Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

JOE BLOW - You Should Be Payin' Me Too!!

, 23:02 - Lien permanent

En argot des quartiers afro-américains, Joe Blow désigne l'homme de la rue, monsieur tout le monde. C'est ainsi que se désigne, aussi, un rappeur remarquable de la Bay Area, qui s'est manifesté il y a quelques années déjà, dans l'ombre du Jacka. C'est ce dernier qui l'a encouragé à se mettre au rap, une activité qu'il exerçait alors en dilettante, et qui l'a incité à créer son label propre, Blow Money Record. L'assassinat de son protecteur, en 2015, n'a cependant pas stoppé la carrière de Joe Blow. Et l'an dernier, le rappeur d'Oakland nous a gratifiés d'une suite attendue à You Should Be Payin' Me, son premier album sorti en 2011, une suite qui s'est avérée être l'une des meilleures choses issues de la Baie en 2016.

JOE BLOW - You Should Be Payin' Me Too!!

Blow Money Records :: 2016 :: acheter le disque

Fidèle à son nom, Joe Blow n'en fait pas des tonnes sur ce dernier album. Plutôt que du gangster impénitent, il prend la posture du chroniqueur de rue, rendant compte de la violence urbaine. Il s'exprime d'un ton calme, avec un propos intelligible, réfléchi, articulé, dont affleure une certaine amertume. L'exemple type, c'est "Keep it 1,000", le premier titre de You Should Be Payin' Me Too!!, mais aussi le single qui l'avait annoncé. Après avoir précisé que le rap devrait être davantage une question de vécu qu'une affaire d'habileté verbale, il y énumère des épisodes marquants de sa vie : l'aide que lui a apportée The Jacka, sa responsabilité envers sa fille adolescente, le cancer de plusieurs membres de sa famille, la mort violente d'un ami. Et tout cela est dit d'un seul souffle, sur une musique prenante.

Tout, sur l'album, n'atteint pas ce niveau. Son style posé et lancinant, déployé sur une durée trop longue, est sa grande limite. En dépit de passages plus rythmés comme "Fast Lane" et "U Should Pay Me 2", ou de morceaux plus relevés comme "Say No More", et malgré la présence d'innombrables invités (d'autres gens de la Baie comme Ampichino, Yukmouth, Husalah, Philthy Rich, Cellski, les voisins de Sacramento Mozzy et Celly Ru, quelques rappeurs de ce Midwest où Joe Blow a aussi ses bases, et un ressortissant de la Côte Est, Freeway), You Should Be Payin' Me Too!! confine parfois à l'ennui. C'est le cas, par exemple, avec les vocalises forcées de "Heard They Snitching", un titre dont il existe fort heureusement, hors album, une version alternative dépourvue des chants irritants de Deltrice.

Là où ces réserves ne sont plus de mises, cependant, c'est du très bon. Joe Blow exploite adroitement sa ligne mélancolique. Il la renforce d'un piano pathétique sur "Karma", de samples pitchés sur "Streets 4 Too Long", de nappes de synthé sur "Look At U", sur l'impeccable "Not My Trap", et sur l'encore plus planant "Getting to It". Ou bien, de manière plus aboutie encore, il joue d'un beau chant féminin évaporé et de quelques cordes de guitare pincées de manière éparses, sur le langoureux "Clap Enemies". Sur cet album Joe Blow, en fait, parvient à retenir encore un peu plus longtemps ce qui faisait l'essence de son ancien protecteur.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet