. Le hip-hop devenait disque d'or, il faisait la couverture de Rolling Stone, il tournait à travers le pays et il passait en boucle sur MTV. Le rap d'après Run-D.M.C. ne serait plus un simple avatar de la black music, réduit à la portion congrue face à la variété blanche. Il prendrait toute la place, il serait tout à la fois : la nouvelle musique noire, mais aussi, pour plusieurs décennies, le nouveau rock'n'roll.

Vos 5 albums / mixtapes 1980-85

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés des années 1980 à 1985. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet