LIFE REXALL - Dollar Bin Jewels

Il est communément admis chez les amateurs de longue date de la galaxie Shapeshifters que tous les gens apparentés au collectif, à l’exception peut-être d’Existero ou de Radioinactive, ne sortiront plus de grands albums. Par automatisme ou par nostalgie, les fans continuent à écouter chaque nouvelle sortie de ces gens, en groupe ou en solo. Mais ils n’y croient plus. Au bout du compte, ils finissent toujours par se rabattre sur les iconoclastes premiers albums du collectif ou sur des solos qu’ils trouvaient tout juste prometteurs au moment de leurs sorties. Ou alors, ils espèrent l’apparition de compilations capables de séparer le bon grain de l’ivraie, susceptibles de devenir les classiques de ces rappeurs en lieu et place de leurs albums inégaux.

LIFE REXALL - Dollar Bin Jewels

Avec ce Dollar Bin Jewels, un tour CD constitué exclusivement de titres produits par ses soins (par opposition à un Smoke Signals qui collectait ses raps), c’est précisément l’une de ces compilations que propose Life Rexall. Ce dernier n’est certes pas le plus mémorable, le plus original et le plus inspiré des Shapeshifters, que ce soit dans son rôle de rappeur ou dans celui de beatmaker. Ce nouveau CD-R n’apporte donc pas autant de satisfaction que le pourrait sans doute le disque équivalent d’un autre Shapeshifter. Mais il remplit tout de même l’essentiel de son rôle, rendant justice à l’extraordinaire créativité dont ces Californiens ont été capables.

Pour proposer un résumé fidèle de sa carrière, Life Rexall puise dans une abondante discographie, dans les albums des nombreux artistes avec lesquels il a collaboré. En plus de ses collègues Shapeshifters, s’entendent ici LMNO et les Visionaries, Subtitle, Rasco, ainsi qu’Anglo-Saxon, le rappeur de l’Arizona, et d'autres encore. Tant et si bien qu’avant même de nous proposer un best-of de ses sons, c'est dans une visite guidée assez complète de cette foisonnante scène underground hip-hop californienne que le producteur nous embarque.

Il le fait à travers des moments forts comme le très rock'n'roll hymne "Breaking Ground" et l'entraînant "Composition Technician" avec l'ensemble des Shapeshifters, l'electro sec de "Follow the Leader" avec LMNO, le rap chelou de Subtitle sur "Face in the Dirt", ou "The Mirror", "Falcon Gentle", "Every Time", "Baby I ain't Joking" et "Green Grass", plusieurs collaborations avec 2Mex, le compère de Life Rexall au sein du duo $Martyr. C'est un compte-rendu de leur incroyable créativité que l'on entrevoit, via ce déluge de scratches furieux, des sons inspirés de tous les genres musicaux imaginables, et des raps fous, fous, fous, des meilleurs intervenants.

Album indisponible

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • WAYNE616 - Grease Files WAYNE616 - Grease Files
  • TRAPLAND PAT - Trapnificent TRAPLAND PAT - Trapnificent
  • C.V.E. - We Represent Billions C.V.E. - Chillin Villains: We Represent Billions
  • SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon A Time In America SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon a Time in America
  • CASH KIDD - No Socks CASH KIDD - No Socks
  • THEY HATE CHANGE - Finally, New THEY HATE CHANGE - Finally, New
  • PARIS - Sleeping With The Enemy PARIS - Sleeping with the Enemy
  • DAMEDOT - Courtesy of the Mafia DAMEDOT - Courtesy of the Mafia

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.