Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

TAKEWON TAKEL.STEREOWON alias CAPTAIN LAUW - TakewonaturaL.soundstereo E.P.

, 14:42 - Lien permanent

Ce style, l'abstract hip-hop, pourrait sembler un vestige du passé, un lointain souvenir des années 90. Et pourtant, certains s'y adonnent encore. Mieux, le genre compte toujours un nombre appréciable de praticiens parmi nos compatriotes français, dont certains s'en tirent plutôt bien. C'est le cas du producteur savoyard Takewon (appelons-le simplement comme ça, Takewon TakeL.stereowon alias Captain Lauw, c'est bien trop long). Son pseudo et le titre de son album, ou EP, ont beau être proprement imbitables et anti-commerciaux, ce natif de Chambéry, Laurent Curtelin de son vrai nom, mérite qu'on attire l'attention sur son travail.

xx

Da Castle of Soundmakerz :: 2014
takewontakelstereowon-captainlauw.com :: télécharger le disque

Celui-ci repose sur une recette éprouvée, faite d'ingrédients maintes fois employés en matière de hip-hop instrumental : des rythmiques heurtées et puissantes ; des samples mélodieux et majestueux, parfois même pompeux (les violons de "Natural Soundstereo part. 1", les cuivres tonitruants de "Score-hop", le lourd "Dangerous Grewp", les chœurs et les autres violons de "Natural Soundstereo part. 2"), principalement issus de B.O. ou de morceaux de musique classique ; de fréquents scratches, assurés principalement par le turntablist américain DJ JS-1, aperçu du côté des labels Bomb Hip-Hop et Fat Beats ; des dialogues de film, ainsi que les paroles de rappeurs piochées à droite et à gauche ; et de vrais raps, déclamés par Supernatural, Freddie Foxxx, Joell Ortiz de Slaughterhouse, Lil' Fame de M.O.P., soient des hommes aux bases exclusivement new-yorkaises, la Grosse Pomme, comme l'indique le pont de Brooklyn sur la pochette, étant au centre de ce disque.

A vrai dire, tout cela confine à la formule. Mais ceux qui ont toujours considéré que la musique n'a pas à être novatrice, qu'il lui suffit simplement d'être "bien", devront y trouver leurs petits. TakewonaturaL.soundstereo s'écoute sans aucun déplaisir, comme on boit du petit lait. Chaque titre brosse l'auditeur dans le sens du poil. Aucun n'est mauvais, et certains méritent les honneurs. C'est le cas par exemple de l'élégiaque "Natural Soundstereo part. 2", qui joue habilement d'un chant féminin, ou de son successeur, le très beau "Da Captain Space Travelerz" (nommé ainsi car les scratches y sont fournis cette fois par les Bullet Proof Space Travelers), qui évolue savamment vers un adroit crescendo. C'est enfin celui du dernier bonus track, un hommage à New-York déclamé par trois des rappeurs susmentionnés, accompagnés par un piano paisible et nonchalant, et qui tranche avantageusement avec la tonalité plus emphatique du reste du disque.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet