Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

YOUNG SCOOTER - Jugg King

, 13:35 - Lien permanent

Young Scooter aurait pu avoir un tout autre destin. En 2013, d’ailleurs, à l'époque de l’engouement autour de la mixtape Street Lottery, on aurait cru que les choses allaient se précipiter pour lui, et qu’il gagnerait bientôt sa place parmi les rappeurs les plus emblématiques d’Atlanta. Après tout, il était au cœur du système, du fait de son amitié ancienne avec Future et de son association avec le 1017 Brick Squad de Gucci Mane. Mais en fait, non. Kenneth Bailey est toujours là. Il est actif, il fait partie du paysage. Mais il ne tire pas vraiment profit de l’exposition grand public dont jouissent ses compères, ni de la normalisation dont bénéficie la trap music.

YOUNG SCOOTER - Jugg King

Black Migo Gang :: 2017 :: télécharger la mixtape

Et pourtant, Young Scooter est toujours au cœur de cette scène. Et il est respecté par ses pairs, comme le montre l'impressionnante liste d'invités de Jugg King, sa dernière mixtape. Meek Mill, Future, Young Dolph, Young Thug, Waka Flocka Flame, Zaytoven, Metro Boomin, YFN Lucci, Trouble, A Boogie Wit da Hoodie, et d’autres encore, prêtent en effet renfort à leur collègue. C'est toutefois le principal intéressé qui donne le ton. Comme si rien ne se passait autour de lui, comme si rien n’avait changé depuis le temps où la trap music était une musique produite au mètre sur des mixtapes réalisées en série, Young Scooter continue à dérouler imperturbablement ses histoires de deal de drogue avec son phrasé indolent.

Le rappeur, en effet, ne dévie pas de son sujet. Dès le début, sur "Black Migo Stories", il nous parle de cartels mexicains utilisant sa bonne ville d’Atlanta comme plaque tournante de leur commerce. Et lui, le Black Migo, se place au cœur de ce trafic. Plus tard, il compte ses billets, il détaille le magot collecté grâce à son labeur, il étale ses richesses, il affirme sa fidélité à la rue ("Streets on Fire"), il se déclare prisonnier de son métier ("Used to Ballin’") ou, comme sur "Burglar Bars and Cameras", il vante la qualité et la diversité de sa marchandise. En résumé, donc, Jugg King ne brille pas par sa diversité thématique ou stylistique. Celle-ci se limite peu ou prou à l’hommage au g-funk californien de "Nuthin' but a 'G' Thang" et de "Gin & Juice", sur "OG Snoop". Et pourtant, la mixtape contient des perles.

Sur "Can’t Play Around" par exemple, le contraste entre les couplets de Scooter et le chant grave du refrain entonné par Future fait des merveilles. La musique lente et lourde de "Hustlin’", la collaboration avec Meek Mill et YFN Lucci, traduit on ne peut mieux le caractère besogneux des activités illicites décrites par les trois hommes. "Diamonds", avec Don Q et A Boogie Wit Da Hoodie, est une ritournelle entêtante et absurde de m’as-tu-vus, comme cette musique n’en fait presque plus.

A l’heure où la trap music triomphe, alors qu’elle est devenue le mainstream et que, parfois trop calculée, elle s’affadit avec le succès (pour preuve les albums solides bien produits mais un peu frustrants de Migos ou du Gucci Mane de l’après-prison), Young Scooter préserve son goût d’autrefois. Même si elle suit la tendance générale du moment, celle qui vise à baisser le tempo, sa musique s’accommode toujours du format mixtape. Et si elle manque parfois de tubes évidents, si elle avance en pilotage automatique, elle se fait insidieusement séductrice. Car au bout du compte, s’il devait n'en rester qu’un seul à Atlanta, ce serait Young Scooter.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet