Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

CAM & CHINA - Cam & China

, 23:12 - Lien permanent

Vers la fin des années 2000, une danse appelée jerk, ou jerkin', s'est emparée des rues de Los Angeles. Elle s'est bientôt dotée d'une musique propre, cousine du hyphy de la Baie de San Francisco. Bien qu'éphémère, ce mouvement a remis la danse au cœur du rap West Coast, et préparé le terrain où s'épanouirait le style ratchet, popularisé par YG et DJ Mustard. Parmi les groupes qui ont marqué cette scène figurait Pink Dollaz, un quintet d'adolescentes adeptes de paroles sexuellement très explicites, et qui, comme l'ensemble de ce mouvement, n'a pas survécu longtemps. Deux de ses membres, cependant, les jumelles Cammy et Cee Cee, sont réapparues il y a peu, sous les nouveaux noms de Cam & China.

CAM & CHINA - Cam & China

Autoproduit :: 2016 :: acheter l'album

Les deux sœurs d'Inglewood ont recommencé à faire parler d'elles en 2014, avec le single "Do Dat", produit par D.R.U.G.S. Puis elles ont travaillé avec DJ Mustard, le temps du titre "Nada", et même, dans des registres tout autres, avec Nocando et avec Thurz. En 2016, elles ont embrayé aussi avec un EP homonyme, d'une qualité telle qu'il a parfois été cité parmi les meilleurs projets rap de l'année, et que certains ont considéré Cam & China comme la meilleure fratrie rencontrée dans le rap depuis Clipse. Il faut bien avouer que, sur les sept plages de cette sortie, la complicité entre les deux rappeuses est presque parfaite, qu'elles se donnent la répartie, ou bien qu'elles rappent en chœur. Elles partagent aussi avec les frères Thornton un phrasé tranchant et agressif, à l'œuvre par exemple sur "Playets", et ce "That B" produit par J Hawk, le beatmaker historique du jerkin'.

Les jumelles, en effet, ne s'en laissent pas compter, elles ne sont pas commodes. Elles sont ici pour croquer la vie à leur convenance, elles veulent prendre les commandes, et n'ont pas à rougir de leurs raps, comme le montre le final "We Gon Make It", où leurs paroles subissent des changements de rythme et des phrasés en double-time. Et quand elles abordent leurs sentiments, c'est avec une perspective féminine qui ne laisse pas de place à la passivité. Même "In My Feelings", le titre qui se rapproche le plus d'une bluette R&B, avec sa jolie mélodie et son refrain chanté, laisse une place non négligeable à l'amour physique.

L'intérêt de Cam & China, le EP, c'est aussi qu'il élargit le champ. Même si les sœurs excellent quand elles s'expriment sur une musique dans les parages du ratchet, comme sur "Run Up", le remix d'un de leurs tubes passés (et le seul morceau avec un invité, en l'occurrence AD, le rappeur de Compton), elles ne se limitent pas à une palette sonore purement locale. Le bien nommé "Extravagant", par exemple, se montre riche en onomatopées, phrasés saccadés et tonalités déglinguées, des influences venues manifestement d'Atlanta. Et les jumelles changent aussi d'univers sonore avec l'instrumental atmosphérique de "We Gon Make It". Nous allons le faire, donc, proclament ici Cam et China, assoiffées par les succès. Et il n'y a absolument rien, sur cet EP, qui nous permettrait de les dédire.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet