Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Maintenance Crew

Fil des billets Fil des commentaires

MAINTENANCE CREW - Eternal Sunshine of the Simple Mind

, 22:48

Issu de Chicago, Maintenance Crew ne se distinguait pas du rap finalement conventionnel qui se pratiquait sur la scène indé de la Windy city, et au-delà, dans l’ensemble du Midwest. Le premier album du trio, Eternal Sunshine of the Simple Mind, était fait tout entier de bonnes vieilles boucles jazzy, de scratches épars et bien dosés, de raps graves et engagés pleins de chroniques de la vie chicagoane, d’épisodes biographiques introspectifs et de politique qui sentaient bon le spoken word. Il s’inscrivait dans la lignée de labels comme Rhymesayers et Galapagos4. Ca n'était que du connu, de l’éprouvé. Mais Dieu que c'était bon.

MAINTENANCE CREW - Eternal Sunshine of the Simple Mind

Lire la suite...

MAINTENANCE CREW - Plain & Simple

, 22:13

Voici donc le troisième album du Maintenance Crew, et avec lui, les mêmes interrogations que pour ceux d'avant : pourquoi ce qui est si détestable chez les autres, est-il aussi jouissif chez eux ? Pourquoi ce rap engagé et sans humour, pourquoi ce boom bap mort depuis plus de dix ans, pourquoi ces hommages creux aux grands du jazz (le longuet "Definition of the Horn", qui énumère à n'en plus finir les artistes qui ont "brisé le coeur" de nos amis), cessent-ils d'être rédhibitoire dès qu'ils sont le fait de nos trois hommes de Chicago ? Pourquoi ce groupe passéiste et revivaliste parvient-il à nous faire aimer le jazz rap comme au premier jour ? Pourquoi semble-t-il plus qu'un pâle copieur ? Pourquoi, sur chacun de ses albums, faisant honneur à son nom trivial, l'équipe de maintenance remet-elle le rap des années 90 en état ? Pourquoi le fait-elle sonner comme s'il était neuf ?

MAINTENANCE CREW - Plain & Simple

Lire la suite...

MAINTENANCE CREW - Simple is the Way it's Spoken

, 20:58

Le nouveau Maintenance Crew est la copie conforme du précédent, l’excellent Eternal Sunshine of the Simple Mind. Mais en moins bien, en plus lassant, en tellement homogène qu’à la longue, l’overdose menace.

Lire la suite...